La qualité qui fera de vous un excellent leader

La qualité qui fera de vous un excellent leader

Beaucoup de choses distinguent un leader d’un manager, la première qui vient à l’esprit étant souvent sa capacité à véhiculer une vision susceptible d’inspirer ses collaborateurs. Pourtant, de plus en plus, l’accent est mis sur le savoir-être plutôt que sur le savoir-faire de ceux qui encadrent les équipes. Avec un concept (marketing ?) qui a gagné en popularité : l’intelligence émotionnelle.

L’intelligence émotionnelle, qu’est-ce que c’est ?

L’intelligence émotionnelle est la capacité à identifier et à traiter ses propres émotions pour réagir de manière appropriée. C’est aussi pouvoir reconnaître et comprendre les émotions des autres pour mieux interagir avec eux.

Confiance en soi, self-control, empathie... La valeur de ces traits de personnalité n'est plus à démontrer, mais l’importance qui leur est accordée dans les fonctions managériales en revanche est assez récente. “Une prise de conscience sur le savoir-être est en train d’arriver, explique Ludivine Gustave, fondatrice de Madizy Management. On entend souvent parler de burn-out, ça prouve que cette intelligence émotionnelle n’est pas encore ancrée dans les entreprises. Je dirais que 2 sur 5 maîtrisent, au niveau de leur culture, l’importance du savoir-être au travers de l’intelligence émotionnelle.

Pourtant, les entreprises ont tout intérêt à s’y mettre

Les leaders émotionnellement plus intelligents :

• instaurent un climat de confiance, dans lequel les employés se sentent libres de s’exprimer et d’innover,
• savent comment anticiper le stress généré par les périodes de forte activité ou de changement et réagir en conséquence,
• cherchent constamment à encourager le développement professionnel et personnel de leurs équipes

Or, c’est bien connu (et prouvé), rien de mieux que de maximiser le bien-être des travailleurs pour booster leur productivité. L’entreprise a donc tout intérêt à encourager le développement d’une culture basée sur l’intelligence émotionnelle. “Tout va dépendre du top management, insiste Ludivine Gustave. Si le CEO fait lui-même preuve d’intelligence émotionnelle, ça va se manifester aussi au niveau des n-1 et ainsi de suite. En revanche, si on n’est pas soutenu par son n+1, c’est compliqué.”


Exercices pratiques pour maîtriser l’intelligence émotionnelle de Eric Jordan

Comment recruter la perle rare ?

Un entretien d’embauche ou une mise en situation permet de repérer les qualités d’empathie, de flexibilité, d’ouverture d’esprit ou encore de résistance au stress. En tant que coach en management, Ludivine Gustave a participé à de nombreux processus de recrutement : “Il y a des questions précises qu’on pose : comment réagirez-vous quand vous arriverez sur le projet ? Le bon leader va se demander ce que l’employé recherche, quelle personne il est, quelles sont ses forces et faiblesses pour pouvoir interagir de façon précise avec lui et mieux gérer ses émotions.”

Autres exemples de questions : comment réagirez-vous en cas de conflit ? Quelle réponse apporterez-vous à un collaborateur qui n’a pas rendu le délivrable dans les délais attendus ? “Tout ça permet de voir si on est devant un individu qui va s’emporter ou au contraire comprendre les raisons du retard et trouver un accord pour atteindre les objectifs dans un nouveau délai négocié.” Et de conclure : “Le plus dur, ce n’est pas de gérer le projet, c’est de gérer les gens sur le projet et d’interagir avec eux.”

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une expo prolongée encore quelques jours, jusqu’à ce dimanche 18avril.

    Baptême de l’art : en train avec Bob et Bobette

  2. FILES-US-HEALTH-VIRUS-VACCINE-J&J

    Johnson & Johnson: un nouveau revers pour la campagne de vaccination

  3. Dominique Duchesnes.

    Sophie Wilmès à la veille du Codeco: «Il faut saisir l’occasion de revenir sur le chemin des libertés»

La chronique
  • Royaume-Uni: comment le prince Philip a veillé aux intérêts économiques de la famille Windsor

    Par Marc Roche

    Sur le sol depuis des jours, une marée de journaux, de cahiers spéciaux et de biographies lourdes comme une enclume consacrées au duc d’Edimbourg, décédé le 9 avril à l’âge de 99 ans. Le héros de la Deuxième Guerre mondiale, le croisé de l’écologie avant la lettre, le philanthrope de la jeunesse en difficulté et surtout le roc de Sa Majesté au cours d’un mariage d’une exceptionnelle longévité… au risque d’indisposer, les médias britanniques n’ont eu cesse de mettre en exergue le formidable héritage de Son Altesse royale qui doit être inhumé samedi au château de Windsor.

    En revanche, pas un mot sur son rôle de PDG de la « Firme », comme le roi George VI, père de l’actuelle souveraine, avait surnommé la famille royale. Ce trait d’humour est révélateur de la véritable entreprise qu’est devenu Windsor Inc. Cette prospérité est le legs le moins...

    Lire la suite

  • La science a donné, merci de chercher un autre bouc émissaire

    Donnez-nous des études scientifiques. Et des chiffres. Voilà ce que réclament des secteurs fermés depuis une plombe pour qu’on leur prouve l’efficacité des mesures sanitaires en vigueur. Et politiquement, ce discours percole : certains voudraient enfin qu’on leur démontre si un salon de coiffure est plus dangereux qu’un salon de thé. Ou qu’une pépinière.

    La demande est compréhensible. Pour mieux lutter contre le virus, l’idéal serait de disposer d’un hit-parade de ses endroits préférés....

    Lire la suite