Quand l'entreprise cède aux sirènes des réseaux sociaux

Quand l'entreprise cède aux sirènes des réseaux sociaux

Une nouvelle tendance a fait son apparition dans les grandes boîtes :  les RSE, pour réseaux sociaux d'entreprise. En voici quelques-uns plébiscités par les plus grands employeurs de Belgique. 

Yammer 

C’est un peu le Facebook d’entreprise. Vous pouvez poster des photos, des gifs, des messages, créer des sondages, des événements… et vous avez accès aux statistiques de l’utilisation du réseau.  

C’est le réseau choisi par Brussels Airlines « pour stimuler le dialogue et donner la possibilité aux employés de poster et de réagir », d’après Ilse Verhelst, sa chargée de la communication interne. Yammer permet aussi à l’employeur de « communiquer vite et de manière assez informelle, de montrer le côté « humain » de l’entreprise. Les employés ont ainsi la possibilité de communiquer rapidement avec le management »

Speakap 

Assez similaire à Yammer, cette plateforme permet d’informer les employés via des notifications, de partager des dossiers, d’envoyer des messages à une personne ou à un groupe. Chaque personne a également un profil composé, d’une part, de son fil d’actualité et, d’autre part, de ses informations professionnelles (coordonnées, fonction dans l’entreprise…). 

« Cet outil nous permet d’atteindre et de connecter tout le monde, y compris les centaines d’étudiants qui travaillent pour Kinepolis. Speakap a été développé spécifiquement pour des sociétés ‘retail’ réparties sur plusieurs sites différents et avec un grand nombre d’employés qui n’ont pas accès à un ordinateur. 70% de nos employés ne sont pas des employés de bureau », explique Anneleen Van Troos, Corporate Communication Manager chez Kinepolis.  

Jive 

Cet intranet collaboratif permet aux utilisateurs de publier des news professionnelles, de créer et partager des événements, de discuter et poser des questions aux collègues. 

« Jive permet de connecter tous les employés, y compris les techniciens de terrain et les opérateurs, à ce qui se passe dans l'entreprise. Via leurs appareils mobiles, ils peuvent lire, commenter, créer et partager, insiste Haroun Fenaux, Communication Manager chez Proximus. Par exemple, un technicien en intervention chez un client peut poser une question et recevoir de l’aide de ses pairs. »  

Slack 

Slack est une plateforme de communication, elle aussi collaborative, accessible sur ordinateur et sur smartphone. Chaque entreprise peut créer un groupe privé et y inviter tout ou partie de ses employés. Les conversations sont organisées par “chaînes”. A chaque chaîne, son sujet, les collègues peuvant communiquer, s’envoyer des photos, des vidéos, s’appeler en audio et en face cam.  

Une trentaine d’employés de la STIB utilise cet outil au sein des services de communication et de customer care. Guy Sablon, Social Media Coordinator au sein de l’entreprise, trouve Slack « très facile à utiliser. Il faut juste veiller à ce que ça ne parte pas dans tous les sens. Il faut bien structurer les échanges, en fixant les thématiques et les objectifs de chaque chaîne. C’est instantané. On partage des photos, des vidéos… C’est beaucoup plus efficace pour nous que de prendre le téléphone et d’expliquer ce que l’on voit. C’est un truc en plus. Ça n’exclut pas du tout qu’on s’appelle ou que l’on se voie mais pour la grande majorité de nos communications, Slack suffit amplement. » 

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Proximus continue à fournir régulièrement des données à Sciensano.

    Trois entrepreneurs de la tech appellent à une meilleure utilisation des données pur la relance

  2. PEOPLE-GISCARD_

    Décès de Valéry Giscard d’Estaing, l’homme qui voulait moderniser la France

  3. Xavier Brenez.

    Xavier Brenez: «On aurait pu éviter des dégâts dans les maisons de repos»

La chronique
  • Visa pour la Flandre: 11 millions de Belges qui font flop

    L’adhésion, ça ne se commande pas, ça se construit. La preuve par le réel. Ainsi donc nous avons un gouvernement qui veut convaincre les Belges d’agir comme une seule équipe et un Premier ministre qui a son slogan « nous devons devenir une seule équipe de 11 millions de Belges pour battre le corona ». Nous avons aussi désormais une campagne de pub concoctée par l’agence Happiness, diffusée dès ce week-end et accompagnée de vidéos filmées au stade Roi Baudouin et mettant en évidence des citoyens qui ont contribué à la lutte contre le virus – un infirmier, un pompier, une joueuse des Red Flames, une cheffe chiro, etc. Le résultat : flop flop flop. L’Echo a fait le test cette semaine : les vidéos publiées sur You Tube sont très peu relayées et sur Instagram, le hashtag #1equipede11millions donne un seul résultat : la vidéo postée par Alexander De Croo. Pas de retweets collectifs non plus des ministres des différents gouvernements, « coachs » de la fameuse équipe à construire.

    Ce ne sont pas les bravos qui fusent, même en interne, mais les questions...

    Lire la suite

  • Hongrie: il faut toujours se méfier des pères la pudeur

    En Hongrie, la ville de Nagykata a décidé, en novembre, d’imiter la Pologne en instaurant une première zone « LGBTQ-free » où seront interdites toute « propagande » et toute marche pour l’égalité. La Hongrie prohibe aussi le changement de genre des transsexuels dans le code civil et compte réserver l’adoption aux couples hétérosexuels mariés.

    La Hongrie a inscrit dans sa nouvelle Constitution que le mariage ne pouvait se faire qu’entre un homme et une femme car seule cette union...

    Lire la suite