Un hackathon pour mon entreprise ?

Un hackathon pour mon entreprise ?

Depuis les 7 dernières années, 180 hackathons ont été organisés par des associations et entreprises de différents secteurs : énergie, finances, éducation, santé, télécommunication, culture, transport ou spatial.

A l’origine, les hackathons étaient exclusivement dédiés au développement de solutions logicielles. Aujourd’hui, les hackathons sont utilisés pour innover, créer des startups, recruter ou sensibiliser par de nombreuses entreprises comme BNP Paribas, Proximus, BPost, NASA, Volvo ou encore la STIB.

Le format de ces événements reste cependant toujours le même : ils varient de 1 à 3 jours durant lesquels différentes équipes créent un projet dans le temps défini et trouvent des solutions à une problématique de départ. Les équipes présentent ensuite leurs résultats devant un jury à la fin de l’événement, lequel choisira le projet gagnant.

Les objectifs possibles sont variés. Par exemple, l’entreprise BESIX a organisé le Hack2build pour contribuer à son ambitieux programme d’innovation ouverte, encourageant la collaboration entre employés, clients, startups et partenaires pour développer des projets dans la construction durable.

Gambit Financial Solutions organise quant à elle le Gambit Hack'ademic pour tisser des liens avec les écoles partenaires et identifier des talents à recruter. L’agence fédérale Enabel sensibilise à la Citoyenneté Mondiale avec le Hack2Act. Le Cluster Twist, le Hub Créatif de Charleroi et le RTL Spiroudome lancent HackArena pour réinventer l’expérience des fans avec des technologies modernes. Avec 20 événements par semaine dans le monde, les fameux Startup Weekend de TechStars développent l’envie d’entreprendre en créant des startups en un weekend.

A chaque fois, le pari est de stimuler les participants en leur faisant vivre une expérience épanouissante et enrichissante.

Cependant, il existe des obstacles pour les organisateurs d’un tel événement public. Dans les erreurs les plus courantes, on peut citer : une communication trop pauvre, un lieu d’événement mal adapté, un timing trop serré ou un objectif flou. Les plus regrettables étant une proposition de valeur inéquitable pour les participants, l’appropriation des projets des participants par les organisateurs ou encore une organisation sans partenaire. Au-delà des résultats médiocres, ces malheureuses initiatives entraînent par ailleurs une réputation détériorée des organisateurs, une confiance rompue avec les partenaires, et des participants frustrés.

Heureusement il existe des bonnes pratiques, des outils, des études et des experts en organisation de hackathons. Voici, entre autres, 4 conseils pour réussir l’organisation de son hackathon :

• Gérer l’organisation comme un projet, avec une équipe multidisciplinaire, chacun ayant un rôle bien défini

• Évaluer la préparation, l’exécution et le suivi du hackathon pour les organisateurs, les partenaires et les participants

• Prévoir une animation énergisante et un accompagnement des équipes pendant toute la durée du hackathon par des coachs et facilitateurs

• Participer à un hackathon en tant que participant ou s’entourer d’experts pour être inspiré et guidé Alors, prêt à lancer votre hackathon ? Avec 50 hackathons par an en Belgique et des communautés de passionnés, c’est le bon moment pour prendre le train en marche. De manière juste, intelligente et équilibrée.

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. LEBANON-BLAST

    Beyrouth dévastée suite à de violentes explosions

  2. Lipszyc
: «
L’activité des services de renseignement étrangers sur le territoire belge est une vraie préoccupation.
»

    Serge Lipszyc (Comité R): «Prédire l’arrivée du Covid n’était pas une mission du renseignement belge»

  3. Jean-Marc Nollet et Rajae Maoune voient «
des lacunes importantes
» dans la note des préformateurs.

    Négociations fédérales: les verts recalent la note des préformateurs Magnette et De Wever

La chronique
  • Lettre d’Europe: pour le climat, un objectif de papier mais des mesures insuffisantes en Belgique

    Comme la plupart des pays d’Europe, la Belgique connaîtra une forte baisse de ses émissions de gaz à effet de serre suite au ralentissement économique causé par la crise du Covid-19. Selon le Bureau du Plan, organisme indépendant d’intérêt public qui réalise des études et de la prospective, elles devraient plonger de 13 % entre 2019 et 2020. Mais le répit sera de courte durée : elles devraient ensuite se redresser. A tel point que, selon les experts du Plan, la baisse enregistrée entre 2019 et 2025 ne devrait être finalement que de 5 %.

    Si elle se vérifie, cette trajectoire ne permettra pas à la Belgique d’atteindre son objectif de réduction : -35 % par rapport à 2005 dans le secteur non-industriel (non-ETS, en jargon). Mais les prévisions du Plan ont ceci de particulier qu’elles sont réalisées « à politiques inchangées ». Les experts n’intègrent dans leurs calculs que les décisions prises et en...

    Lire la suite

  • Bart De Wever, la majorité flamande et la minorité francophone

    On ne les attendait guère et les verts n’ont pas déjoué les pronostics mardi soir : après une longue rencontre avec les missionnaires royaux Paul Magnette et Bart De Wever, ils ont jugé les propositions du duo « en matière de climat, d’énergie et de mobilité insuffisantes », celles visant « une fiscalité plus juste et un renouveau politique trop floues » et celles destinées à réformer l’Etat pas assez « efficaces » pour accepter de rejoindre la table de négociations fédérales....

    Lire la suite