Vidéo - Les hackathons, pas que pour les geeks !

Vidéo - Les hackathons, pas que pour les geeks !

Loin de maîtriser l’art du coding, Annick De Geyter n’avait pas du tout le profil d’une « hackeuse » armée pour résoudre les grandes problématiques de notre temps. Et pourtant, quand on lui a proposé de participer à Hack Belgium en 2018, la graphiste n’a pas hésité longtemps. Un petit hackathon « d’entraînement » en province a suffi à la convaincre de se jeter dans le grand bain. « J'ai fait un petit brainstorming. Ils ont posé une question et je n'en pouvais plus ! J'étais prise dedans », se souvient-elle avec enthousiasme.

Portrait d’Annick de Geyter

Réfléchir ensemble

À Hack Belgium, les participants (plus de 600 cette année) ont accès à une douzaine de workshops animés par des experts. Chaque fois, le principe est le même : une question liée à l’environnement, la mobilité ou une problématique sociale est posée. Par exemple, comment réduire la quantité de déchets plastiques présents dans les océans.

« Ça, c'est une question qui est posée et ensuite, par petits groupes, on fait des brainstormings et on essaie de trouver une solution innovante et qui va peut-être éventuellement déboucher sur une start-up. » Pas besoin d’être spécialiste, l’idée n’est pas de mettre cette solution en œuvre, juste de la penser.

Une idée qui peut donner naissance à une start-up

C’est ce qui s’est passé pour la jeune trentenaire. Enfin presque. Sur place, Annick se lie d’amitié avec plusieurs autres participants et élabore un projet de jeune pousse dans l’économie circulaire. Malheureusement, les moyens de suivent pas – « chacun doit bien gagner sa croûte », comme elle dit – et le projet est mis en stand-by.

Mais, de son point de vue, l’expérience est loin d’être un échec : « je suis déjà créative, ça c'est une chose. Mais ici, j'ai rencontré des gens qui étaient créatifs aussi et qui avaient la même ouverture d'esprit. Et donc ici, je me suis rendue compte que tout était possible. »

Une nouvelle corde à son arc

D’ailleurs, si sa start-up n’a pas (encore ?) vu le jour, la carrière d’Annick n’en a pas moins pris une nouvelle tournure. Et ce, grâce à son pitch à la fin du hackathon. « Au lieu de faire un power point classique, j'ai tout fait en dessin, plus présentation physique et vocale. Donc des gens sont venus vers moi et m'ont dit ça j'ai besoin, je veux ! »

Quelques cartes de visite échangées plus tard, l’artiste a su saisir l’opportunité : elle est devenue facilitatrice graphique. Et cette année, elle est revenue à Hack Belgium... en tant qu'experte. La boucle est bouclée !

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ostende a accueilli beaucoup de monde ce week-end. Des mesures sont déjà prises pour passer un bon week-end du 15 août.

    Forte affluence et bagarre: comment la Côte s’est barricadée en 24 heures

  2. Le site archéologique est déserté par les visiteurs étrangers.

    Pompéi somnole en attendant les touristes disparus

  3. SOCCER JPL DAY 01 KV MECHELEN VS RSC ANDERLECHT

    Les bulletins des Mauves à Malines: Doku a pris sa revanche, Zulj n’a pas saisi sa chance

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Premier faux pas pour la commission Covid

    En plein mois d’août, le président de la « commission spéciale en charge d’examiner la gestion de l’épidémie de Covid-19 par la Belgique » a décidé de réunir ses troupes pour entamer les travaux, avec un premier échange de vues avec les experts. Une séance de plus de trois heures qu’on peut qualifier de raté au démarrage.

    Réunion improvisée

    Le péché originel, c’était la convocation de cette réunion...

    Lire la suite