Jeune et sans expérience, il a gravi tous les échelons pour devenir manager

Jeune et sans expérience, il a gravi tous les échelons pour devenir manager

Hugo Martin a 24 ans. Malgré son jeune âge et son relatif manque d’expérience, il est déjà directeur adjoint en charge du magasin du centre Auto5 de Froyennes (près de Tournai). Un poste à responsabilité pour un jeune homme au parcours atypique.

De stagiaire à directeur

« J’ai commencé à travailler chez Norauto à 18 ans comme stagiaire. J’ai travaillé durant les mois de juillet et août comme saisonnier », se souvient le jeune homme. Un stage dans lequel il a pu démontrer toute sa motivation et son sens de la relation au client. A tel point qu’à l’issue du stage, on m’a proposé directement un contrat en CDI ». La prouesse est d’autant plus belle, car « Je n’ai pas mon Bac. J’ai juste un BEP commerce en France ce qui est l’équivalent d’une 5e ou 6e secondaire en Belgique, mais je ne suis pas certifié ».
Qu’à cela ne tienne, malgré son absence de diplôme et d’expérience, il a bénéficié de formations au sein du groupe. L’occasion, pendant 5 ans, de s’améliorer à son rythme.

Norauto faisant partie du groupe familial Mobivia au même titre qu’Auto5, les possibilités de mobilités sont nombreuses entre les enseignes et entre les pays. Hugo en est la preuve. Grâce à sa motivation et son enthousiasme, il se fait vite repérer. « Mon directeur de France a été muté en Belgique où on cherchait des profils comme le mien. Ça s’est fait très vite ». Cela fait maintenant deux ans que Hugo officie aux commandes du magasin de Froyennes.

 

L’esprit de famille

Ce qu’il apprécie par-dessus tout chez Auto5 ? « C’est l’esprit de famille et la bonne ambiance qui règne dans l’équipe. Pour moi, c’est très important de placer l’humain au centre de mon travail. Que ce soit dans la relation client ou dans la gestion de l’équipe ». Pour Hugo, son jeune âge n’est pas un frein. « Ce n’est pas parce que j’ai 24 ans et que je suis directeur adjoint que je sais tout sur tout. Il faut l’accepter et pouvoir travailler dans le respect mutuel avec les gens qui ont plus d’expérience. Sur un bateau, sans son équipage, le capitaine ne fera rien ».

Pour Hugo, la jeunesse n’est pas une excuse pour ne pas oser se lancer dans une carrière chez Auto5. « Tant que le candidat aime ce qu’il fait, qu’il se montre enthousiaste, il doit tenter sa chance. Quand on veut, on peut. Ce n’est pas une question d’âge. Tout peut s’apprendre. C’est juste une question de motivation », explique Hugo. Alors si comme lui, vous êtes jeune, avec une forte fibre commerciale et de l’enthousiasme à revendre n’hésitez plus à relever ce challenge.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une expo prolongée encore quelques jours, jusqu’à ce dimanche 18avril.

    Baptême de l’art : en train avec Bob et Bobette

  2. FILES-US-HEALTH-VIRUS-VACCINE-J&J

    Johnson & Johnson: un nouveau revers pour la campagne de vaccination

  3. Dominique Duchesnes.

    Sophie Wilmès à la veille du Codeco: «Il faut saisir l’occasion de revenir sur le chemin des libertés»

La chronique
  • Royaume-Uni: comment le prince Philip a veillé aux intérêts économiques de la famille Windsor

    Par Marc Roche

    Sur le sol depuis des jours, une marée de journaux, de cahiers spéciaux et de biographies lourdes comme une enclume consacrées au duc d’Edimbourg, décédé le 9 avril à l’âge de 99 ans. Le héros de la Deuxième Guerre mondiale, le croisé de l’écologie avant la lettre, le philanthrope de la jeunesse en difficulté et surtout le roc de Sa Majesté au cours d’un mariage d’une exceptionnelle longévité… au risque d’indisposer, les médias britanniques n’ont eu cesse de mettre en exergue le formidable héritage de Son Altesse royale qui doit être inhumé samedi au château de Windsor.

    En revanche, pas un mot sur son rôle de PDG de la « Firme », comme le roi George VI, père de l’actuelle souveraine, avait surnommé la famille royale. Ce trait d’humour est révélateur de la véritable entreprise qu’est devenu Windsor Inc. Cette prospérité est le legs le moins...

    Lire la suite

  • La science a donné, merci de chercher un autre bouc émissaire

    Donnez-nous des études scientifiques. Et des chiffres. Voilà ce que réclament des secteurs fermés depuis une plombe pour qu’on leur prouve l’efficacité des mesures sanitaires en vigueur. Et politiquement, ce discours percole : certains voudraient enfin qu’on leur démontre si un salon de coiffure est plus dangereux qu’un salon de thé. Ou qu’une pépinière.

    La demande est compréhensible. Pour mieux lutter contre le virus, l’idéal serait de disposer d’un hit-parade de ses endroits préférés....

    Lire la suite