Empathie et soft skills, armes de co-construction massives

Empathie et soft skills, armes de co-construction massives

Boosté par le numérique, le marché accélère toujours plus le mouvement de transformation des entreprises. L’économie, désormais globale, est interdépendante. Elle déclenche une mutation où l’empathie et le développement des soft skills marquent la différence. 

L’empathie c’est quoi ? 

L’empathie est l’énergie du lien qui s’établit entre deux êtres vivants. Elle est à la fois physique et psychique. Le phénomène physique se traduit par la contagion des émotions : le rire aux éclats d’un bébé qui nous gagne, le chagrin d’une personne qui nous fait monter les larmes aux yeux. C’est une énergie de chaleur ressentie dans le corps.  

Sur le plan psychique, l’empathie est la capacité à se mettre à la place d’un autre pour percevoir ce qu’il ressent. Elle nous connecte à un autre cerveau que le nôtre. Autrement dit, je change de lunettes. J’éclaire une situation en la regardant sous un angle différent du mien. En somme, le lien empathique instaure un couloir où circulent la chaleur vitale et l’échange de connaissances, mélange propice à l’imagination et à la créativité. Les deux tiers de notre cerveau se développent et s’entretiennent par ce lien. L’empathie est le carburant de notre cerveau.   

Passer en mode CO 

En entreprise, le cadre vertical normé de la pyramide perd du terrain au profit d’organisations transverses en perpétuelle reconstruction. Pour casser les silos, mélanger les angles de vue et s’adapter à un marché versatile, le mode projet coule de source. En revanche, sur le terrain, c’est une autre histoire. Partager les responsabilités, lâcher la main, s’ajuster au rythme de chacun, faire travailler ensemble des profils différents, tout cela est loin d’être évident. Et l’énergie du lien portée par les soft skills se révèle précieuse pour passer en mode CO :  

  • Le co-développement pour augmenter la créativité et trouver des solutions à des problèmes de plus en plus complexes,  
  • Le management collaboratif pour accompagner les équipes, leur donner du sens et démultiplier les énergies.   

Du savoir-être aux soft skills 

Le savoir-être traduisait la bonne posture dans une organisation stable. Les soft skills désignent les compétences nécessaires pour tenir sa place dans une organisation en mouvement. Elles rassemblent tout autant des qualités liées à la personne elle-même (confiance en soi, maîtrise de ses émotions, assertivité, …) que ses aptitudes interrelationnelles (communication, écoute, esprit d’équipe, attention à l’autre…).  

Longtemps perçues comme le parent pauvre des hard skills (les compétences dures sont solides !), les soft skills (les compétences douces sont molles !) se révèlent en réalité des compétences moelleuses. Un bon pâtissier le confirmera : moelleux n’est pas synonyme de mou ! Dans le milieu médical, les soft skills qualifient la bonne posture au chevet du malade (bedside manners).  

À l’heure où les robots et l’intelligence artificielle concurrencent les compétences techniques, où les patients notent leur médecin sur le web, les soft skills gagnent du terrain. C’est parce que la machine fournit des hard skills de plus en plus sophistiquées, que les qualités sociales et comportementales de l’humain marquent la différence.  

Un cocktail vital et vertueux 

Les soft skills se développent chez une personne dont l’énergie du lien empathique circule tant au plan physique que cognitif. L’ouverture à l’autre démultiplie les compétences d’un groupe. Portée par l’énergie positive du lien, conduite dans une dynamique transversale, la mutation économique sera plus efficace. Elle sera plus douce aussi sous peine de perdre des boulons en route (burn-out et autres bore out). 

Un regard, un sourire, la porte que l’on retient pour l’autre, un silence pour accueillir ses mots autour d’un café ou d’un repas. Le lien de chaleur s’établit entre deux regards qui se croisent, un sourire échangé, une oreille attentive. Le respect de l’autre engage le Je et le Tu dans une dynamique positive de partage et de co-construction. Et par la dynamique du cercle vertueux, l’autre, transmet à son tour une énergie empathique… qui développe les soft skills !  

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ce 10 avril, le président iranien Rohani s’était félicité de l’avancement du programme d’enrichissement des centrifugeuses à Natanz. C’était quelques heures avant l’explosion sur la base nucléaire...

    Proche-Orient: un attentat sur la base de Natanz en Iran relance les tensions avec Israël

  2. d-20201215-GKCXJ8 2020-12-15 15_13_09

    Carte blanche: «La taxe kilométrique à Bruxelles tient la route»

  3. A la fois bricoleur, réparateur, artisan et recycleur, Geoffrey Abbas a fondé la coopérative Namufacture et ouvert une boutique dans le centre-ville de la capitale wallonne.

    La Namufacture valorise des déchets pour décorer votre intérieur

La chronique
  • La chronique «Alternatives»: La nuance, cette provocation

    Le titre du livre est provocateur dans sa modération : Le courage de la nuance.

    A une époque où toutes les radicalités font prime, où même les murmures doivent être de rage et les soupirs d’exaspération, on ne saurait être plus à contre-pied. C’est-à-dire, au fond, plus subversif.

    Quand il devient banal d’envoyer des grenades, c’est l’appel à la nuance qui explose comme une bombe. L’auteur, Jean Birnbaum (le patron, accessoirement, du supplément « Livres » du quotidien Le Monde) ose donc la seule provocation qui soit susceptible, aujourd’hui, de faire scandale : l’appel à s’émanciper des binarismes de plomb qui transforment notre espace intello-médiatique en une arène de guerre civile.

    Hurler, non ! Nuancer. Se libérer des carcans. Interpeller ses propres certitudes. Renvoyer dos à dos Eric Zemmour et Edwy Plenel. Etre capable d’ouvrir des fenêtres qui permettent de sortir de l’auto-enfermement.

    Birnbaum nous offre trois modèles...

    Lire la suite

  • Covid: regarder la réalité en face, arrêter la course aux illusions

    C’est un texte important que nous publions ce lundi, par son contenu et ses signataires. Nathan Clumeck, Marius Gilbert et Leila Belkhir sont trois scientifiques respectés dans cette crise. Depuis le début de la pandémie, ils se sont singularisés par leur volonté de dire aux citoyens ce qui était, sans hurler au loup, sans charlatanisme et en veillant à ne servir aucun discours ou enjeu politique.

    Le texte qu’ils se sont décidé à écrire et à signer ce week-end a été mûrement réfléchi. Ils savent que...

    Lire la suite