Pourquoi j'ai choisi l'autopartage entre particuliers

Pourquoi j'ai choisi l'autopartage entre particuliers

Cambio, ShareNow (ex-DriveNow), ZenCar, Getaround Europe (ex-Drivy)… les solutions d’autopartage sont nombreuses chez nous. Mais comment choisit-on un service plus qu’un autre ? En les testant. C’est ce qu’a fait Alexia, chargée de mission dans les institutions, à l’heure de trouver une solution de mobilité qui lui convenait. « Pour les déplacements dans Bruxelles, c’est assez facile. Je me déplace énormément à vélo et parfois en transports en commun, parfois en trottinette. J’essaie de combiner ce qui est le moins cher et le plus écolo. »  

Peu de solutions pour sortir de la ville 

Pour ce qui est de la mobilité en dehors de la ville, c’est un peu plus compliqué. « Il y a bien le train mais j’ai beaucoup d’activités nature, randonnée et parapente, et c’est un peu difficile d’atteindre les campagnes. Il me fallait une autre solution, d’autant que j’ai souvent une dizaine ou une vingtaine de kilos sur le dos à transporter ». Il y eut donc une assez longue phase de tests.  

« Je n’ai pas été satisfaite de l’autopartage via des formules d’abonnement. J’ai aussi testé les voitures de location classiques, mais ils essaient souvent de nous faire dépenser plus. J’ai même considéré l’achat d’une voiture », explique-t-elle. La solution pour elle ? Les plateformes d’autopartage entre voisins. « J’en ai testé deux, dont une encore en phase de test, qui n’était pas assez fiable. »  

Moins cher, plus pratique et sans surprises 

Cela fait près de 3 ans maintenant qu’Alexia a arrêté son choix, pour le côté économique et le partage. « Il y a aussi le côté écologique, où on ne vient pas encombrer la route avec un autre véhicule. Et on utilise une voiture qui serait restée garée de toute façon. » Des voitures de monsieur et madame-tout-le-monde, dont les clés sont parfois remises en mains propres ou qui se débloquent à l’aide d’un smartphone. « On se voyait peut-être un peu plus avant entre particuliers mais le contact était de toute façon assez bref. » 

Au menu, des voitures de toutes sortes, de la Smart au break en passant même par le camion de déménagement ! Il faut s’adapter : « cela m’est déjà arrivé de devoir appeler le propriétaire pour savoir comment démarrer son véhicule ». Avec une location tous les deux mois en moyenne, Alexia y trouve son compte, dans ses déplacements et son portefeuille. « Même en louant une voiture deux fois par mois, j’ai calculé que je suis bien en-deçà du coût d’entretien d’une voiture. » Et cela fait toujours une voiture de moins qui n’a pas été mise en circulation. 

Sur le même sujet
Mobilité
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HEALTH-CORONAVIRUS_ITALY-TELECOM ITALIA

    Coronavirus: l’Italie dépasse la barre des 10.000 morts

  2. CORONAVIRUS HOPITAL SAINT-PIERRE

    L’évolution de la propagation du coronavirus: la pression ne se relâche pas (infographies)

  3. Selon l’état du patient, le circuit est plus ou moins long. Les cas sévères sont pris en charge par l’unité «
Covid
».

    Coronavirus: dans les pas d’un patient «Covid» à l’hôpital Saint-Pierre (vidéos)

La chronique
  • Chroniques brésiliennes ou le Brésil sous Bolsonaro

    Cela fait 15 ans que je viens chaque année au Brésil pour y faire de la recherche à l’université, et j’y suis en ce moment. Depuis l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, bien des choses ont changé, dans les universités et dans la vie courante ; d’autres pas. Ce sont ces éléments d’atmosphère, glanés au fil des rencontres et des observations, que je veux relater dans cette chronique.

    Petit rappel sur l’élection de Bolsonaro

    Rappelons d’abord que, si Bolsonaro a été élu, c’est parce que l’ex-président Lula, qui avait une avance de plus de 20 points dans les sondages, a été empêché de se présenter aux élections. Le juge Sergio Moro l’a condamné à la prison sur base d’une « intime conviction » de fraude, le temps de l’empêcher de se...

    Lire la suite

  • La priorité reste de sauver les vies. Cette certitude-là est sans prix

    C’est un équilibre d’une difficulté inouïe à garder dans un monde qui tangue comme jamais et où la mort frappe intensément. Un équilibre multiple aussi à trouver entre la vie des gens et la survie de l’économie, entre les points de vue du nord et du sud, les positions de partis politiques fragilisés et nerveux, entre les différents pans de la société en alerte maximale.

    Ce vendredi, la ligne était extrêmement étroite pour la Première ministre Sophie Wilmès. Les critiques, questions, récriminations,...

    Lire la suite