Un hackathon pour mon entreprise ?

Un hackathon pour mon entreprise ?

Depuis les 7 dernières années, 180 hackathons ont été organisés par des associations et entreprises de différents secteurs : énergie, finances, éducation, santé, télécommunication, culture, transport ou spatial.

A l’origine, les hackathons étaient exclusivement dédiés au développement de solutions logicielles. Aujourd’hui, les hackathons sont utilisés pour innover, créer des startups, recruter ou sensibiliser par de nombreuses entreprises comme BNP Paribas, Proximus, BPost, NASA, Volvo ou encore la STIB.

Le format de ces événements reste cependant toujours le même : ils varient de 1 à 3 jours durant lesquels différentes équipes créent un projet dans le temps défini et trouvent des solutions à une problématique de départ. Les équipes présentent ensuite leurs résultats devant un jury à la fin de l’événement, lequel choisira le projet gagnant.

Les objectifs possibles sont variés. Par exemple, l’entreprise BESIX a organisé le Hack2build pour contribuer à son ambitieux programme d’innovation ouverte, encourageant la collaboration entre employés, clients, startups et partenaires pour développer des projets dans la construction durable.

Gambit Financial Solutions organise quant à elle le Gambit Hack'ademic pour tisser des liens avec les écoles partenaires et identifier des talents à recruter. L’agence fédérale Enabel sensibilise à la Citoyenneté Mondiale avec le Hack2Act. Le Cluster Twist, le Hub Créatif de Charleroi et le RTL Spiroudome lancent HackArena pour réinventer l’expérience des fans avec des technologies modernes. Avec 20 événements par semaine dans le monde, les fameux Startup Weekend de TechStars développent l’envie d’entreprendre en créant des startups en un weekend.

A chaque fois, le pari est de stimuler les participants en leur faisant vivre une expérience épanouissante et enrichissante.

Cependant, il existe des obstacles pour les organisateurs d’un tel événement public. Dans les erreurs les plus courantes, on peut citer : une communication trop pauvre, un lieu d’événement mal adapté, un timing trop serré ou un objectif flou. Les plus regrettables étant une proposition de valeur inéquitable pour les participants, l’appropriation des projets des participants par les organisateurs ou encore une organisation sans partenaire. Au-delà des résultats médiocres, ces malheureuses initiatives entraînent par ailleurs une réputation détériorée des organisateurs, une confiance rompue avec les partenaires, et des participants frustrés.

Heureusement il existe des bonnes pratiques, des outils, des études et des experts en organisation de hackathons. Voici, entre autres, 4 conseils pour réussir l’organisation de son hackathon :

• Gérer l’organisation comme un projet, avec une équipe multidisciplinaire, chacun ayant un rôle bien défini

• Évaluer la préparation, l’exécution et le suivi du hackathon pour les organisateurs, les partenaires et les participants

• Prévoir une animation énergisante et un accompagnement des équipes pendant toute la durée du hackathon par des coachs et facilitateurs

• Participer à un hackathon en tant que participant ou s’entourer d’experts pour être inspiré et guidé Alors, prêt à lancer votre hackathon ? Avec 50 hackathons par an en Belgique et des communautés de passionnés, c’est le bon moment pour prendre le train en marche. De manière juste, intelligente et équilibrée.

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Platja d’Aro, près de Girona.

    Retour au confinement: la Belgique sur ses gardes

  2. Dans le monde entier, les scientifiques s’activent pour trouver le moyen de guérir ou prévenir le coronavirus.

    Immunité: comment l’organisme se défend contre le coronavirus

  3. Emmanuel Marill, directeur France et Belgique de l’entreprise américaine Airbnb, a licencié entre 20 et 25
% de ses effectifs.

    Les habitudes des Belges sur AirBNB: la campagne a la cote

La chronique
  • Lettre d’Europe: la pandémie s’éloigne, les questions climatiques restent

    Que la pandémie s’éloigne effectivement ou que les Européens s’habituent simplement à vivre avec elle, une chose est sûre : la lutte contre le changement climatique et ses conséquences dévastatrices sur nos vies reste notre plus grand défi.

    À Bruxelles, la Pologne va trouver sur la table des négociations le problème du CO2 car certains pays de l’Union européenne veulent que le Fonds pour une transition juste (avec, à la clé, 8 milliards d’euros pour la Pologne) soit accordé uniquement si Varsovie adhère à l’objectif européen de neutralité carbone fixé à 2050. Si, en décembre dernier, le gouvernement polonais est parvenu à retarder la décision, de nombreuses capitales européennes veulent aujourd’hui subordonner l’accord budgétaire à une décision claire de la Pologne sur la politique climatique communautaire.

    Cracovie la plus polluée

    Pourquoi, en Pologne, où près de la moitié de la...

    Lire la suite

  • Vacances, j’oublie tout? Euh non…

    À défaut de vaccin, voici donc une piqûre de rappel venue de Catalogne, mais aussi de Lombardie et de Vénétie : notre été 2020 n’est pas livré à l’insouciance mais sera en liberté surveillée. Avec plus que jamais dans les valises, outre les crèmes solaires, un indispensable sens des responsabilités pour ceux et celles qui décident de quitter leur domicile pour voyager en Belgique ou à l’étranger, mais aussi l’extrême vigilance des autorités publiques. Il faut en effet être assuré qu’un processus automatique et sans faille se déclenche...

    Lire la suite