Vidéo - Les hackathons, pas que pour les geeks !

Vidéo - Les hackathons, pas que pour les geeks !

Loin de maîtriser l’art du coding, Annick De Geyter n’avait pas du tout le profil d’une « hackeuse » armée pour résoudre les grandes problématiques de notre temps. Et pourtant, quand on lui a proposé de participer à Hack Belgium en 2018, la graphiste n’a pas hésité longtemps. Un petit hackathon « d’entraînement » en province a suffi à la convaincre de se jeter dans le grand bain. « J'ai fait un petit brainstorming. Ils ont posé une question et je n'en pouvais plus ! J'étais prise dedans », se souvient-elle avec enthousiasme.

Portrait d’Annick de Geyter

Réfléchir ensemble

À Hack Belgium, les participants (plus de 600 cette année) ont accès à une douzaine de workshops animés par des experts. Chaque fois, le principe est le même : une question liée à l’environnement, la mobilité ou une problématique sociale est posée. Par exemple, comment réduire la quantité de déchets plastiques présents dans les océans.

« Ça, c'est une question qui est posée et ensuite, par petits groupes, on fait des brainstormings et on essaie de trouver une solution innovante et qui va peut-être éventuellement déboucher sur une start-up. » Pas besoin d’être spécialiste, l’idée n’est pas de mettre cette solution en œuvre, juste de la penser.

Une idée qui peut donner naissance à une start-up

C’est ce qui s’est passé pour la jeune trentenaire. Enfin presque. Sur place, Annick se lie d’amitié avec plusieurs autres participants et élabore un projet de jeune pousse dans l’économie circulaire. Malheureusement, les moyens de suivent pas – « chacun doit bien gagner sa croûte », comme elle dit – et le projet est mis en stand-by.

Mais, de son point de vue, l’expérience est loin d’être un échec : « je suis déjà créative, ça c'est une chose. Mais ici, j'ai rencontré des gens qui étaient créatifs aussi et qui avaient la même ouverture d'esprit. Et donc ici, je me suis rendue compte que tout était possible. »

Une nouvelle corde à son arc

D’ailleurs, si sa start-up n’a pas (encore ?) vu le jour, la carrière d’Annick n’en a pas moins pris une nouvelle tournure. Et ce, grâce à son pitch à la fin du hackathon. « Au lieu de faire un power point classique, j'ai tout fait en dessin, plus présentation physique et vocale. Donc des gens sont venus vers moi et m'ont dit ça j'ai besoin, je veux ! »

Quelques cartes de visite échangées plus tard, l’artiste a su saisir l’opportunité : elle est devenue facilitatrice graphique. Et cette année, elle est revenue à Hack Belgium... en tant qu'experte. La boucle est bouclée !

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Selon des normes  internationales non négociables, un pilote doit réaliser au moins trois atterrissages réels par période de 90 jours pour pouvoir voler.

    Pilotes, hôtesses, avions: tout doit être prêt à redécoller après des mois au ralenti

  2. Bénédicte Linard, la ministre de la Culture, a expliqué qu’elle proposerait six projets d’«événements tests».

    Coronavirus: les «événements tests», une perspective culturelle toute relative

  3. Selon des normes internationales non négociables, un pilote doit réaliser au moins trois atterrissages réels par période de 90 jours pour pouvoir voler.

    Pilotes, hôtesses, avions: tout doit être prêt à redécoller après des mois au ralenti

La chronique
  • Les terrasses, les Liégeois et le roi Philippe: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Les terrasses

    Elles pourront donc rouvrir le 8 mai et certaines d’entre elles anticiperont pour la Fête du Travail. Les terrasses… Nos autorités songent sans doute à ces espaces cosy, fauteuils et couvertures pour les frileux, tasse de thé et cocktail sans alcool. Nous, on songe surtout au Carré à Liège, à la place du « Vieux » à Namur, au Marché-aux-Herbes de Mons et à Flagey bien sûr. Et ça, ce sera « le joyeux bordel », dirait Maxime Prévot.

    Jérémie

    On avait le choix mardi soir entre PSG-Bayern et la finale de The Voice. Et vous savez quoi ? La musique l’a emporté sur le foot. Avec Jérémie, la Belgique tient un sacré talent, mélange de Harry Belafonte du plat pays et d’Al Jarreau noir jaune rouge. Et pour le foot, rien n’est perdu : entre deux refrains, Jérémie défend aussi les buts de Walhain, a-t-...

    Lire la suite

  • Comment faire rentrer le désir de rébellion dans sa boîte?

    Far west ? Au sens figuré, c’est « le nom que l’on donne à un endroit où règne la loi du plus fort ». Géographiquement, le Far West est lié au sol nord-américain, mais la peur est que, le 1er mai prochain, il prenne ses quartiers à Liège-la-rebelle et pas que…

    Le souci n’est ainsi plus seulement le virus et ses variants assassins mais le risque d’une autre contagion, celle de la « désobéissance civile », ce mouvement via lequel des citoyens transgressent délibérément, de...

    Lire la suite