Pour diriger ses centres : Auto5 mise sur l’autonomie des managers

Pour diriger ses centres : Auto5 mise sur l’autonomie des managers

Travailler pour un grand groupe international suppose que, à tous les niveaux, on respecte des règles, des codes ou des process propres à l’enseigne. C’est vrai aussi chez Auto5 qui fait partie du groupe Mobivia, le géant européen qui regroupe des enseignes comme Norauto ou Midas mais à une différence près. Et elle est de taille.

« Nous sommes salariés d’Auto5 mais on peut vraiment gérer notre centre comme des franchisés avec une autonomie qui nous permet de prendre toutes les décisions qu’on estime nécessaires pour améliorer nos résultats », explique Amaury Van Caneghem (41 ans) qui dirige le centre Auto5 de Drogenbos, l’un des plus grands du pays. « Etre manager de centre Auto5, c’est l’esprit indépendant sans en avoir les contraintes statutaires », ajoute son collègue Camel Basbas (30 ans), directeur adjoint du centre de Gosselies près de Charleroi.

Force de proposition

Cette liberté laissée aux managers par l’enseigne à une réelle influence au quotidien. « Il n’y a pas deux magasins Auto5 qui se ressemblent. C’est évident que nous recevons les consignes marketing du siège mais libre à nous de les adapter en fonction de notre magasin, de notre clientèle ou des spécificités régionales », explique Camel Basbas. « Je peux décider moi-même du placement des produits mais je gère aussi le stock et les commandes. Si j’estime, en fonction de la météo et du comportement d’achat des clients, qu’il faut commander plus de lave-glace par exemple, c’est ma décision. Et je peux même décider de faire une promo spéciale propre à notre magasin ».

Amaury Van Caneghem, va encore plus loin dans cette autonomie et cette force de proposition au sein de la marque. « Ici à Drogenbos, on est à proximité immédiate de Bruxelles où la législation va changer fortement pour les voitures à moteur thermique. Je pense qu’il ne faut pas attendre et que ce centre doit déjà proposer des solutions à nos clients en termes de mobilité électrique et de mobilité douce. Je mets déjà ça en place à mon niveau mais je sais que je vais être suivi ».

 

Ecoute attentive

Car ce n’est pas tout de gérer son centre de manière autonome. « Nous avons évidemment des comptes à rendre, il faut que les résultats soient positifs mais on se sent soutenus dans toutes nos initiatives. On a une direction qui est à l’écoute de toutes les bonnes idées et qui est très ouverte pour aller de l’avant. Et ça, c’est vraiment enthousiasmant », conclut Amaury Van Caneghem.

Vous avez vous aussi l’envie de relever un challenge professionnel motivant où l’employeur vous laisse exprimer votre potentiel et vos compétences en totale autonomie ? Alors, n’hésitez pas à vous lancer dans l’aventure avec Auto5 qui est à la recherche de futurs directeurs et directeurs adjoints pour ses centres à travers tout le pays.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Septembre 2020, remake du «
pas avec le MR
», avec Georges-Louis Bouchez dans le rôle du «
mouton noir
».

    Négociations fédérales: le jeu des familles (du divorce, plutôt)

  2. d-20200913-GHVXNL 2020-09-13 17:19:21

    Santé en Lutte: itinéraire d’un déploiement policier qui fait mal

  3. Pour Johan Ickx, des milliers de Juifs auraient été sauvés grâce à Pie XII.

    Johan Ickx au «Soir»: «Je me demande pourquoi Yad Vashem ne loue pas Pie XII»

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 62: le dégoût

    L’autre jour, il s’est passé un truc incroyable.

    En ville, y avait des gens qui grouillaient dans tous les coins, dans la rue et les transports en commun, sur les terrasses, à vélo, debout, assis, partout.

    On se faufilait au milieu en louvoyant, ondulant, frôlant, évitant, avec cette impression poisseuse d’avoir enfilé des gants de crasse et de sentir grimper le long du corps des colonnes d’acaryotes, en file indienne comme des fourmis, pour tenter de se glisser sous le masque par l’entrebâillement sous le menton.

    Sans prévenir, a jailli alors comme un trop-plein de tout, un sentiment de gros beurk, une envie de se doucher au Dettol, de se terrer dans une belle cage de verre aseptisée, sur un lit avec des draps blancs et un wifi hyper puissant.

    Déjà, la veille, on avait dû désinfecter le petit qui se frottait à tout ce qu’il trouvait. Ne touche pas la rampe en montant. « Trop taaard...

    Lire la suite

  • Blanchimentà la belge? Montrez-nous que tout va mieux

    Bien évidemment, comment voulez-vous blanchir sans banques ? », s’exclame le juge Claise qui a fait de la lutte contre la délinquance financière son obsession et sa mission. Il pointe les banques à mauvaise réputation ou dans des paradis fiscaux mais qui ne peuvent être passées maîtres en pratiques douteuses sans la couverture, consciente ou naïve, de banques ayant pignon sur rue dans des pays comme… la Belgique. Notre pays est même plutôt « bien » classé. Dans son rapport 2020, le Basel Institute on Governance cite la...

    Lire la suite