Les soft skills essentielles en 2019

Les soft skills essentielles en 2019

Depuis plusieurs années, les fameuses soft skills occupent de plus en plus les esprits. Plus question de décrocher un job sur son seul savoir-faire. Le savoir-être est désormais tout aussi important. Dans certaines sociétés, c’est même devenu le critère numéro un mis en avant par les ressources humaines lors d’un recrutement.

Un monde VUCA

Avec l’évolution des technologies, on ne connaît pas les métiers de demain. C’est pour ça qu’on fait attention aujourd’hui à recruter une attitude plutôt qu’une compétence. Il faudra pouvoir être stratégique et se demander ce qu’on va faire faire à l’intelligence artificielle par exemple “, souligne Sophie Henrion, responsable marketing chez Protime.

Le monde est ainsi devenu VUCA, un acronyme anglophone désignant la Volatilité, l’incertitude (Uncertainty), la Complexité et l’Ambiguïté ambiantes. En cause évidemment, l’accélération des changements induits par le digital, comme l’explique Alessandra Cools, senior consultante chez Quintessence : “ si les hard skills sont importantes, elles évoluent très vite. Il faut entretenir ces connaissances qui deviennent vite dépassées dans un monde VUCA. Les machines nous ont d’ailleurs déjà surpassés dans la maîtrise technique. Ce n’est pas le cas pour un grand nombre de soft skills. “


Comment devenir plus empathique ?

Les compétences indispensables

Reste à savoir quelles soft skills il faut absolument maîtriser en 2019 pour espérer trouver le job de ses rêves. Sur ce point, les recruteurs sont unanimes, 3 catégories de savoir-être et de savoir-vivre sont aujourd’hui incontournables :

• La capacité à grandir et à apprendre. On retrouve ici des compétences telles que l’intégration des informations, le jugement, ou encore la flexibilité, que celle-ci soit intellectuelle ou relationnelle.

• La capacité à être proactif, à trouver des solutions plutôt qu’à s’appuyer sur des procédures. Les employeurs cherchent des collaborateurs capables de planifier, d’organiser et de simplifier la complexité pour faciliter la communication et aboutir à des résultats.

• La capacité, plus que jamais, à travailler en équipe. L’empathie, la collaboration, voire la camaraderie sont aujourd’hui essentielles. En bref, il faut savoir faire confiance à ses collègues et faire du networking pour trouver sa place en entreprise.

En résumé, le diplôme ou la certification, c’est bien mais ce n’est plus suffisant. Alors, pour ceux qui ne disposent pas naturellement de ces soft skills dans leur toolbox, il va falloir se former. Et ce, sans tarder selon Alessandra Cools, car “ ces compétences sont plus complexes à développer avec le temps qui passe et l’atteinte d’une certaine maturité. Il faut donc y travailler le plus tôt possible. “

 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MADAME

    Madeleine Albright: «Je souhaite le retour d’une Amérique généreuse et charitable»

  2. Fabrice Murgia, directeur du Théâtre National
: «
Quand on invite un spectacle, on appelle Douai, Rotterdam, le Luxembourg – une tournée internationale avec peu de kilomètres.
»

    Théâtre et climat: «Celui qui combat peut perdre, celui qui ne combat pas a déjà perdu»

  3. Fariba Adelkhah a écop
» d’une peine de 5
ans de prison, notifiée le 16
mai, pour «
collusion en vue d’attenter…
»

    La sordide «diplomatie des otages» déployée par l’Iran

La chronique
  • Vous avez de ces mots: Au {brame}, citoyens!

    Depuis quelques jours, les forêts d’Ardenne et de Navarre connaissent une agitation singulière. Dès la nuit tombante, de petits groupes se faufilent sous la futaie, dans un silence recueilli. À leur tête, un guide familier des lieux chemine, vers on ne sait quel sanctuaire. Soudain, il s’arrête, réprime le frémissement qui a gagné ses ouailles et chuchote : « C’est par là ! Vous entendez ? » Un cri rauque et caverneux court sur la fagne, auquel répondent plusieurs autres, dans le lointain.

    Naguère, les cerfs bramant le soir au fond des bois n’attiraient que les nemrods et les raboliots. Aujourd’hui, le spectacle se donne parfois à guichets fermés, pour des publics où de timides adonis coudoient des dianes délurées… à moins que ce ne soit l’inverse. Et lorsque le seigneur de la forêt quitte la scène, chacun se retrouve au gîte, un vin fumant à la main, pour commenter la sensuelle bestialité de ces cris qui vous prennent aux tripes.

    Brame, bramer, bramement sont des mots de...

    Lire la suite

  • Une gestion trop souvent erratique

    Le Financial Times et le Wall Street Journal ont salué la manière dont l’Italie gère la pandémie. Elle serait un modèle du genre, loin, très loin devant l’Espagne, la France et le Royaume-Uni. Plus au nord, c’est la Suède qui serait l’exemple à suivre, elle dont le pari sur l’immunité collective fut tant décrié au printemps dernier.

    Comparaison n’est pas raison, l’Italie et la Suède ne sont pas la Belgique, mais il faut bien se demander pourquoi les courbes statistiques restent...

    Lire la suite