Le droit d’auteur, un outil pour l’économie numérique

Le droit d’auteur, un outil pour l’économie numérique

L’avenir de l’économie numérique appartient-elle aux freelances ? En tout cas, il est frappant de voir que ce statut ne cesse de monter en puissance au fil des années pour qui est actif dans cette galaxie de nouveaux métiers engendrés par la révolution digitale.  

Afin d’optimiser leurs revenus, les indépendants, entrepreneurs et autres membres de la « creative class » méconnaissent souvent le régime fiscal avantageux du droit d’auteur qui s’applique notamment aux revenus résultant de la cession ou de la concession de droits d’auteur ou de droits voisins. 

Sous certaines modalités, vous pouvez ainsi bénéficier d’un taux d’imposition extrêmement attractif : 15% sur le revenu net, assortis d’une déduction de frais forfaitaires (50% de la tranche de 0 à 16.320 EUR, 25% de la tranche de 16.320,01 à 32.640).  

Alléchant, n’est-ce pas ? Pour en profiter, il faut cependant respecter trois conditions.  

  1. Une œuvre est protégée par le droit d’auteur s’il s’agit d’une œuvre littéraire ou artistique, originale et mise en forme. La notion d’œuvre peut être ici interprétée de façon large : texte, graphisme, code informatique… Le critère de l’originalité suppose notamment que l’œuvre reflète la personnalité de l’auteur et l’expression de sa créativité. En conséquence, si l’œuvre est dictée uniquement par des contraintes (celles imposées, par exemple, par un client), le régime fiscal du droit d’auteur ne peut s’appliquer. A noter aussi que l’originalité doit découler de la mise en forme, qui permet la communication de l’œuvre au public, et pas de l’idée qui y est exprimée. 
  2. Le droit d’auteur suppose une cession ou une concession des droits patrimoniaux, notamment les droits de reproduction et de communication, selon les règles édictées par le Code civil. 
  3. Une contrepartie à la cession/concession des droits patrimoniaux doit être déterminée (ou déterminable). Cette contrepartie est fixée librement par les parties (par exemple, entre un fournisseur et son client). Pour éviter les litiges avec l’administration fiscale, il est cependant judicieux de demander un ruling pour obtenir une validation de la contrepartie convenue. 

Notons enfin que, applicable uniquement aux personnes physiques, la fiscalité sur le droit d’auteur n’est pas réservée aux freelances et chefs d’entreprise : les employés peuvent également bénéficier de ce régime et voir ainsi leur rémunération nette augmenter, sans impact financier pour la société qui les emploie. Une piste éventuelle si vous souhaitez, par exemple, optimiser le package salarial de vos collaborateurs. 

Plus d’infos sur fiscalite-droitsauteur.lawtax.be 

Sur le même sujet
Avis d'expertHR
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite