Ces salariés « boomerang », qui partent pour revenir plus forts

Ces salariés « boomerang », qui partent pour revenir plus forts

Dans un marché du travail mobile et flexible, l’employé boomerang n’est plus un oiseau rare. Fini le parcours professionnel linéaire, place aux carrières sinueuses. Tenter sa chance ailleurs, avant de revenir au point départ ? L’aller-retour est parfois une aubaine, entre autres pour la progression de carrière. Une effet boomerang positif que connaît bien Bénédicte, employée dans le secteur de la microfinance : « je m’occupais de la communication dans une ONG. Après quatre ans dans ce service, j’avais fait le tour et j’aspirais à passer du côté opérationnel. Mais l’occasion ne se présentait pas… Jusqu’à ce qu’une fintech me débauche ! Cela tombait à pic et l’offre était alléchante ».  

Le grand saut se produit, mais rapidement se profile la possibilité d’un retour. « Un an plus tard, lors d’une conférence, la (future) directrice de l’association me propose de revenir dans l’ONG », se souvient-elle. « J’étais étonnée et flattée, car elle me proposait le poste tant espéré… »  

Retour à la case départ ? Au contraire ! 

« Je n’aurais jamais eu accès à ce poste de manager, si je n’étais pas partie, raconte Bénédicte. Cela m’a permis de prendre du recul par rapport à mon expertise et à l’organisation ». Si l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs, l’effet boomerang s’avère parfois un levier payant pour évoluer plus rapidement. Certes, cette « revalorisation » peut être risquée, mais les nouvelles générations semblent ouvertes à ce type de parcours.  

Même si la Belgique reste marquée par un certain « immobilisme » en termes d'emploi, plus de la moitié des travailleurs déclarent vouloir réorienter leur carrière et 30% s'imaginent aller voir ailleurs ! Une autre étude indique qu’une fois partis, 40% des employés ne diraient pas non à un retour au bercail, mais seuls 15% passent à l'acte. L’occasion doit évidemment se présenter… « Pour revenir, j’ai également dû balayer l’idée de l’échec, poursuit Bénédicte. Ce n’était pas un retour en arrière, mais bien une vraie progression dans ma carrière »

On se connaît, non ?  

Les mentalités évoluent aussi du côté des employeurs, mais pas à n’importe quel prix. Condition sine qua non ? Être restés en bons termes. « J’avais été débauchée, précise Bénédicte, donc ma relation avec l’ONG était saine ». Une dimension à prendre avec des pincettes, car, même lorsqu’on se quitte bons amis, un départ peut être perçu comme une trahison, notamment par les collègues. « J’appréhendais un peu cet aspect, révèle Bénédicte. Mais j’avais en même temps confiance en ma capacité à relever le défi professionnel ».  

Pour l’employeur, l’opération « retour » n’est pas dénuée d’atouts, puisqu’il agit en connaissance de cause : sur le plan humain, mais aussi de la connaissance de l’entreprise et des compétences de l’ex-ancien. « La prise de fonction s’est faite très rapidement et en douceur. Je ne regrette pas une seconde mon choix, car je pense que tout le monde y a gagné », conclut-elle. Si le retour est facilité, tout se prépare, même un retour à la maison. C’est pourquoi l’employeur doit veiller à encadrer la réintégration pour éviter un retour de bâton…    

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Selon des normes  internationales non négociables, un pilote doit réaliser au moins trois atterrissages réels par période de 90 jours pour pouvoir voler.

    Pilotes, hôtesses, avions: tout doit être prêt à redécoller après des mois au ralenti

  2. Bénédicte Linard, la ministre de la Culture, a expliqué qu’elle proposerait six projets d’«événements tests».

    Coronavirus: les «événements tests», une perspective culturelle toute relative

  3. Selon des normes internationales non négociables, un pilote doit réaliser au moins trois atterrissages réels par période de 90 jours pour pouvoir voler.

    Pilotes, hôtesses, avions: tout doit être prêt à redécoller après des mois au ralenti

La chronique
  • Les terrasses, les Liégeois et le roi Philippe: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Les terrasses

    Elles pourront donc rouvrir le 8 mai et certaines d’entre elles anticiperont pour la Fête du Travail. Les terrasses… Nos autorités songent sans doute à ces espaces cosy, fauteuils et couvertures pour les frileux, tasse de thé et cocktail sans alcool. Nous, on songe surtout au Carré à Liège, à la place du « Vieux » à Namur, au Marché-aux-Herbes de Mons et à Flagey bien sûr. Et ça, ce sera « le joyeux bordel », dirait Maxime Prévot.

    Jérémie

    On avait le choix mardi soir entre PSG-Bayern et la finale de The Voice. Et vous savez quoi ? La musique l’a emporté sur le foot. Avec Jérémie, la Belgique tient un sacré talent, mélange de Harry Belafonte du plat pays et d’Al Jarreau noir jaune rouge. Et pour le foot, rien n’est perdu : entre deux refrains, Jérémie défend aussi les buts de Walhain, a-t-...

    Lire la suite

  • Comment faire rentrer le désir de rébellion dans sa boîte?

    Far west ? Au sens figuré, c’est « le nom que l’on donne à un endroit où règne la loi du plus fort ». Géographiquement, le Far West est lié au sol nord-américain, mais la peur est que, le 1er mai prochain, il prenne ses quartiers à Liège-la-rebelle et pas que…

    Le souci n’est ainsi plus seulement le virus et ses variants assassins mais le risque d’une autre contagion, celle de la « désobéissance civile », ce mouvement via lequel des citoyens transgressent délibérément, de...

    Lire la suite