Les soft skills essentielles en 2019

Les soft skills essentielles en 2019

Depuis plusieurs années, les fameuses soft skills occupent de plus en plus les esprits. Plus question de décrocher un job sur son seul savoir-faire. Le savoir-être est désormais tout aussi important. Dans certaines sociétés, c’est même devenu le critère numéro un mis en avant par les ressources humaines lors d’un recrutement.

Un monde VUCA

Avec l’évolution des technologies, on ne connaît pas les métiers de demain. C’est pour ça qu’on fait attention aujourd’hui à recruter une attitude plutôt qu’une compétence. Il faudra pouvoir être stratégique et se demander ce qu’on va faire faire à l’intelligence artificielle par exemple “, souligne Sophie Henrion, responsable marketing chez Protime.

Le monde est ainsi devenu VUCA, un acronyme anglophone désignant la Volatilité, l’incertitude (Uncertainty), la Complexité et l’Ambiguïté ambiantes. En cause évidemment, l’accélération des changements induits par le digital, comme l’explique Alessandra Cools, senior consultante chez Quintessence : “ si les hard skills sont importantes, elles évoluent très vite. Il faut entretenir ces connaissances qui deviennent vite dépassées dans un monde VUCA. Les machines nous ont d’ailleurs déjà surpassés dans la maîtrise technique. Ce n’est pas le cas pour un grand nombre de soft skills. “


Comment devenir plus empathique ?

Les compétences indispensables

Reste à savoir quelles soft skills il faut absolument maîtriser en 2019 pour espérer trouver le job de ses rêves. Sur ce point, les recruteurs sont unanimes, 3 catégories de savoir-être et de savoir-vivre sont aujourd’hui incontournables :

• La capacité à grandir et à apprendre. On retrouve ici des compétences telles que l’intégration des informations, le jugement, ou encore la flexibilité, que celle-ci soit intellectuelle ou relationnelle.

• La capacité à être proactif, à trouver des solutions plutôt qu’à s’appuyer sur des procédures. Les employeurs cherchent des collaborateurs capables de planifier, d’organiser et de simplifier la complexité pour faciliter la communication et aboutir à des résultats.

• La capacité, plus que jamais, à travailler en équipe. L’empathie, la collaboration, voire la camaraderie sont aujourd’hui essentielles. En bref, il faut savoir faire confiance à ses collègues et faire du networking pour trouver sa place en entreprise.

En résumé, le diplôme ou la certification, c’est bien mais ce n’est plus suffisant. Alors, pour ceux qui ne disposent pas naturellement de ces soft skills dans leur toolbox, il va falloir se former. Et ce, sans tarder selon Alessandra Cools, car “ ces compétences sont plus complexes à développer avec le temps qui passe et l’atteinte d’une certaine maturité. Il faut donc y travailler le plus tôt possible. “

 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HEALTH-CORONAVIRUS_ITALY-TELECOM ITALIA

    Coronavirus: l’Italie dépasse la barre des 10.000 morts

  2. CORONAVIRUS HOPITAL SAINT-PIERRE

    L’évolution de la propagation du coronavirus: la pression ne se relâche pas (infographies)

  3. Selon l’état du patient, le circuit est plus ou moins long. Les cas sévères sont pris en charge par l’unité «
Covid
».

    Coronavirus: dans les pas d’un patient «Covid» à l’hôpital Saint-Pierre (vidéos)

La chronique
  • Chroniques brésiliennes ou le Brésil sous Bolsonaro

    Cela fait 15 ans que je viens chaque année au Brésil pour y faire de la recherche à l’université, et j’y suis en ce moment. Depuis l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, bien des choses ont changé, dans les universités et dans la vie courante ; d’autres pas. Ce sont ces éléments d’atmosphère, glanés au fil des rencontres et des observations, que je veux relater dans cette chronique.

    Petit rappel sur l’élection de Bolsonaro

    Rappelons d’abord que, si Bolsonaro a été élu, c’est parce que l’ex-président Lula, qui avait une avance de plus de 20 points dans les sondages, a été empêché de se présenter aux élections. Le juge Sergio Moro l’a condamné à la prison sur base d’une « intime conviction » de fraude, le temps de l’empêcher de se...

    Lire la suite

  • La priorité reste de sauver les vies. Cette certitude-là est sans prix

    C’est un équilibre d’une difficulté inouïe à garder dans un monde qui tangue comme jamais et où la mort frappe intensément. Un équilibre multiple aussi à trouver entre la vie des gens et la survie de l’économie, entre les points de vue du nord et du sud, les positions de partis politiques fragilisés et nerveux, entre les différents pans de la société en alerte maximale.

    Ce vendredi, la ligne était extrêmement étroite pour la Première ministre Sophie Wilmès. Les critiques, questions, récriminations,...

    Lire la suite