Le prix médian des maisons en Brabant wallon a augmenté de 4,3% en 2019

Le prix médian des maisons en Brabant wallon a augmenté de 4,3% en 2019
Pierre-Yves Thienpont

Le prix médian des maisons en Brabant wallon a passé le seuil des 300.000 euros pour la première fois en 2019 : il s’est établi à 310.000 euros, en hausse de 4,3 % en un an et de 14,8 % depuis 2015, a indiqué lundi la compagnie des notaires du Brabant wallon, qui a exclu les immeubles de rapport, les fermes et les villas de luxe de ses calculs.

Si l’activité immobilière a augmenté de 8,9 % au niveau national en 2019 (10,8 % en Flandre, 6,3 % à Bruxelles et 6 % en Wallonie), le Brabant wallon se distingue avec une augmentation record de 13,9 %. Il se confirme donc que le Brabant wallon figure parmi les plus chers du marché belge puisque sur l’entièreté du pays, le prix médian d’une maison s’est établi à 240.000 euros en 2019, contre 310.000 dans la province brabançonne.

D’importantes disparités entre les communes

D’importantes disparités existent toutefois entre les communes : 500.000 euros à Lasne et 400.000 euros à Waterloo, mais de 195.000 à 240.000 euros aux extrémités de la province comme à Rebecq, Tubize, Jodoigne, Orp-Jauche ou Hélécine.

Quant aux appartements, le prix médian en 2019 est de 200.000 euros sur le plan national, mais de 230.000 euros en Brabant wallon, en hausse de 3,8 % par rapport à 2018, et de 12,2 % depuis 2015.

Découvrez notre infographie avec les chiffres commune par commune

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des primaires à l’université en passant par les hautes écoles, tout l’enseignement est perturbé. On cherche des solutions pour valider les parcours sans sacrifier la valeur des diplômes.

    Enseignement: incertitude sur la tenue des examens

  2. PHOTONEWS_10863892-107

    Coronavirus: la solidarité européenne à l’épreuve des réalités politiques nationales

  3. d-20180218-3KNPP4 2018-02-18 22:21:40

    Coronavirus: neuf enseignants sur dix sont contre l’école cet été

La chronique
  • «Comme on nous parle»: Ne pas se toucher, l’épine dans le talon de nos conversations

    C’est une cousine croisée il y a un mois, il y a un siècle, une éternité. Il pleut, c’est le soir. On se tombe dessus à la gare, en sortant du train, et on se fait la bise puis d’un coup, comme si la joue de l’autre nous avait brûlées comme de l’acide, on recule, horrifiées : « Mince ! On s’est embrassées ! » On n’avait pas encore l’habitude, à l’époque, mais le mètre 50 de sécurité, ça, on savait déjà.

    Du coup, on recule. 1m50, c’est la distance latérale de dépassement d’un piéton ou d’un cycliste, hors agglomération. Parler à quelqu’un à 1m50 de distance, c’est comme si vous vous teniez tous les deux de chaque côté d’une petite citadine, une Citroën C-Zero ou une Peugeot iOn. Ou d’une table de ping-pong, dans sa largeur. Ou d’une baignoire. Ou d’un poney.

    1m50, c’est un peu plus que ce qu’on appelle notre « distance personnelle », qui est de 1m20. Soit la taille de notre bulle. La proxémie – l’étude du rôle des distances dans les relations interpersonnelles – montre comment la présence d’une autre personne à l’...

    Lire la suite

  • Chercheurs et industriels font cause commune. Et l’Europe?

    Une course contre la mort, une lutte de tous les instants contre l’épidémie et des batailles perdues qui mettent à terre familles, soignants comme experts : ce mardi, l’émotion d’Emmanuel André, bouleversé alors qu’il annonçait la mort d’une jeune fille de 12 ans, disait toute l’intensité de l’engagement d’un véritable bataillon de forces contre le virus.

    Dans ce chaos et cette hallucination, des choses magnifiques se produisent, à l’instar de cette mobilisation sans précédent de scientifiques...

    Lire la suite