Ces salariés « boomerang », qui partent pour revenir plus forts

Ces salariés « boomerang », qui partent pour revenir plus forts

Dans un marché du travail mobile et flexible, l’employé boomerang n’est plus un oiseau rare. Fini le parcours professionnel linéaire, place aux carrières sinueuses. Tenter sa chance ailleurs, avant de revenir au point départ ? L’aller-retour est parfois une aubaine, entre autres pour la progression de carrière. Une effet boomerang positif que connaît bien Bénédicte, employée dans le secteur de la microfinance : « je m’occupais de la communication dans une ONG. Après quatre ans dans ce service, j’avais fait le tour et j’aspirais à passer du côté opérationnel. Mais l’occasion ne se présentait pas… Jusqu’à ce qu’une fintech me débauche ! Cela tombait à pic et l’offre était alléchante ».  

Le grand saut se produit, mais rapidement se profile la possibilité d’un retour. « Un an plus tard, lors d’une conférence, la (future) directrice de l’association me propose de revenir dans l’ONG », se souvient-elle. « J’étais étonnée et flattée, car elle me proposait le poste tant espéré… »  

Retour à la case départ ? Au contraire ! 

« Je n’aurais jamais eu accès à ce poste de manager, si je n’étais pas partie, raconte Bénédicte. Cela m’a permis de prendre du recul par rapport à mon expertise et à l’organisation ». Si l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs, l’effet boomerang s’avère parfois un levier payant pour évoluer plus rapidement. Certes, cette « revalorisation » peut être risquée, mais les nouvelles générations semblent ouvertes à ce type de parcours.  

Même si la Belgique reste marquée par un certain « immobilisme » en termes d'emploi, plus de la moitié des travailleurs déclarent vouloir réorienter leur carrière et 30% s'imaginent aller voir ailleurs ! Une autre étude indique qu’une fois partis, 40% des employés ne diraient pas non à un retour au bercail, mais seuls 15% passent à l'acte. L’occasion doit évidemment se présenter… « Pour revenir, j’ai également dû balayer l’idée de l’échec, poursuit Bénédicte. Ce n’était pas un retour en arrière, mais bien une vraie progression dans ma carrière »

On se connaît, non ?  

Les mentalités évoluent aussi du côté des employeurs, mais pas à n’importe quel prix. Condition sine qua non ? Être restés en bons termes. « J’avais été débauchée, précise Bénédicte, donc ma relation avec l’ONG était saine ». Une dimension à prendre avec des pincettes, car, même lorsqu’on se quitte bons amis, un départ peut être perçu comme une trahison, notamment par les collègues. « J’appréhendais un peu cet aspect, révèle Bénédicte. Mais j’avais en même temps confiance en ma capacité à relever le défi professionnel ».  

Pour l’employeur, l’opération « retour » n’est pas dénuée d’atouts, puisqu’il agit en connaissance de cause : sur le plan humain, mais aussi de la connaissance de l’entreprise et des compétences de l’ex-ancien. « La prise de fonction s’est faite très rapidement et en douceur. Je ne regrette pas une seconde mon choix, car je pense que tout le monde y a gagné », conclut-elle. Si le retour est facilité, tout se prépare, même un retour à la maison. C’est pourquoi l’employeur doit veiller à encadrer la réintégration pour éviter un retour de bâton…    

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le Premier ministre Alexander De Croo, retrouve, à ce stade, un rôle de coordonnateur.

    Reconfinement: le fédéral reprend la main avant de frapper plus fort

  2. Selon des avocats qui défendent plusieurs patrons de l’horeca, «
les arrêtés ministériels qui ont imposé les fermetures totales ou partielles des établissements violent certaines libertés fondamentales, comme la liberté de travail et de commerce et la Constitution
».

    Coronavirus: la gestion juridique de la crise critiquée

  3. Emmanuel Macron a infligé la douche froide que les Français redoutaient.

    Coronavirus: la France replonge en confinement

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 93»: le voyage

    Hier, il s’est passé un truc incroyable.

    On avait rendez-vous avec Kris, un super pote, du côté de la rue de Namur, à Bruxelles. On s’était dit qu’on se trouverait un petit café à emporter et puis qu’on irait se promener. Tant qu’on peut. C’est la phrase de la semaine, ça, « tant qu’on peut ».

    On est allés chez Tich mais c’était fermé. Alors on est allés chez Jat, en face. On a pris un cappuccino et un chocolat chaud et, dans la rue derrière – la rue Brederode –, on s’est assis sur un banc devant le nº10 qui est vraiment une jolie maison, genre la maison en pain d’épices d’Hansel et Gretel. N’allez pas voir sur Google Maps, tout le quartier a été flouté, une vraie purée de pois. A cause du Palais royal, sans doute.

    Donc on est là, tranquilles, chacun à un bout du banc. Kris est triste parce qu’on lui a volé son beau vélo. Et triste aussi parce que son métier, c’est voyager. Parcourir le monde de bout en bout, rentrer...

    Lire la suite

  • La détresse sanitaire générale force à l’union et au confinement

    Rien n’aurait pu empêcher l’épidémie qui frappe tous les pays européens aujourd’hui, et rien ou pas grand-chose ne pourra empêcher qu’elle sévisse encore avec une grande intensité jusqu’au printemps prochain et le retour de la chaleur. Cela nous laissera alors quelques mois pour trouver un vaccin et être, on l’espère, parés quand il reprendra vigueur à l’automne. Parce qu’il reprendra vigueur. Ces propos sont de l’épidémiologiste français Martin Blachier, conseiller de l’OMS et de la Commission européenne. L’interview qu’il nous accorde...

    Lire la suite