Vidéo - Les hackathons, pas que pour les geeks !

Vidéo - Les hackathons, pas que pour les geeks !

Loin de maîtriser l’art du coding, Annick De Geyter n’avait pas du tout le profil d’une « hackeuse » armée pour résoudre les grandes problématiques de notre temps. Et pourtant, quand on lui a proposé de participer à Hack Belgium en 2018, la graphiste n’a pas hésité longtemps. Un petit hackathon « d’entraînement » en province a suffi à la convaincre de se jeter dans le grand bain. « J'ai fait un petit brainstorming. Ils ont posé une question et je n'en pouvais plus ! J'étais prise dedans », se souvient-elle avec enthousiasme.

Portrait d’Annick de Geyter

Réfléchir ensemble

À Hack Belgium, les participants (plus de 600 cette année) ont accès à une douzaine de workshops animés par des experts. Chaque fois, le principe est le même : une question liée à l’environnement, la mobilité ou une problématique sociale est posée. Par exemple, comment réduire la quantité de déchets plastiques présents dans les océans.

« Ça, c'est une question qui est posée et ensuite, par petits groupes, on fait des brainstormings et on essaie de trouver une solution innovante et qui va peut-être éventuellement déboucher sur une start-up. » Pas besoin d’être spécialiste, l’idée n’est pas de mettre cette solution en œuvre, juste de la penser.

Une idée qui peut donner naissance à une start-up

C’est ce qui s’est passé pour la jeune trentenaire. Enfin presque. Sur place, Annick se lie d’amitié avec plusieurs autres participants et élabore un projet de jeune pousse dans l’économie circulaire. Malheureusement, les moyens de suivent pas – « chacun doit bien gagner sa croûte », comme elle dit – et le projet est mis en stand-by.

Mais, de son point de vue, l’expérience est loin d’être un échec : « je suis déjà créative, ça c'est une chose. Mais ici, j'ai rencontré des gens qui étaient créatifs aussi et qui avaient la même ouverture d'esprit. Et donc ici, je me suis rendue compte que tout était possible. »

Une nouvelle corde à son arc

D’ailleurs, si sa start-up n’a pas (encore ?) vu le jour, la carrière d’Annick n’en a pas moins pris une nouvelle tournure. Et ce, grâce à son pitch à la fin du hackathon. « Au lieu de faire un power point classique, j'ai tout fait en dessin, plus présentation physique et vocale. Donc des gens sont venus vers moi et m'ont dit ça j'ai besoin, je veux ! »

Quelques cartes de visite échangées plus tard, l’artiste a su saisir l’opportunité : elle est devenue facilitatrice graphique. Et cette année, elle est revenue à Hack Belgium... en tant qu'experte. La boucle est bouclée !

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Depuis 2017, l’inspection du travail bruxelloise est autorisée sous certaines conditions strictes à «piéger» les entreprises sur lesquelles pèsent des soupçons de discrimination à l’embauche.

    Marché de l’emploi: les tests anti-discrimination peinent à faire leurs preuves

  2. L’idée d’un «passeport vaccination» permettant de voyager librement a d’abord été lancée par le Premier ministre grec, le conservateur Mitsotakis.

    Coronavirus: un «passeport vaccinal»? L’UE planche sur un outil pour la médecine, pas (encore?) sur un sésame

  3. Dans cette école primaire d’Edegem, les enfants n’ont pu entrer dans les locaux que pour se faire tester, de même que leurs parents.

    Coronavirus: le combat contre le variant anglais se met doucement en place

La chronique
  • «Lettre de la City»: Grâce au Covid, ils sont devenus rois

    Par Marc Roche

    Un chef doit toujours être un poète. Il doit parler au nom des dieux, des génies et des esprits des morts », philosophait le sergent Learoyd, le mercenaire fou aux yeux gris, héros de L’adieu au roi de Pierre Schoendoerffer qui, dans la jungle de Bornéo, s’était taillé un royaume à sa mesure.

    Les aventuriers des matières premières n’ont probablement pas cette ambition poétique, eux qui poursuivent leur chimère : devenir roi à leur tour. Contrairement au cinéma, les rêves d’empire se terminent parfois bien sur le terrain économique. La pandémie a permis aux grandes enseignes mondiales du négoce en matières premières d’enregistrer des bénéfices records. Les grandes sociétés de trading – Vitoil, Trafigura, Gunvor, Glencore ou Mercuria – ont su tirer profit à bon escient de l’énorme volatilité des prix depuis le printemps 2020, en particulier du pétrole et des métaux. Les revenus, qui ont doublé et parfois triplé lors de l’année écoulée, sont dans l’ascenseur.

    Le malheur des uns fait le bonheur des autres....

    Lire la suite

  • Le sens des autres…

    Après moi les mouches ? C’est hélas ce que l’on doit constater. 5.000 Belges sont désormais en quarantaine forcée en raison de foyers du variant britannique du covid déclarés à Kontich et Edegem. D’où la décision de mettre « hors circuit » 1.450 étudiants, 250 membres du personnel et tous les membres de leur famille. Pour le bourgmestre de Kontich, « on connaît la cause de cette contamination, des gens revenus de vacances et qui ne sont pas allés en quarantaine ».

    Aucune...

    Lire la suite