Travailler dans un grand groupe international offre de larges perspectives de carrière

Travailler dans un grand groupe international offre de larges perspectives de carrière

Auto5 est une marque forte en Belgique. Quand on a besoin d’un accessoire auto, de liquide lave-glace, d’un conseil mécanique ou d’une réparation, on pense très souvent à cette enseigne implantée dans le quotidien des Belges depuis 1966. Pourtant ce que l’on sait moins, c’est qu’Auto5 fait désormais partie d’un grand groupe international : le groupe Mobivia. Mobivia est un véritable géant européen du marché automobile qui regroupe 21 enseignes comme Norauto, Midas ou A.T.U (Allemagne) dans pas moins de 19 pays.

Un esprit familial

Malgré la taille importante du groupe, « Auto5 a conservé son côté familial et proche dans la gestion quotidienne de l’entreprise », explique Amaury Van Caneghem, directeur du centre Auto5 de Drogenbos en périphérie bruxelloise. « Ca s’explique sans doute par le fait que l’actionnariat du groupe est encore familial. Cela rejaillit vraiment sur toute l’entreprise ». Concrètement, au quotidien, « les rapports avec la direction, par exemple, sont très directs. Je peux contacter directement le directeur général Belgique par mail ou par téléphone et j’ai une réponse tout de suite que ce soit pour une question à lui poser ou une proposition innovante à lui faire concernant le magasin ou l’atelier ».

 

Des opportunités de carrière

Outre cet esprit familial , travailler dans un grand groupe comme Mobivia, permet une mobilité interne très importante. C’est le cas de Hugo Martin. Ce jeune Français a commencé sa carrière dans un centre Norauto du Nord de la France. « Ensuite, le directeur régional d’Auto5 cherchait des gens avec mon profil et il me connaissait parce que lui-même avait travaillé chez Norauto avant de rejoindre la Belgique. C’est comme cela que je suis arrivé comme directeur adjoint du centre Auto5 de Froyennes ». Mais les parcours inverses sont également possibles au départ d’Auto5. « Nous sommes conscients en tant que directeurs ou directeurs adjoints que nous pouvons être appelés à bouger au sein du groupe que ce soit en Belgique ou à l’étranger », explique Camel Basbas, directeur adjoint du centre Auto5 de Gosselies. « France, Espagne, Allemagne, tout est possible. Ca donne de belles perspectives d’évolution. »

Vous avez vous aussi l’envie de relever un challenge professionnel au sein d’un grand groupe familial qui offre des possibilités de carrière à l’international ? Alors, n’hésitez pas à vous lancer dans l’aventure avec Auto5 qui est à la recherche de futurs directeurs et directeurs adjoints pour ses centres à travers tout le pays.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HEALTH-CORONAVIRUS_ITALY-TELECOM ITALIA

    Coronavirus: l’Italie dépasse la barre des 10.000 morts

  2. CORONAVIRUS HOPITAL SAINT-PIERRE

    L’évolution de la propagation du coronavirus: la pression ne se relâche pas (infographies)

  3. Selon l’état du patient, le circuit est plus ou moins long. Les cas sévères sont pris en charge par l’unité «
Covid
».

    Coronavirus: dans les pas d’un patient «Covid» à l’hôpital Saint-Pierre (vidéos)

La chronique
  • Chroniques brésiliennes ou le Brésil sous Bolsonaro

    Cela fait 15 ans que je viens chaque année au Brésil pour y faire de la recherche à l’université, et j’y suis en ce moment. Depuis l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, bien des choses ont changé, dans les universités et dans la vie courante ; d’autres pas. Ce sont ces éléments d’atmosphère, glanés au fil des rencontres et des observations, que je veux relater dans cette chronique.

    Petit rappel sur l’élection de Bolsonaro

    Rappelons d’abord que, si Bolsonaro a été élu, c’est parce que l’ex-président Lula, qui avait une avance de plus de 20 points dans les sondages, a été empêché de se présenter aux élections. Le juge Sergio Moro l’a condamné à la prison sur base d’une « intime conviction » de fraude, le temps de l’empêcher de se...

    Lire la suite

  • La priorité reste de sauver les vies. Cette certitude-là est sans prix

    C’est un équilibre d’une difficulté inouïe à garder dans un monde qui tangue comme jamais et où la mort frappe intensément. Un équilibre multiple aussi à trouver entre la vie des gens et la survie de l’économie, entre les points de vue du nord et du sud, les positions de partis politiques fragilisés et nerveux, entre les différents pans de la société en alerte maximale.

    Ce vendredi, la ligne était extrêmement étroite pour la Première ministre Sophie Wilmès. Les critiques, questions, récriminations,...

    Lire la suite