Travailler dans un grand groupe international offre de larges perspectives de carrière

Travailler dans un grand groupe international offre de larges perspectives de carrière

Auto5 est une marque forte en Belgique. Quand on a besoin d’un accessoire auto, de liquide lave-glace, d’un conseil mécanique ou d’une réparation, on pense très souvent à cette enseigne implantée dans le quotidien des Belges depuis 1966. Pourtant ce que l’on sait moins, c’est qu’Auto5 fait désormais partie d’un grand groupe international : le groupe Mobivia. Mobivia est un véritable géant européen du marché automobile qui regroupe 21 enseignes comme Norauto, Midas ou A.T.U (Allemagne) dans pas moins de 19 pays.

Un esprit familial

Malgré la taille importante du groupe, « Auto5 a conservé son côté familial et proche dans la gestion quotidienne de l’entreprise », explique Amaury Van Caneghem, directeur du centre Auto5 de Drogenbos en périphérie bruxelloise. « Ca s’explique sans doute par le fait que l’actionnariat du groupe est encore familial. Cela rejaillit vraiment sur toute l’entreprise ». Concrètement, au quotidien, « les rapports avec la direction, par exemple, sont très directs. Je peux contacter directement le directeur général Belgique par mail ou par téléphone et j’ai une réponse tout de suite que ce soit pour une question à lui poser ou une proposition innovante à lui faire concernant le magasin ou l’atelier ».

 

Des opportunités de carrière

Outre cet esprit familial , travailler dans un grand groupe comme Mobivia, permet une mobilité interne très importante. C’est le cas de Hugo Martin. Ce jeune Français a commencé sa carrière dans un centre Norauto du Nord de la France. « Ensuite, le directeur régional d’Auto5 cherchait des gens avec mon profil et il me connaissait parce que lui-même avait travaillé chez Norauto avant de rejoindre la Belgique. C’est comme cela que je suis arrivé comme directeur adjoint du centre Auto5 de Froyennes ». Mais les parcours inverses sont également possibles au départ d’Auto5. « Nous sommes conscients en tant que directeurs ou directeurs adjoints que nous pouvons être appelés à bouger au sein du groupe que ce soit en Belgique ou à l’étranger », explique Camel Basbas, directeur adjoint du centre Auto5 de Gosselies. « France, Espagne, Allemagne, tout est possible. Ca donne de belles perspectives d’évolution. »

Vous avez vous aussi l’envie de relever un challenge professionnel au sein d’un grand groupe familial qui offre des possibilités de carrière à l’international ? Alors, n’hésitez pas à vous lancer dans l’aventure avec Auto5 qui est à la recherche de futurs directeurs et directeurs adjoints pour ses centres à travers tout le pays.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La police contrôle les automobilistes sur l’avenue Franklin-Roosevelt à Bruxelles, samedi 28 mars.

    La police bruxelloise a déjà dressé plus de 5.600 P-V administratifs liés aux règles du confinement

  2. Lorsque le patient peine à se souvenir de ses allées et venues, le traceur de contacts lui fait relater par le menu sa routine durant une semaine normale.

    Coronavirus: les traceurs de contacts qui enrayent la progression de la pandémie

  3. Alexandre Ghuysen, urgentiste.

    «J’ai vu une infirmière qui avait le nez à moitié scié par son masque»

La chronique
  • Couvrez ces corps que je ne saurais voir

    Pékin a-t-il sciemment minimisé les effets du Covid-19 sur son territoire ? La rumeur enfle dans les pays occidentaux, singulièrement depuis la diffusion de photos montrant de longues files d’habitants de Wuhan attendant de pouvoir récupérer l’urne funéraire d’un proche décédé. Officiellement, on ne dénombra que 2.500 victimes dans cette ville aussi peuplée que toute la Belgique, qui fut l’épicentre de l’épidémie…

    Dans un premier temps, l’Organisation mondiale de la santé avait salué l’attitude ouverte et volontariste de la Chine, qui tranchait avec la manière dont, en 2003, le pouvoir avait répondu à la crise du Sras, une pneumonie aiguë causée par un autre coronavirus. Le 1er janvier 2020, dans un réflexe atavique, les autorités avaient pourtant commencé par incarcérer le premier lanceur d’alerte de la pandémie, le médecin Li Wenliang – qui a finalement succombé à la maladie…

    Le régime communiste traîne une longue tradition de manque de transparence dans la gestion des catastrophes sanitaires qui se sont déclenchées sur son territoire – et...

    Lire la suite

  • Coronavirus: la conversion des «imbéciles»

    La Conjuration des imbéciles » – « A Confederacy of Dunces » – est un roman de John Kennedy Toole. Epuisé par l’impossibilité de faire publier son livre, l’écrivain se suicide en 1969, à 31 ans. Mais le roman, finalement publié, connaît un immense succès : il sera couronné par le prix Pulitzer et salué comme un des plus grands classiques de la littérature humoristique américaine.

    Le titre est une référence à une citation de l’écrivain Jonathan Swift, mise en épigraphe...

    Lire la suite