Trois start-up wallonnes en vedettes au CES de Las Vegas

 Trois start-up wallonnes en vedettes au CES de Las Vegas

Le CES, c’est définitivement gigantesque. Quatre jours d’expositions et de conférences qui rassemblent 4.500 entreprises et start-up en provenance de 155 pays. Si la 5G, les écrans de smartphone et de télévision pliables et enroulables ont eu la part belle pendant le salon, la tendance tournait clairement autour des objets connectés, de la santé et du bien-être. Trois sociétés belges ont retenu mon attention parmi les milliers d’exposants.

Visualisation 3D en cabine d’essayage

Entre deux interviews en live qu’il donnait pour des chaînes européennes, j’ai pu rencontrer le fondateur de Cabin3D Jonathan Pauwels, enthousiasmé par ses contacts sur le salon. Avec une expérience dans le monde de l’impression 3D, le chef d’entreprise est passé à la vitesse supérieure il y a 3 ans en proposant un service de capture vidéo 3D à destination de l’événementiel. Le principe est simple : la Cabin3D est installée lors d’une soirée, d’une conférence et permet à la marque qui la loue de proposer une expérience fun et décalée à sa clientèle. L’utilisateur est pris en photo par plus de 200 caméras. Il en ressort une image 3D très réaliste qui peut être couplée à un fond choisi par la marque ou le client.

Une autre possibilité est la réalisation de figurines hyperréalistes à partir de l’image capturée. Une bonne idée de cadeau d’entreprise par exemple. La troisième utilisation appelée à se développer très rapidement concerne les marques de vêtements souhaitant offrir à leurs clients des possibilités de visualisation de leurs produits en fonction de leur morphologie, que ce soit dans les magasins ou sur les sites en ligne.


Le meilleur du CES 2019

Analyse des mouvements dans le secteur santé

Dans le domaine de la santé, la société MintT, basée dans le Brabant-Wallon, propose un capteur permettant une analyse du comportement d’une personne grâce aux données 3D récoltées sur ses mouvements. Infirmier passionné par son métier, Jérôme Laurent-Michel est le conseiller clinique de la société. Il me sensibilise à l’importance de disposer des données de mouvement d’une personne lors d’une chute par exemple. Le personnel des hôpitaux, des maisons de repos ou de tout autre institut prenant en charge des personnes ayant besoin d’un suivi médical pourra, grâce à ces données, adapter les soins en fonction du type d’accident. Dans le cas de personnes ayant une mémoire défaillante, il est également très important d’avoir des informations de premier plan. Au-delà de l’intérêt post-traumatique, les données analysées et mutualisées peuvent aussi servir à la recherche et la prévention. Le tout se fait dans un cadre sécurisé afin de préserver la vie privée des personnes. Présents en Belgique, France et Allemagne, MintT souhaite s’étendre encore plus à l’international en créant des partenariats avec des établissements de santé mais aussi des organismes d’assurance.

Pilulier connecté pour aider 45% des malades chroniques dans le monde

Toujours dans le domaine du bien-être et la santé, nous avons également découvert le pilulier connecté et intelligent P-Heal. Nicolas Dembour, le cofondateur me présente le produit comme une véritable aide pour les personnes souffrant d’une maladie chronique et devant prendre des médicaments à vie ou sur une longue période. Dans le monde, plus de 45% des malades ne prennent pas correctement leur traitement, d’où l’intérêt de cette solution. Il n’est pas nécessaire de modifier l’apparence de vos médicaments, il suffit simplement de disposer vos tablettes dans l’appareil connecté. A chaque prise, des senseurs ultra-précis analysent la variation de poids et comptabilisent la prise du médicament. Grâce à une app, vous pouvez ensuite définir des paramètres permettant à la solution de lancer des alertes à vous-même ou à vos proches en cas d’oubli de prise de médicament. Vous pouvez également consulter ou partager avec votre médecin les statistiques de prise de votre traitement. Vous pouvez déjà tester l’appareil en le commandant sur le site web. Incubée et accélérée au sein de « The Faktory » à Liège, la jeune pousse était partie également à la recherche de financements au CES afin de passer dans un mode industriel et se lancer à grande échelle.

 

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-US-POLITICS-VOTE-DEMOCRATS-BIDEN-HARRIS

    Présidentielle aux Etats-Unis: qui est Kamala Harris ?

  2. Les préformateurs Bart De Wever et Paul Magnette.

    Négociations fédérales: De Wever et Magnette relancent les verts avec une nouvelle note de travail

  3. «
Nous sommes dans la pire crise qu’ait connue le monde depuis la Seconde Guerre mondiale. Les gens sont désorientés et effrayés
», diagnostique George Soros.

    George Soros: «L’Union européenne est plus vulnérable que les Etats-Unis, c’est une union incomplète»

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Une bagarre à la plage et c’est toute une société qui encaisse

    Une réunion en urgence de la commission Intérieur de la Chambre, une stigmatisation montante des touristes « frigo-box » et la rime trop facile entre Bruxelles et « bandes criminelles » : telle est l’étonnante résonance prise par la « bagarre générale » qui a opposé un groupe de jeunes à la police, samedi, sur la plage de Blankenberge.

    Les images relayées par les médias sociaux ont choqué. On y voit des adolescents échanger des coups avec des policiers, dans un...

    Lire la suite