Comment un Belge a réussi à mobiliser la Terre entière

Comment un Belge a réussi à mobiliser la Terre entière

Vous avez créé le #10wastechallenge, comment cela s’est-il fait ?  

Si mes souvenirs sont bons, c’était en mars 2019, après mon retour de Thaïlande. Le constat est assez simple et frappant. Sur toutes les plages, peu importe la destination, il y a une quantité de déchets incroyable. Et je ressentais cette fois un grand sentiment de malaise. Je me suis dit que j’allais lancer un petit défi, mais sans prétention, juste pour le côté ludique.  

J’ai mis quelques posts où je prenais 10 minutes pour ramasser des déchets et puis… d’autres personnes ont commencé à le faire, dans ma région d’abord et de fil en aiguille, plus de pays, et la planète entière ! Cela s’auto-fédère, il peut y avoir une période un peu creuse, une période bien plus intense ensuite. Avec le 10wastechallenge, on travaille sur ce que j’appelle le « narcissisme positif ». En dix minutes, on peut faire pas mal de choses. C’est incroyable tout ce qu’on peut ramasser. 

Ramasser des déchets est une première très bonne étape, mais ensuite ?   

Nous ne sommes pas naïfs, ramasser des déchets n’est pas la seule et unique chose à faire. Au début, c’était un simple challenge, et aujourd’hui cela a pris beaucoup d’ampleur. On travaille sur la partie émergée, en amont. Si on élimine l’incitant, les gens feront plus attention. Quand on se balade en forêt et qu’il y a plein de déchets partout, cela incite à en jeter aussi. Quand c’est bien plus propre, c’est différent.  

10 minutes dans une journée, cela permet de faire pas mal de choses. Et c’est comme cela qu’on peut changer les mentalités. Je vois les jeunes générations qui prennent cela aujourd’hui comme un jeu et ramassent les déchets sur leur trajet. J’entends pas mal de parents qui me disent qu’ils font ça automatiquement maintenant. Derrière cela, on veut faire plus car le but n’était pas de faire le « buzz » et d’être oublié ensuite. 

Ces prochaines étapes, qu’est-ce que ça peut être ?  

On travaille en ce moment là-dessus. On essaie de créer des liens avec les universités, comme avec l’université de Mons, les experts scientifiques. Il y aussi une idée de label, la mise au point d’une charte, comment on pourrait imbriquer tout cela. Et pourquoi ne pas faire des challenges inter-sociétés pour stimuler le ramassage de déchets et d’autres choses ? Nous sommes en plein réflexion.  

C’est un mouvement qui est né des réseaux sociaux, il s’est construit sur quelque chose qui n’était pas planifié. Je suis en tout cas parfaitement convaincu qu’on peut arriver à une planète propre. Ce n’est pas une utopie, c’est une question de temps. Les mentalités changent, de plus en plus de gens réfléchissent à leur manière de consommer et les entreprises s’y mettent aussi. Même s’il y a une réalité business derrière, tout le monde se réinvente.   
 

Sur le même sujet
Mode de vie
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le taux de mortalité de 2020 (11,1/1.000 habitants) a provisoirement gommé 34 ans de progrès de médecine préventive et curative, nous ramenant à 1986 (taux de mortalité de 11,3).

    Coronavirus: les mois d’avril et novembre 2020 les plus meurtriers de notre histoire

  2. Lors d’une visite imprévue, le vice-président de Trump a salué la garde nationale stationnée à Washington en vue de la cérémonie d’investiture de mercredi prochain.

    Etats-Unis: le vice-président Mike Pence se rachète une image

  3. Pascal De Buck: «La transition n’est pas quelque chose qu’un acteur peut faire tout seul. On doit travailler main dans la main avec le monde de la recherche, les partenaires industriels, les autorités, les ports…»

    Transition énergétique: «Pour être prête, Fluxys doit anticiper»

La chronique
  • Les frites, Lady Gaga et Philippe: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Les variants

    Nos experts chéris n’ont plus que ce mot-là à la bouche : les variants. On n’évoque presque plus le virus, mais bien ses petits frères, vagues cousins ou lointains jumeaux qui envahissent la planète. Sur la photo de famille, il y a la branche sud-africaine et la brésilienne. Mais surtout la souche anglaise avec sa drôle de coiffure jaune en pétard, si vous voyez ce qu’on veut dire. Et dire que le Brexit devait nous éloigner du Royaume-Uni.

    Les frites

    Cette semaine, les gastronomes ont eu droit aux étoiles du Michelin et au classement des meilleures friteries du pays. Pas le choix : nos priorités iront forcément aux secondes durant quelques semaines encore. Nous avons donc l’honneur de vous apprendre que les frites de « Chez Gilbert » occupent la tête du classement national. On les déguste à Bois-de-Villers....

    Lire la suite

  • Le souvenir de Lumumba est plus pur que la réalité du Congo

    Voici 60 ans, Patrice Lumumba était fusillé dans une clairière du Katanga. L’opération se voulait discrète, il fallut longtemps pour que la vérité s’impose. Aujourd’hui, en Belgique comme au Congo, le passé s’est rapproché, mais notre ancienne colonie ne s’est jamais remise de ce « crime fondateur » qui a été rendu possible par la corruption des élites.

    En comparaison avec leurs compatriotes, les premiers...

    Lire la suite