Oui, la bienveillance a sa place aussi en entreprise !

Oui, la bienveillance a sa place aussi en entreprise !

Qu’est-ce que la bienveillance en entreprise ? Simplement, un ensemble de valeurs destinées à rendre le travail plus agréable et porteur de sens. Quelques mots-clés y sont attachés : indulgence, transparence, respect, diversité et compassion. Ces valeurs humaines se sont, peu à peu, glissées dans l'univers de la productivité pour juguler le manque d'engagement des salariés, notamment des plus jeunes. Aujourd’hui, l’éthique s’imprime plus largement dans la société et redéfinit certaines règles du management.  

Au-delà du storytelling, une petite musique se fait entendre : tout le monde y gagne, à commencer par l’employeur. En véhiculant des valeurs positives, l'entreprise favorise l'engagement des collaborateurs. Elle produit également des effets positifs sur la santé (physique et morale) des individus. Entendez : moins d'absentéisme et de turnover.   

Un engagement sincère ?  

En tout cas indispensable selon Didier Lejeune, Directeur Général de SCC : « oui, le salaire reste un critère de choix, mais d’autres éléments sont désormais tout aussi importants. Comme des notions plus sociétales, qui figurent parmi les attentes des candidats. Ils veulent clairement travailler dans des entreprises plus responsables et vertueuses. » 

Ce changement de ton, Christelle Dumont, coach spécialisée en dynamique participative dans les entreprises à Bruxelles, le constate, même si a priori « la bienveillance ne correspond pas à un milieu où il faut se protéger, se barricader, se prémunir ». Il ne faut pas se leurrer, le milieu professionnel continue de faire peser sur l’être humain une pression pour la performance, mais le nombre de pathologies liées au stress professionnel obligent les ressources humaines à revoir leur copie. « Les maladies comme le burn-out sont en forte croissance. Le turnover est trop important. Les boîtes doivent réagir et comprendre qu'une autre façon de vivre en entreprise pourrait engendrer des résultats bien plus bénéfiques. » Pour elle, c'est le manque de reconnaissance qui est en cause : « c'est pourtant le carburant de l’individu »

Les mentalités évoluent 

Didier Lejeune constate des évolutions majeures, avec la mise en place de plans où « les dimensions de respect, de condition de travail et de bien-être des collaborateurs sont des composantes-clés. Cela a fait évoluer les mentalités. » Un mécanisme qui crée de nouveaux réflexes au sein des ressources humaines.   

Cette mécanique vertueuse est devenue essentielle, confirme Christelle Dumont : « je vois fleurir de nouvelles façons de diriger des équipes par la dynamique participative. Où l’intelligence collective fait appel aux valeurs humaines du groupe. » Exemples : du sport, des massages, de la méditation de pleine conscience et des programmes créatifs ou récréatifs. L'organiser requiert un chef d'orchestre. C'est le rôle du happiness manager, « dont la fonction principale est d'assurer le bien-être des individus » (le bonheur étant une notion beaucoup plus associé à l'univers américain). 

En interne et à l'extérieur 

Une conception complémentaire à la bienveillance passe désormais par des actions concrètes pour des causes, sous les yeux du monde extérieur. « Par exemple, des actions de soutien à des causes humanitaires », cite Didier Lejeune. Des éléments qui, rassemblés, vont contribuer à renforcer le sentiment d’appartenance et d'identification à l’entreprise, donc vont devenir porteurs de liens. Tout bon pour la marque employeur et pour le moral des troupes. « Un personnel épanoui sera plus créatif, offrira plus de productivité, aura moins envie de quitter son entreprise », conclut Christelle Dumont.   

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Imaginer que l’on pourra mettre en place la réforme de la formation initiale des enseignants en septembre 2021, c’est juste être déconnecté de la réalité qui est vécue au sein des universités.
»

    Vincent Blondel (UCLouvain): «Les universités ne peuvent réaliser l’impossible»

  2. Le premier projet de couverture du «
Lotus bleu
» dessiné, aquarellé et gouaché par Hergé en 1936.

    Le «Lotus bleu», sans doute la couverture de BD la plus chère au monde

  3. Les autorités régionales veulent aussi procéder à presque un million de tests rapides dans ces zones.

    De nouvelles restrictions à Madrid pour éviter un reconfinement

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: Immédiateté, simplisme et communication,un désert de larmes face aux désolations des crises à venir?

    Au-delà de l’incertitude qu’elle a rendue visible, la « crise » Covid-19 de cette année 2020 nous a rappelé que le 21e siècle est et sera un siècle où le simplisme ne solutionnera rien, et où le doute raisonnable sera plus utile que le dogmatisme. Mais cette crise n’est en réalité qu’une problématique bien ténue, voire triviale, en comparaison de ce que nous traversons déjà depuis plusieurs décennies, et qui va s’amplifier au cours de ce siècle : changements climatiques (cet été caniculaire en fut un nouvel indice), effondrement de la biodiversité, pollution, crise...

    Lire la suite

  • En 2024, on ne vivra pas de «scénarios»

    Si Bill Gates croit dans le dynamisme, la technologie et l’ingéniosité wallonnes, qui aurait encore le culot de douter du potentiel du sud du pays ? Ainsi, cette semaine, on apprenait que le milliardaire américain réinjectait 15 millions d’euros dans Univercells, une start-up du biopôle de Gosselies dans laquelle il a déjà investi 30 millions depuis quatre ans. Univercells, active dans le domaine des vaccins, est une de ces pépites des biotechs qui se multiplient en Wallonie. Créée en 2013 par un entrepreneur qui avait déjà...

    Lire la suite