La sophrologie a du mal à se faire son trou en entreprise

La sophrologie a du mal à se faire son trou en entreprise

Sport, méditation, improvisation... De nombreuses activités autrefois réservées à la sphère privée franchissent désormais les frontières des entreprises. Et pour cause, c’est en train de devenir une évidence : le bien-être au travail réduit l’absentéisme et améliore les performances. 

Alors, quelle place dans tout ça pour la sophrologie ? Contestée par certains pour son manque de sérieux scientifique, cette méthode de relaxation, inspirée du yoga et d’autres disciplines orientales, a du mal à faire son trou dans les entreprises chez nous. Pourquoi ? Des réponses avec Luc Van den Broeck, sophrologue et fondateur d’Equilium. 

La sophrologie a-t-elle sa place en entreprise ? 

Bien sûr ! L’idée, c’est que la personne rééquilibre ses quatre intelligences, comme on les appelle : l'intelligence rationnelle, l’intelligence corporelle, l'intelligence émotionnelle et l’intelligence intuitive. Plus elle y parvient, mieux elle se sent et plus elle est performante. 

C’est un outil comme les autres, ni mieux ni moins bien mais qui permet, selon moi, de relier toutes les pièces du puzzle entre elles. La sophrologie donne un cadre qui rassemble ces quatre dimensions que sont le corps, la raison, les émotions et l’intuition. Elle permet de répondre à beaucoup de questions. 

Malgré cela, la sophrologie n'a pas encore réussi à s’imposer en entreprise... 

En France, la sophrologie est très implantée en entreprise. Ici, et encore plus en Flandre, les gens ne la connaissent pas encore bien. Certains médecins n’ont plus d’ailleurs, surtout ceux qui exercent depuis longtemps. Dans les entreprises, le lien entre bien-être et performance commence à se faire, mais il y a tellement d’outils, entre la méditation, le shiatsu, le reiki, etc., que les gens s’y perdent un peu. Et puis, dès qu’il faut sortir le portefeuille, ça se complique. D’autant que la pratique n’est, à ma connaissance, remboursée quasiment par aucune mutualité 

A quoi ressemble une séance en entreprise ? 

Exactement à la même chose qu’une séance à l’extérieur de l’entreprise, mais dans laquelle on intègre les problématiques professionnelles. On démarre toujours par le corporel pour que la ou les personne(s) soi(en)t bien ancrée(s), avant de passer aux émotions pour apprendre à bien les gérer. Dans ces deux cas-ci, il y a tout un tas d’outils et d’exercices que les participants peuvent emmener à la maison et pourront réactiver ensuite au besoin.  

La troisième partie en revanche, centrée sur l’intuition, où on va travailler sur la visualisation et où beaucoup de choses vont remonter à la surface, ne peut se faire qu’avec le sophrologue. Enfin, le travail se clôture sur un échange à propos du ressenti pendant la séance. 

Les séances se font en groupe ? 

C’est l’entreprise qui décide. Tout est affaire de prix évidemment. La difficulté quand on commence un cycle en groupe, c’est de savoir qui va participer à quoi, parce que tout le monde n’a pas les mêmes besoins. Certains ont besoin de travailler davantage que d’autres sur le corporel par exemple. 

Et tout le monde n’aime pas s’exprimer ouvertement en public. Chacun va donc profiter des séances mais certains ne vont pas souhaiter partager sur leur ressenti à la fin des séances, même s’il peut y avoir un effet de groupe. Dans tous les cas, on ne va pas aller aussi loin dans le partage quand on est entouré de ses collègues que si on est seul face au praticien. 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bénédicte Linard, la ministre de la Culture, a expliqué qu’elle proposerait six projets d’«événements tests».

    Coronavirus: les «événements tests», une perspective culturelle toute relative

  2. Colossal, ce chantier portant sur 12.000m² s’étalera jusqu’en 2023 au moins.

    Sous les couches de peinture, la Bourse d’antan revient à la vie

  3. La ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden peut respirer: son avant-projet de loi n’a pas été éreinté par le Conseil d’Etat.

    Le Conseil d’Etat ne démolit pas l’avant-projet de loi pandémie

La chronique
  • Les terrasses, les Liégeois et le roi Philippe: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Les terrasses

    Elles pourront donc rouvrir le 8 mai et certaines d’entre elles anticiperont pour la Fête du Travail. Les terrasses… Nos autorités songent sans doute à ces espaces cosy, fauteuils et couvertures pour les frileux, tasse de thé et cocktail sans alcool. Nous, on songe surtout au Carré à Liège, à la place du « Vieux » à Namur, au Marché-aux-Herbes de Mons et à Flagey bien sûr. Et ça, ce sera « le joyeux bordel », dirait Maxime Prévot.

    Jérémie

    On avait le choix mardi soir entre PSG-Bayern et la finale de The Voice. Et vous savez quoi ? La musique l’a emporté sur le foot. Avec Jérémie, la Belgique tient un sacré talent, mélange de Harry Belafonte du plat pays et d’Al Jarreau noir jaune rouge. Et pour le foot, rien n’est perdu : entre deux refrains, Jérémie défend aussi les buts de Walhain, a-t-...

    Lire la suite

  • Comment faire rentrer le désir de rébellion dans sa boîte?

    Far west ? Au sens figuré, c’est « le nom que l’on donne à un endroit où règne la loi du plus fort ». Géographiquement, le Far West est lié au sol nord-américain, mais la peur est que, le 1er mai prochain, il prenne ses quartiers à Liège-la-rebelle et pas que…

    Le souci n’est ainsi plus seulement le virus et ses variants assassins mais le risque d’une autre contagion, celle de la « désobéissance civile », ce mouvement via lequel des citoyens transgressent délibérément, de...

    Lire la suite