Toujours connectés au boulot grâce à Whatsapp

Toujours connectés au boulot grâce à Whatsapp

Whatsapp au boulot ? « C’est la possibilité de partager directement des informations avec ses équipes et d’avoir des nouvelles de la société au niveau belge et européen », assure Julien Boulle, Account Manager chez Edgar & Cooper. Pour Jasmina Dekrem, chef coq dans un espace de coworking « c’est idéal dans une entreprise avec peu de hiérarchie comme la nôtre. Cela permet presque de créer un lien familial avec ses collègues ». Il n’est pas très compliqué de trouver des avis positifs sur l’utilisation de la célèbre messagerie mobile instantanée.

Dans les faits pourtant, l’utilisation des médias sociaux dans un milieu professionnel n’est pas toujours autant appréciée. Le Moodmeter, une enquête de communication interne auprès de 1.000 personnes travaillant en Belgique dans des entreprises de 250 personnes au moins, révèle que les canaux de médias sociaux internes mis en place par une entreprise ont du mal à convaincre, surtout les moins de 34 ans. « Cela a peu de succès quand c’est la société qui le décide. Pourquoi ? Il y a des problèmes liés au contenu, au contrôle de l’information. L’employé se sent moins libre de s’exprimer », explique Katja Werbrouck, cofondatrice de Moodfactory.

« Quand cela fonctionne, c’est parce qu’une équipe décide de l’utiliser, de sa propre initiative, surtout si la société ne propose pas de solution à la base. On décide qui est dans le groupe, qui ne l’est pas. On en crée plusieurs aussi selon les affinités, les envies, les objectifs ». Une autre enquête effectuée dans une grande société belge de services révèle ainsi que 35% des employés utilisaient des réseaux sociaux publics, et 80% d’entre eux Whatsapp et 40% Messenger.

Une communication immédiate...mais constante

Whatsapp permet ainsi de connecter les collègues, les managers, de partager de l’information à tout moment. « C’est l’outil le plus performant à ce niveau-là en termes d’immédiateté. La communication est synchronisée, le délai est parfois infime entre une communication et une réponse. On est toujours dans la poche des gens, on les atteint où qu’ils soient », poursuit Katja Werbrouck. Et c’est là que se pose le problème aussi.

« Cela peut créer un stress. Le phénomène de ‘fear of missing out’, la peur de rater quelque chose. On est aussi tout le temps dérangé et on ne peut jamais se concentrer sur une tâche ». On est aussi dans le court-terme avec des instructions données à la va-vite par message écrit ou vocal voire du contrôle à distance. Whatsapp au boulot, une plaie pour les employés ? « Tant que la liberté de chacun est respectée. Quand c’est ma décision, c’est chouette et enrichissant. Quand c’est obligé par le management via le téléphone professionnel, c’est autre chose. À bonne dose et avec du respect alors. Mais c’est plus une question de leadership et de gestion d’équipe que d’outils dans ce cas. » conclut Katja Werbrouck.

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des heurts violents ont encore opposé manifestants et forces de l’ordre, lundi, au centre de Beyrouth.

    Liban: malgré la démission du gouvernement, la colère ne retombe pas à Beyrouth

  2. Sa plateforme de livraison à domicile a permis à Uber de sauver les meubles mais pas les emplois
: 6700 sont passés à la trappe. © Photo News / Gregory Van Gansen.

    La tech’ a licencié près de 77.000 personnes dans le monde

  3. Le drive-in, avec le confort de sa voiture et la sécurité de distanciation en ces temps de Covid, c’est «
la
» formule qui marche.

    Ça roule pour le cinéma drive-in

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Fragilité, humilité, collectivité

    Le 11 janvier dernier, il y a donc sept mois jour pour jour, la Chine enregistrait officiellement le premier décès dû au Covid. Deux mois plus tard, exactement, c’est la Belgique qui comptait son premier mort dans un hôpital bruxellois, le jour même où l’OMS déclarait que cette épidémie était en fait une pandémie.

    Sept mois, à peine, qui semblent une éternité tant nos vies ont changé depuis l’apparition de ce virus. Changé ? C’est le moins qu’on puisse écrire....

    Lire la suite