Un week-end pour faire de son idée une startup !

Un week-end pour faire de son idée une startup !

Difficile de lancer sa startup aujourd’hui sans s’intéresser à la question des données. C’est pour cette raison que le Techstars Startup Weekend en a fait son cheval de bataille il y a quelques jours. Concrètement, comme lors des éditions précédentes, tout porteur de projet pouvait venir présenter son idée d’application, sept d’entre elles – les meilleures – ayant donné lieu à la constitution d’équipes de travail. L’objectif ? Se rencontrer, apprendre, échanger, prototyper et, bien sûr, pitcher pour espérer remporter la compétition et, pourquoi pas, séduire des partenaires ou des investisseurs. 

L’éthique à tout prix 

Souvent associé à des pratiques peu reluisantes et de nombreuses dérives, le big data fait peur. Pourtant, la collecte de données peut servir l’intérêt collectif. C’était d’ailleurs le mot d’ordre du week-end. « On attendait que les participants réfléchissent à comment apporter, avec une application et beaucoup de données, de la valeur pour la société tout en étant éthiquement responsables. Dans le big data, le concept du consentement explicite d’une personne est central pour garantir le succès d’une application », insiste Toon Vanagt, Managing Partner du Betacowork, co-organisateur de l’événement avec l’ICAB, la Région bruxelloise et le 1819. 

Autre point important : se montrer le plus concret possible. Le Techstars Startup Weekend n’a pas vocation à philosopher mais bien à trouver des solutions d’après Ivanel Pérez Bolivar. Design strategist et coach, il faisait partie des mentors venus encadrer les porteurs de projets. « La technologie est un outil puissant, un outil qui renforce nos connaissances et élargit notre manière d’agir. Sans résoudre un problème réel, la technologie peut devenir un élément faible de la solution. C’est ce qui se passe avec le big data. Vous pouvez collecter une quantité énorme de données, mais si vous ne planifiez pas quelles données collecter, pourquoi et comment les utiliser pour résoudre un problème concret ou améliorer une situation, vous risquez de mal gérer vos efforts pour construire une solution efficace. »  

Une dizaine de candidats 

C’est le défi qu’ont su relever Céline Naveau et Kevin Coppens avec Semactic, leur idée d’outil de gestion de projet SEO (optimisation pour les moteurs de recherche). Les deux porteurs de projet proposent à quiconque de reprendre le contrôle sur sa visibilité online. « Il existe déjà beaucoup d'outils sur le marché, reconnaît la jeune femme. Mais, dans notre agence, on est confronté au quotidien à des clients qui ne s'y retrouvent pas et ne savent pas comment gérer leur projet SEO, qui ne voient pas l'impact que ça peut avoir, qui ont une foule de recommandations mais qui ne savent pas comment les appliquer, etc. On avait vraiment envie de simplifier tout ça et d'avoir un outil qui soit vraiment orienté vers la gestion de projet SEO, qui donne des recommandations simples et actionnables, et qui permette de suivre l'impact de ces recommandations. » 

Cette idée, les deux collègues de travail la mûrissaient depuis des semaines, le soir, autour d’une bière. Pourtant, rien ne disait qu’elle serait retenue lors de ce Startup Weekend. « On espérait évidemment qu'elle le soit, mais on savait qu'elle pouvait ne pas l'être, précise Céline Naveau. Il n’empêche, ça nous intéressait de nous confronter au travail de groupe, à l'avis des mentors, au fait de pitcher aussi. » 

Et le gagnant est... 

Au final, c’est un succès. Les deux acolytes ont empoché le premier prix : 3 mois d'accès à un espace de coworking, de la consultance, et toute une série de réductions sur des formations. « Mais c'est surtout l'impulsion qui est intéressante, insiste Kevin Coppens. Ce type d'événement pousse vraiment à l'entrepreneuriat. Ça nous a vraiment permis de concrétiser le projet. » 

Grâce au feedback des autres participants et des mentors, Céline et Kevin savent maintenant comment communiquer sur leur produit et à quel prix ils peuvent espérer le vendre. Ils sont aussi repartis avec tout un tas de contacts et... trois clients potentiels. Y a plus qu’à ! 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Cloîtrée à Windsor depuis le début de la pandémie, la reine doit se sentir très seule après la disparition de la seule personne qui pouvait lui parler franchement, sans ambages, ni flagornerie.

    Le décès du prince Philip fera-t-il prendre un virage décisif à la monarchie britannique?

  2. En Angleterre, les pubs et les restaurants seront autorisés dès lundi à servir les clients à l’extérieur.

    Coronavirus: l’Europe divisée entre allégement et maintien des restrictions

  3. «Agilité et flexibilité: ce sont mes mots clés. Ils me servent tous les jours», affirme Inge Neven.

    Inge Neven: «On doit réfléchir à tester certains assouplissements»

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, jour 395: le fermier»

    Vendredi il s’est passé un truc incroyable.

    On avait besoin d’air, de légèreté, de douceur, de s’éloigner des thromboses atypiques et du sofagate, de voir des lapins, des fleurs, des arbres et des petits oiseaux. Direction : la campagne.

    Le premier être humain qu’on croise est un chasseur. Treillis, ABL, fusil à deux coups sur l’épaule, il nous lâche un bonjour tranquille comme la conscience de mère Teresa – qu’elle repose en paix – tirant sur des pigeons en argile. On aurait dû rebrousser chemin. C’était un signe.

    Il sort d’un champ attenant à une ferme immense, une ferme sombre et refermée sur elle-même, avec des murs comme des montagnes, d’énormes silos rouillés et des bâches fantomatiques secouées par le vent. Une ferme comme le motel de Norman Bates : flippante.

    On presse le pas quand, d’un coup, diable jailli d’une boîte, un fermier qui a la tête du père de François Damiens – ou, plus probablement, qui a la tête de François Damiens vieux, parce que son...

    Lire la suite

  • Il faut repenser la société du covid

    Le Théâtre royal flamand de Bruxelles accueillera à partir du 26 avril cinquante spectateurs par soirée, qu’importent les mesures sanitaires alors en vigueur. De leur côté, plusieurs restaurateurs ont annoncé qu’ils serviront à table dès le 1er mai, même si la réouverture de l’horeca est postposée. Et l’on passe sur les boums clandestines ou non, la restauration à la sauvette, etc. Cette désobéissance qui relève de faits isolés – et non d’une lame de fond – ne peut être toutefois négligée.

    Il va...

    Lire la suite