Toujours connectés au boulot grâce à Whatsapp

Toujours connectés au boulot grâce à Whatsapp

Whatsapp au boulot ? « C’est la possibilité de partager directement des informations avec ses équipes et d’avoir des nouvelles de la société au niveau belge et européen », assure Julien Boulle, Account Manager chez Edgar & Cooper. Pour Jasmina Dekrem, chef coq dans un espace de coworking « c’est idéal dans une entreprise avec peu de hiérarchie comme la nôtre. Cela permet presque de créer un lien familial avec ses collègues ». Il n’est pas très compliqué de trouver des avis positifs sur l’utilisation de la célèbre messagerie mobile instantanée.

Dans les faits pourtant, l’utilisation des médias sociaux dans un milieu professionnel n’est pas toujours autant appréciée. Le Moodmeter, une enquête de communication interne auprès de 1.000 personnes travaillant en Belgique dans des entreprises de 250 personnes au moins, révèle que les canaux de médias sociaux internes mis en place par une entreprise ont du mal à convaincre, surtout les moins de 34 ans. « Cela a peu de succès quand c’est la société qui le décide. Pourquoi ? Il y a des problèmes liés au contenu, au contrôle de l’information. L’employé se sent moins libre de s’exprimer », explique Katja Werbrouck, cofondatrice de Moodfactory.

« Quand cela fonctionne, c’est parce qu’une équipe décide de l’utiliser, de sa propre initiative, surtout si la société ne propose pas de solution à la base. On décide qui est dans le groupe, qui ne l’est pas. On en crée plusieurs aussi selon les affinités, les envies, les objectifs ». Une autre enquête effectuée dans une grande société belge de services révèle ainsi que 35% des employés utilisaient des réseaux sociaux publics, et 80% d’entre eux Whatsapp et 40% Messenger.

Une communication immédiate...mais constante

Whatsapp permet ainsi de connecter les collègues, les managers, de partager de l’information à tout moment. « C’est l’outil le plus performant à ce niveau-là en termes d’immédiateté. La communication est synchronisée, le délai est parfois infime entre une communication et une réponse. On est toujours dans la poche des gens, on les atteint où qu’ils soient », poursuit Katja Werbrouck. Et c’est là que se pose le problème aussi.

« Cela peut créer un stress. Le phénomène de ‘fear of missing out’, la peur de rater quelque chose. On est aussi tout le temps dérangé et on ne peut jamais se concentrer sur une tâche ». On est aussi dans le court-terme avec des instructions données à la va-vite par message écrit ou vocal voire du contrôle à distance. Whatsapp au boulot, une plaie pour les employés ? « Tant que la liberté de chacun est respectée. Quand c’est ma décision, c’est chouette et enrichissant. Quand c’est obligé par le management via le téléphone professionnel, c’est autre chose. À bonne dose et avec du respect alors. Mais c’est plus une question de leadership et de gestion d’équipe que d’outils dans ce cas. » conclut Katja Werbrouck.

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20201215-GKCXJ8 2020-12-15 15_13_09

    Carte blanche: «La taxe kilométrique à Bruxelles tient la route»

  2. A la fois bricoleur, réparateur, artisan et recycleur, Geoffrey Abbas a fondé la coopérative Namufacture et ouvert une boutique dans le centre-ville de la capitale wallonne.

    La Namufacture valorise des déchets pour décorer votre intérieur

  3. Image=d-20181004-3NXEWF_high

    Le destin contrarié du TGV fret

La chronique
  • La chronique «Alternatives»: La nuance, cette provocation

    Le titre du livre est provocateur dans sa modération : Le courage de la nuance.

    A une époque où toutes les radicalités font prime, où même les murmures doivent être de rage et les soupirs d’exaspération, on ne saurait être plus à contre-pied. C’est-à-dire, au fond, plus subversif.

    Quand il devient banal d’envoyer des grenades, c’est l’appel à la nuance qui explose comme une bombe. L’auteur, Jean Birnbaum (le patron, accessoirement, du supplément « Livres » du quotidien Le Monde) ose donc la seule provocation qui soit susceptible, aujourd’hui, de faire scandale : l’appel à s’émanciper des binarismes de plomb qui transforment notre espace intello-médiatique en une arène de guerre civile.

    Hurler, non ! Nuancer. Se libérer des carcans. Interpeller ses propres certitudes. Renvoyer dos à dos Eric Zemmour et Edwy Plenel. Etre capable d’ouvrir des fenêtres qui permettent de sortir de l’auto-enfermement.

    Birnbaum nous offre trois modèles...

    Lire la suite

  • Covid: regarder la réalité en face, arrêter la course aux illusions

    C’est un texte important que nous publions ce lundi, par son contenu et ses signataires. Nathan Clumeck, Marius Gilbert et Leila Belkhir sont trois scientifiques respectés dans cette crise. Depuis le début de la pandémie, ils se sont singularisés par leur volonté de dire aux citoyens ce qui était, sans hurler au loup, sans charlatanisme et en veillant à ne servir aucun discours ou enjeu politique.

    Le texte qu’ils se sont décidé à écrire et à signer ce week-end a été mûrement réfléchi. Ils savent que...

    Lire la suite