Un hackathon pour mon entreprise ?

Un hackathon pour mon entreprise ?

Depuis les 7 dernières années, 180 hackathons ont été organisés par des associations et entreprises de différents secteurs : énergie, finances, éducation, santé, télécommunication, culture, transport ou spatial.

A l’origine, les hackathons étaient exclusivement dédiés au développement de solutions logicielles. Aujourd’hui, les hackathons sont utilisés pour innover, créer des startups, recruter ou sensibiliser par de nombreuses entreprises comme BNP Paribas, Proximus, BPost, NASA, Volvo ou encore la STIB.

Le format de ces événements reste cependant toujours le même : ils varient de 1 à 3 jours durant lesquels différentes équipes créent un projet dans le temps défini et trouvent des solutions à une problématique de départ. Les équipes présentent ensuite leurs résultats devant un jury à la fin de l’événement, lequel choisira le projet gagnant.

Les objectifs possibles sont variés. Par exemple, l’entreprise BESIX a organisé le Hack2build pour contribuer à son ambitieux programme d’innovation ouverte, encourageant la collaboration entre employés, clients, startups et partenaires pour développer des projets dans la construction durable.

Gambit Financial Solutions organise quant à elle le Gambit Hack'ademic pour tisser des liens avec les écoles partenaires et identifier des talents à recruter. L’agence fédérale Enabel sensibilise à la Citoyenneté Mondiale avec le Hack2Act. Le Cluster Twist, le Hub Créatif de Charleroi et le RTL Spiroudome lancent HackArena pour réinventer l’expérience des fans avec des technologies modernes. Avec 20 événements par semaine dans le monde, les fameux Startup Weekend de TechStars développent l’envie d’entreprendre en créant des startups en un weekend.

A chaque fois, le pari est de stimuler les participants en leur faisant vivre une expérience épanouissante et enrichissante.

Cependant, il existe des obstacles pour les organisateurs d’un tel événement public. Dans les erreurs les plus courantes, on peut citer : une communication trop pauvre, un lieu d’événement mal adapté, un timing trop serré ou un objectif flou. Les plus regrettables étant une proposition de valeur inéquitable pour les participants, l’appropriation des projets des participants par les organisateurs ou encore une organisation sans partenaire. Au-delà des résultats médiocres, ces malheureuses initiatives entraînent par ailleurs une réputation détériorée des organisateurs, une confiance rompue avec les partenaires, et des participants frustrés.

Heureusement il existe des bonnes pratiques, des outils, des études et des experts en organisation de hackathons. Voici, entre autres, 4 conseils pour réussir l’organisation de son hackathon :

• Gérer l’organisation comme un projet, avec une équipe multidisciplinaire, chacun ayant un rôle bien défini

• Évaluer la préparation, l’exécution et le suivi du hackathon pour les organisateurs, les partenaires et les participants

• Prévoir une animation énergisante et un accompagnement des équipes pendant toute la durée du hackathon par des coachs et facilitateurs

• Participer à un hackathon en tant que participant ou s’entourer d’experts pour être inspiré et guidé Alors, prêt à lancer votre hackathon ? Avec 50 hackathons par an en Belgique et des communautés de passionnés, c’est le bon moment pour prendre le train en marche. De manière juste, intelligente et équilibrée.

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Cloîtrée à Windsor depuis le début de la pandémie, la reine doit se sentir très seule après la disparition de la seule personne qui pouvait lui parler franchement, sans ambages, ni flagornerie.

    Le décès du prince Philip fera-t-il prendre un virage décisif à la monarchie britannique?

  2. «Agilité et flexibilité: ce sont mes mots clés. Ils me servent tous les jours», affirme Inge Neven.

    Inge Neven: «On doit réfléchir à tester certains assouplissements»

  3. d-20210330-GLZ62L 2021-04-08 15_55_51

    Vaccination en Belgique: les disparités Nord-Sud se creusent

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, jour 395: le fermier»

    Vendredi il s’est passé un truc incroyable.

    On avait besoin d’air, de légèreté, de douceur, de s’éloigner des thromboses atypiques et du sofagate, de voir des lapins, des fleurs, des arbres et des petits oiseaux. Direction : la campagne.

    Le premier être humain qu’on croise est un chasseur. Treillis, ABL, fusil à deux coups sur l’épaule, il nous lâche un bonjour tranquille comme la conscience de mère Teresa – qu’elle repose en paix – tirant sur des pigeons en argile. On aurait dû rebrousser chemin. C’était un signe.

    Il sort d’un champ attenant à une ferme immense, une ferme sombre et refermée sur elle-même, avec des murs comme des montagnes, d’énormes silos rouillés et des bâches fantomatiques secouées par le vent. Une ferme comme le motel de Norman Bates : flippante.

    On presse le pas quand, d’un coup, diable jailli d’une boîte, un fermier qui a la tête du père de François Damiens – ou, plus probablement, qui a la tête de François Damiens vieux, parce que son...

    Lire la suite

  • Il faut repenser la société du covid

    Le Théâtre royal flamand de Bruxelles accueillera à partir du 26 avril cinquante spectateurs par soirée, qu’importent les mesures sanitaires alors en vigueur. De leur côté, plusieurs restaurateurs ont annoncé qu’ils serviront à table dès le 1er mai, même si la réouverture de l’horeca est postposée. Et l’on passe sur les boums clandestines ou non, la restauration à la sauvette, etc. Cette désobéissance qui relève de faits isolés – et non d’une lame de fond – ne peut être toutefois négligée.

    Il va...

    Lire la suite