Ces salariés « boomerang », qui partent pour revenir plus forts

Ces salariés « boomerang », qui partent pour revenir plus forts

Dans un marché du travail mobile et flexible, l’employé boomerang n’est plus un oiseau rare. Fini le parcours professionnel linéaire, place aux carrières sinueuses. Tenter sa chance ailleurs, avant de revenir au point départ ? L’aller-retour est parfois une aubaine, entre autres pour la progression de carrière. Une effet boomerang positif que connaît bien Bénédicte, employée dans le secteur de la microfinance : « je m’occupais de la communication dans une ONG. Après quatre ans dans ce service, j’avais fait le tour et j’aspirais à passer du côté opérationnel. Mais l’occasion ne se présentait pas… Jusqu’à ce qu’une fintech me débauche ! Cela tombait à pic et l’offre était alléchante ».  

Le grand saut se produit, mais rapidement se profile la possibilité d’un retour. « Un an plus tard, lors d’une conférence, la (future) directrice de l’association me propose de revenir dans l’ONG », se souvient-elle. « J’étais étonnée et flattée, car elle me proposait le poste tant espéré… »  

Retour à la case départ ? Au contraire ! 

« Je n’aurais jamais eu accès à ce poste de manager, si je n’étais pas partie, raconte Bénédicte. Cela m’a permis de prendre du recul par rapport à mon expertise et à l’organisation ». Si l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs, l’effet boomerang s’avère parfois un levier payant pour évoluer plus rapidement. Certes, cette « revalorisation » peut être risquée, mais les nouvelles générations semblent ouvertes à ce type de parcours.  

Même si la Belgique reste marquée par un certain « immobilisme » en termes d'emploi, plus de la moitié des travailleurs déclarent vouloir réorienter leur carrière et 30% s'imaginent aller voir ailleurs ! Une autre étude indique qu’une fois partis, 40% des employés ne diraient pas non à un retour au bercail, mais seuls 15% passent à l'acte. L’occasion doit évidemment se présenter… « Pour revenir, j’ai également dû balayer l’idée de l’échec, poursuit Bénédicte. Ce n’était pas un retour en arrière, mais bien une vraie progression dans ma carrière »

On se connaît, non ?  

Les mentalités évoluent aussi du côté des employeurs, mais pas à n’importe quel prix. Condition sine qua non ? Être restés en bons termes. « J’avais été débauchée, précise Bénédicte, donc ma relation avec l’ONG était saine ». Une dimension à prendre avec des pincettes, car, même lorsqu’on se quitte bons amis, un départ peut être perçu comme une trahison, notamment par les collègues. « J’appréhendais un peu cet aspect, révèle Bénédicte. Mais j’avais en même temps confiance en ma capacité à relever le défi professionnel ».  

Pour l’employeur, l’opération « retour » n’est pas dénuée d’atouts, puisqu’il agit en connaissance de cause : sur le plan humain, mais aussi de la connaissance de l’entreprise et des compétences de l’ex-ancien. « La prise de fonction s’est faite très rapidement et en douceur. Je ne regrette pas une seconde mon choix, car je pense que tout le monde y a gagné », conclut-elle. Si le retour est facilité, tout se prépare, même un retour à la maison. C’est pourquoi l’employeur doit veiller à encadrer la réintégration pour éviter un retour de bâton…    

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ostende a accueilli beaucoup de monde ce week-end. Des mesures sont déjà prises pour passer un bon week-end du 15 août.

    Forte affluence et bagarre: comment la Côte s’est barricadée en 24 heures

  2. Le site archéologique est déserté par les visiteurs étrangers.

    Pompéi somnole en attendant les touristes disparus

  3. SOCCER JPL DAY 01 KV MECHELEN VS RSC ANDERLECHT

    Les bulletins des Mauves à Malines: Doku a pris sa revanche, Zulj n’a pas saisi sa chance

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Par BAUDOUIN LOOS

    L’effroyable drame du 4 août met les Libanais face à leurs responsabilités

    Comment les Libanais se relèveront-ils de l’incroyable déflagration qui a ravagé leur capitale le 4 août à 18 h 07 ? Aux violents tourments de ce pays naguère surnommé « la petite Suisse du Moyen-Orient » – la guerre civile (1975-1990), les interventions israéliennes (1978, 1982, 2005), l’occupation syrienne (1976-2005), l’irruption de plus d’un million de réfugiés syriens (2012-2020) – succède soudain une double et monstrueuse explosion causée mardi par 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées par négligence et...

    Lire la suite