Quand un dentiste se prend au jeu de l’entrepreneuriat

Quand un dentiste se prend au jeu de l’entrepreneuriat

Dix-sept ans de pratique ont largement donné l’occasion à Laurent Coppens de constater la situation : la Belgique – en tout cas dans sa grande majorité - manque de plus en plus de praticiens dentaires. A 45 ans, soutenu par deux copains, il cède donc à l’appel de l’entrepreneuriat en créant Tooddoc, une application qui permet à n’importe qui de prendre rendez-vous en urgence avec un professionnel de santé.  

« Là où je vis, nous sommes 15.000 habitants pour 3 dentistes. Les solutions proposées par les pouvoirs publics prennent un temps fou, regrette-t-il. Ici, on voit qu’il y a un réel intérêt. Je reste persuadé que le privé et le public peuvent être vraiment complémentaires. » 

Un décollage prometteur 

Et les chiffres semblent bien lui donner raison. Quinze mois après son lancement, plus que 50.000 patients ont déjà fait appel à Tooddoc, qui ne couvre plus une mais dix spécialités médicales. 4.200 praticiens au total, du dentiste au psychiatre, en passant par le gynécologue, le généraliste ou encore le dermatologue.  

« Le réflexe c’est d’aller aux urgences mais les urgences sont faites pour des urgences vitales. Faire en sorte qu’elles soient débordées pour de la bobologie, c’est un non-sens économique. Une étude française prouve qu’une admission aux urgences représente un coût global pour la société de 160 euros, alors qu’une urgence prise en charge dans un cabinet de généraliste coûte 27 euros. » 

Un concept win-win 

Les contribuables et les patients ne sont pas les seuls gagnants cependant. Pour les praticiens, c’est un moyen facile – l'application est directement synchronisée avec leurs agendas électroniques - de combler les rendez-vous restés vacants ou annulés. Et ce, sans avoir à en passer par le téléphone. Cerise sur le gâteau : personne ne débourse un centime.  

Tooddoc fonctionne jusqu’ici grâce aux 100.000 euros de capital apportés par l’accélérateur de startups Digital Attraxion. Quant à l’avenir, il reposera sur des partenariats avec les acteurs qui gravitent autour du secteur de la santé, comme les mutuelles, les assurances, etc. « Il n’y a pas de secret, si on veut continuer, on est obligé de prouver qu’il y a un intérêt financier. Mais sans matraquer les utilisateurs de publicités, promet le fondateur. Ces acteurs y gagnent surtout en termes d’image. » 

Un apprentissage quotidien 

Laurent, lui, il y gagne en termes de satisfaction personnelle. D’œuvrer au bien de la collectivité évidemment, mais aussi de relever un certain nombre de défis. Le cursus de dentisterie ne prépare pas au fait de devoir se vendre, et encore moins au fait de devoir lever des fonds. L’apprentissage se fait donc au quotidien. 

« J’ai eu la chance de tomber sur les bonnes personnes, qui m’ont aidé pour le marketing, la communication, l’informatique, et qui ont été complémentaires. Par exemple, maintenant, j’utilise Slack (plateforme de messagerie instantanée, ndlr). Il y a un univers digital qui permet de se lancer avec des moyens relativement faibles. Pour l’instant, on n’a dépensé que quelques dizaines de milliers d’euros sur les 100.000. » 

Revers de la médaille : les journées se sont largement rallongées, ou en tout cas densifier. Mais pour le dentiste, l’excitation suscitée par une telle aventure en vaut largement la peine : « chaque jour a des surprises, bonnes ou mauvaises, mais c’est une passion. Il n’y a rien de plus chouette que d’inventer quelque chose, de partir du constat d’un problème et de remuer son cerveau pour trouver une solution. Et ça permet aussi de rencontrer plein de monde de plein de secteurs différents, parce que le secteur médical est quand même assez fermé. » 

Tooddoc est désormais portée par toute une équipe. Pas question donc pour Laurent de laisser tomber son cabinet. Il va juste devoir réduire un peu le nombre de ses consultations, d’autant que la prochaine aventure pourrait bientôt l’amener à travailler avec l’étranger. « On a un contact français très sérieux avec un acteur de la santé qui se montre très intéressé. On va sûrement bosser avec eux », conclut-il avec l’enthousiasme d’un tout jeune entrepreneur.  

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quel est le lieu qui incarne, pour vous, le monde d’après
? Jean Macq, professeur en santé publique à l'UCLouvain, a décidé de poser, à deux pas de l’université, devant une maison médicale, modèle parfait de ce en quoi il croit pour le futur des soins de santé
: «
La maison de santé, à deux pas de la crèche parentale, illustre bien l’importance de la notion de territoire qui doit guider notre vision de la santé dans le monde d’après. Plusieurs professions au cœur d’un quartier, donc au plus près du quotidien des habitants.
»

    Penser le monde d’après: «L’avenir de la santé dépend autant du lien social que de l’innovation technologique»

  2. Le maire de Varsovie, Rafal Trzaskowski , en meeting parmi ses partisans, vendredi à Zgierz.

    Pologne: une présidentielle aux airs de référendum pour ou contre le PiS

  3. Pour le télétravail durant la crise du coronavirus, un montant de 126,94 euros par mois comme indemnité de bureau est défiscalisé.

    Opération Impôts: à quoi va ressembler votre déclaration 2021?

La chronique
  • Enseignement à distance: Loin des yeux, loin du cœur des missions de l’Université

    Dans la liste des « occasions à saisir » apportées par le Covid-19, à côté du télétravail, l’e-learning (l’apprentissage à distance) et le blended learning (la multimodalité ou la pratique d’enseignement mixte, en présentiel et distanciel avec des technologies dites « nouvelles ») figurent au sommet. Cependant, il s’agit là surtout de la poursuite d’un mouvement engagé depuis une dizaine d’années, malgré une résistance passive mais parfois ferme de la part d’une grande partie du personnel académique. Dans notre beau pays, certains recteurs ou rectrices enthousiastes, voire prosélytes, et leurs équipes investies de la mission de mise en œuvre du blended learning, pourraient donc bien chercher à tirer profit de la crise : un méchant virus, un confinement et trois mois de débrouillardise et d’improvisation en ligne imposées par les autorités et sans concertation avec les acteurs de terrain sauront-ils nous convertir à cette nouvelle mise en forme de l’enseignement supérieur ? Le mécanisme politique à l’œuvre est bien connu...

    Lire la suite

  • Avis à Emmanuel Macron: on n’a pas deux fois l’occasion de faire bonne impression

    Et donc, en France, c’est le Président qui a un gros problème – des politologues le disent même détesté –, c’est son Premier ministre qui est populaire, mais c’est ce dernier qui remet son tablier.

    Il est trop tôt pour prendre la totale mesure du « changement » que veut imprimer un Président en grande difficulté en remplaçant Édouard Philippe par le haut fonctionnaire Jean Castex. Il faudra attendre la composition du gouvernement et vérifier s’il y a, par exemple, constitution d’...

    Lire la suite