Proposer des activités sportives en entreprise : un choix win-win

Proposer des activités sportives en entreprise : un choix win-win

Un esprit sain dans un corps sain ? C’est le pari que tente de plus en plus d’entreprises en proposant des activités et des challenges sportifs à leurs collaborateurs. Pourquoi ? Car le sport intègre, stimule l’esprit d’équipe, et parce qu’un employé en forme sera toujours plus productif.  

Le sport comme vecteur d’intégration et de promotion de l’entreprise 

Faire du sport en entreprise permet de mettre en relation les salariés et leurs dirigeants dans un contexte neutre. La notion de collectif s’inscrit plus particulièrement dans un sport d’équipe car c’est ensemble que le but et les objectifs seront atteints. Une activité sportive permet ainsi de mettre tout le monde sur le même pied d’égalité car elle gomme les inégalités, sociales comme hiérarchiques.  

Tout le monde porte le même maillot, tout le monde se bat pour la victoire commune. Les activités sportives permettent également d’intégrer plus facilement les nouveaux collaborateurs en les faisant participer à des activités ludiques, ce qui les aide à découvrir leurs nouveaux collègues dans un cadre totalement différent.  


Diminuer l’absentéisme et augmenter la productivité 

30 minutes d’activité physique régulière à intensité moyenne par jour est déjà bénéfique pour la santé. Diminution des maladies cardio-vasculaire, du diabète, des accidents cérébraux, des cancers… etc. Les entreprises ont donc tout intérêt à proposer des activités sportives à leurs collaborateurs. Un travailleur en forme et en bonne santé, c’est un travailleur moins absent et... motivé.  

Une étude française commandée par le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) sur le sport en entreprise montre qu’un salarié réalise en moyenne 5 à 7% d’économies sur ses dépenses de santé annuelles, que sa productivité augmente de 6 à 9% ! Pour l’entreprise, cela se traduit par une amélioration de la rentabilité nette d’1 à 4%. Une situation win-win indéniable.  

Oui mais quels sports proposer ?  

Un tournoi de football et un cours de yoga collectif et le tour est joué ? Pas vraiment. Car si le sport est un moyen d’intégration, il peut tout autant être un moyen d’exclusion s’il est mal utilisé. Bien que mixte, le football sera plus masculin et le yoga plus féminin. Le cyclisme et la marche sont des activités accessibles à tous, peu importe le sexe, l’âge ou la forme physique. Mais le plus important, c’est tout ce qu’il y a autour des activités et des challenges sportifs.  

Mettre l’accent sur le jeu, sur des objectifs à atteindre (nombre de kilomètres ou de pas) permettra d’obtenir de meilleurs résultats, tout comme le lien social via une application mobile pour partager et comparer ses résultats. Le dépassement de soi peut aussi être stimulé avec des performances à améliorer, des moyennes à dépasser. Un comportement qui se retrouvera ensuite dans le travail quotidien.  
 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La saturation menace. L’afflux de malades du covid inquiète le milieu hospitalier.

    Coronavirus: la semaine de tous les dangers pour les hôpitaux

  2. Un même comité rassemblant Etat fédéral, Communautés et Régions, mais au final des mesures divergentes.

    Quand le coronavirus montre le singulier visage du fédéralisme belge

  3. Désormais, Le Chat c’est aussi du grand art.

    Le Chat de Geluck en toute immunité: «Si vous saviez comme je vous ai aimés»

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 90»: la pause

    Cette année, il s’est passé un truc incroyable.

    On a mal joué. A un moment donné, quelque part dans la partie, on a dû faire un double six ou, par inadvertance ou par malchance, s’arrêter sur la case 58, la tête de mort dans le Jeu de l’Oie, celle qui vous renvoie à la case départ : « Qui tombe à 58, où il y a la mort, recommence. » Brrr.

    On a foiré et maintenant, on attend. On passe son tour. Le temps ralentit, les saisons défilent, l’univers poursuit sa course au-dessus de nos têtes, mais nous, pauvres petits pions, on fait du sur-place. On stagne. On piétine. Comme des losers.

    Pourtant, vous vous souvenez comme on était heureux en mai dernier, quand on a rappuyé sur la touche Play ? Quelle joie, quelle ivresse. Un mois plus tard, en juin, puis en juillet, phase 4 du déconfinement, on poussait gaiement sur Fast Forward et – vraoum ! –, on décollait.

    On déconnait, oui. Et voilà qu’on est en Pause. Again....

    Lire la suite

  • Mais bon sang, c’est quoi ce pays!

    On devrait dire : « Chapeau, vous avez enfin compris la gravité de la situation. » Alors que la Wallonie est au top des régions les plus dangereuses d’Europe, que les chiffres de contaminations à Bruxelles continuent à exploser, que les experts tirent à boulets rouges sur la faiblesse des mesures prises, que le système hospitalier est en train de craquer et que les Belges succombent sous le coup du virus, il fallait évidemment passer à ce reconfinement partiel, annoncé vendredi soir par le ministre-président wallon Elio Di...

    Lire la suite