Jeune et sans expérience, il a gravi tous les échelons pour devenir manager

Jeune et sans expérience, il a gravi tous les échelons pour devenir manager

Hugo Martin a 24 ans. Malgré son jeune âge et son relatif manque d’expérience, il est déjà directeur adjoint en charge du magasin du centre Auto5 de Froyennes (près de Tournai). Un poste à responsabilité pour un jeune homme au parcours atypique.

De stagiaire à directeur

« J’ai commencé à travailler chez Norauto à 18 ans comme stagiaire. J’ai travaillé durant les mois de juillet et août comme saisonnier », se souvient le jeune homme. Un stage dans lequel il a pu démontrer toute sa motivation et son sens de la relation au client. A tel point qu’à l’issue du stage, on m’a proposé directement un contrat en CDI ». La prouesse est d’autant plus belle, car « Je n’ai pas mon Bac. J’ai juste un BEP commerce en France ce qui est l’équivalent d’une 5e ou 6e secondaire en Belgique, mais je ne suis pas certifié ».
Qu’à cela ne tienne, malgré son absence de diplôme et d’expérience, il a bénéficié de formations au sein du groupe. L’occasion, pendant 5 ans, de s’améliorer à son rythme.

Norauto faisant partie du groupe familial Mobivia au même titre qu’Auto5, les possibilités de mobilités sont nombreuses entre les enseignes et entre les pays. Hugo en est la preuve. Grâce à sa motivation et son enthousiasme, il se fait vite repérer. « Mon directeur de France a été muté en Belgique où on cherchait des profils comme le mien. Ça s’est fait très vite ». Cela fait maintenant deux ans que Hugo officie aux commandes du magasin de Froyennes.

 

L’esprit de famille

Ce qu’il apprécie par-dessus tout chez Auto5 ? « C’est l’esprit de famille et la bonne ambiance qui règne dans l’équipe. Pour moi, c’est très important de placer l’humain au centre de mon travail. Que ce soit dans la relation client ou dans la gestion de l’équipe ». Pour Hugo, son jeune âge n’est pas un frein. « Ce n’est pas parce que j’ai 24 ans et que je suis directeur adjoint que je sais tout sur tout. Il faut l’accepter et pouvoir travailler dans le respect mutuel avec les gens qui ont plus d’expérience. Sur un bateau, sans son équipage, le capitaine ne fera rien ».

Pour Hugo, la jeunesse n’est pas une excuse pour ne pas oser se lancer dans une carrière chez Auto5. « Tant que le candidat aime ce qu’il fait, qu’il se montre enthousiaste, il doit tenter sa chance. Quand on veut, on peut. Ce n’est pas une question d’âge. Tout peut s’apprendre. C’est juste une question de motivation », explique Hugo. Alors si comme lui, vous êtes jeune, avec une forte fibre commerciale et de l’enthousiasme à revendre n’hésitez plus à relever ce challenge.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. On peut certainement encore mieux faire mais, incontestablement, l’école numérique est une réalité, à mille lieues des bricolages du passé.

    École à distance: la difficile mutation vers le numérique

  2. «
Ce qui nous semble évident aujourd’hui ne l’était pas il y a quelques mois et on peut être tenté à l’idée de refaire l’histoire.
»

    Christie Morreale: «La fermeture des maisons de repos m’a valu les pires critiques»

  3. RTX845WM

    Ecoles, horeca, masques, télétravail: à quel point nos voisins sont-ils reconfinés ?

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 92»: le brasero

    Hier, il s’est passé un truc incroyable.

    On a appelé le magasin de bricolage pour savoir s’il leur restait des braseros. Le brasero, nous dit le monsieur, est à l’hiver 2020 ce que la piscine gonflable était à l’été 2020. Un must.

    La piscine, merci, on était au courant. Avant le confinement, comme 85 % des Belges, on ignorait ce qu’était un filtre épurateur à cartouche. Jusqu’à ce que, comme la farine ou le papier Q, il y ait pénurie. « Désolé madame, on en recommande, on en recommande mais ils n’arrivent pas. Ce sont les usines qui ne suivent pas. Alors que l’an dernier, on en avait 200 et on a tenu tout l’été. »

    Le jardin, en 2020, c’est le bien le plus précieux qu’on ait eu de toute notre vie. Mieux que les enfants. Mieux que tout. On embrassait l’herbe le matin au réveil, on parlait aux fleurs, on remerciait les arbres, on humait le barbecue du voisin, on s’enivrait du ciel, des nuages et des étoiles. Et la piscine gonflable, la piscine gonflable, elle trônait comme une matrone au milieu de...

    Lire la suite

  • Le virus jusqu’en 2022? Actons et soyons stratèges

    Cela devient une évidence : le virus est là pour rester, les vaccins ne seront pas disponibles de sitôt. Nous allons devoir lutter jusqu’en 2021 voire l’année 2022. C’est terrible ? Oui, mais si c’est la vérité, autant la regarder en face. Il faut acter ce calendrier et mettre en place une équipe et une méthode qui tenteront d’accoucher d’une stratégie pour couvrir cette période. Avec toute l’humilité collective requise.

    Il est impossible de vivre les mois qui viennent d’ici l’été 2021 ou...

    Lire la suite