Proposer des activités sportives en entreprise : un choix win-win

Proposer des activités sportives en entreprise : un choix win-win

Un esprit sain dans un corps sain ? C’est le pari que tente de plus en plus d’entreprises en proposant des activités et des challenges sportifs à leurs collaborateurs. Pourquoi ? Car le sport intègre, stimule l’esprit d’équipe, et parce qu’un employé en forme sera toujours plus productif.  

Le sport comme vecteur d’intégration et de promotion de l’entreprise 

Faire du sport en entreprise permet de mettre en relation les salariés et leurs dirigeants dans un contexte neutre. La notion de collectif s’inscrit plus particulièrement dans un sport d’équipe car c’est ensemble que le but et les objectifs seront atteints. Une activité sportive permet ainsi de mettre tout le monde sur le même pied d’égalité car elle gomme les inégalités, sociales comme hiérarchiques.  

Tout le monde porte le même maillot, tout le monde se bat pour la victoire commune. Les activités sportives permettent également d’intégrer plus facilement les nouveaux collaborateurs en les faisant participer à des activités ludiques, ce qui les aide à découvrir leurs nouveaux collègues dans un cadre totalement différent.  


Diminuer l’absentéisme et augmenter la productivité 

30 minutes d’activité physique régulière à intensité moyenne par jour est déjà bénéfique pour la santé. Diminution des maladies cardio-vasculaire, du diabète, des accidents cérébraux, des cancers… etc. Les entreprises ont donc tout intérêt à proposer des activités sportives à leurs collaborateurs. Un travailleur en forme et en bonne santé, c’est un travailleur moins absent et... motivé.  

Une étude française commandée par le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) sur le sport en entreprise montre qu’un salarié réalise en moyenne 5 à 7% d’économies sur ses dépenses de santé annuelles, que sa productivité augmente de 6 à 9% ! Pour l’entreprise, cela se traduit par une amélioration de la rentabilité nette d’1 à 4%. Une situation win-win indéniable.  

Oui mais quels sports proposer ?  

Un tournoi de football et un cours de yoga collectif et le tour est joué ? Pas vraiment. Car si le sport est un moyen d’intégration, il peut tout autant être un moyen d’exclusion s’il est mal utilisé. Bien que mixte, le football sera plus masculin et le yoga plus féminin. Le cyclisme et la marche sont des activités accessibles à tous, peu importe le sexe, l’âge ou la forme physique. Mais le plus important, c’est tout ce qu’il y a autour des activités et des challenges sportifs.  

Mettre l’accent sur le jeu, sur des objectifs à atteindre (nombre de kilomètres ou de pas) permettra d’obtenir de meilleurs résultats, tout comme le lien social via une application mobile pour partager et comparer ses résultats. Le dépassement de soi peut aussi être stimulé avec des performances à améliorer, des moyennes à dépasser. Un comportement qui se retrouvera ensuite dans le travail quotidien.  
 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une expo prolongée encore quelques jours, jusqu’à ce dimanche 18avril.

    Baptême de l’art : en train avec Bob et Bobette

  2. FILES-US-HEALTH-VIRUS-VACCINE-J&J

    Johnson & Johnson: un nouveau revers pour la campagne de vaccination

  3. Dominique Duchesnes.

    Sophie Wilmès à la veille du Codeco: «Il faut saisir l’occasion de revenir sur le chemin des libertés»

La chronique
  • Royaume-Uni: comment le prince Philip a veillé aux intérêts économiques de la famille Windsor

    Par Marc Roche

    Sur le sol depuis des jours, une marée de journaux, de cahiers spéciaux et de biographies lourdes comme une enclume consacrées au duc d’Edimbourg, décédé le 9 avril à l’âge de 99 ans. Le héros de la Deuxième Guerre mondiale, le croisé de l’écologie avant la lettre, le philanthrope de la jeunesse en difficulté et surtout le roc de Sa Majesté au cours d’un mariage d’une exceptionnelle longévité… au risque d’indisposer, les médias britanniques n’ont eu cesse de mettre en exergue le formidable héritage de Son Altesse royale qui doit être inhumé samedi au château de Windsor.

    En revanche, pas un mot sur son rôle de PDG de la « Firme », comme le roi George VI, père de l’actuelle souveraine, avait surnommé la famille royale. Ce trait d’humour est révélateur de la véritable entreprise qu’est devenu Windsor Inc. Cette prospérité est le legs le moins...

    Lire la suite

  • La science a donné, merci de chercher un autre bouc émissaire

    Donnez-nous des études scientifiques. Et des chiffres. Voilà ce que réclament des secteurs fermés depuis une plombe pour qu’on leur prouve l’efficacité des mesures sanitaires en vigueur. Et politiquement, ce discours percole : certains voudraient enfin qu’on leur démontre si un salon de coiffure est plus dangereux qu’un salon de thé. Ou qu’une pépinière.

    La demande est compréhensible. Pour mieux lutter contre le virus, l’idéal serait de disposer d’un hit-parade de ses endroits préférés....

    Lire la suite