La transition numérique, c’est aussi pour les médecins !

La transition numérique, c’est aussi pour les médecins !

Automatiser un maximum de tâches administratives, c’est l’objectif des logiciels mis au point par Sylho. La startup bruxelloise entend ainsi permettre aux médecins et spécialistes de se concentrer davantage sur leur cœur de métier... la pratique médicale!  

Un secteur porteur 

Il n’y a pas de hasard. C’est dans l’esprit d’un fils de chirurgien qu’a germé le projet en 2017. A partir d’un constat, simple mais alarmant : un praticien consacre au moins 30% de son temps aux tâches administratives. Un comble pour une profession par essence profondément humaine. L’idée est donc de confier un maximum de ces tâches à des algorithmes.  

Deux offres : premièrement, la gestion des dossiers patients, notamment pour ce qui concerne les instants pré- et post-opératoires ; deuxièmement, la prise de rendez-vous en ligne via une plateforme collaborative. De quoi combler un vide d’après François Weiss, CEO et fondateur de la startup : « la mise en œuvre du plan e-santé se concentre principalement sur les patients aux dépens des médecins, moins bien lotis. Aujourd’hui, ce symptôme se manifeste par le burn-out d’une profession notamment délaissée dans sa mutation numérique. »  

Une volonté d’expansion 

Aujourd’hui, Sylho accompagne surtout les chirurgiens plastiques francophones dans leur transformation digitale. Mais l’équipe bruxelloise n’entend pas en rester là, elle compte atteindre l’ensemble du corps médical. C’est pour financer ce développement technologique et commercial, qu'elle vient de lever 500.000 euros auprès d’investisseurs privés, mais aussi de la Région bruxelloise. 

L'invest finance&invest.brussels y a investi 200.000 euros. « Sylho offre une solution medtech innovante et répond aux besoins de propriété, sécurité et simplicité des praticiens et spécialistes, explique Pierre Hermant, son CEO. Soutenir une telle technologie permet par ailleurs de soutenir tout un eco-système spécifique et de booster l’économie bruxelloise. » 

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS AFTERMATH KING INFORMATOR (2)

    Négociations fédérales: la crise de trop

  2. Ce lundi, le Roi a refusé la démission des deux préformateurs, Egbert Lachaert (VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Quarante-huit heures pour sauver la Vivaldi...

    Négociations fédérales: les deux scénarios en cas d’échec de la Vivaldi

  3. Le refus d’inscription touche notamment le paramédical en raison de la difficulté d’organiser des stages pour tous.

    Enseignement supérieur: le refus d’inscription en haute école est illégal

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: le barbu

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite