Skyforce, la jeune pousse qui aide près de 800 PME à gérer leur sécurité informatique

Skyforce, la jeune pousse qui aide près de 800 PME à gérer leur sécurité informatique

En proposant une box qui centralise toutes les protections informatiques pour un coût raisonnable, la start-up vient combler un trou jusque-là béant.

Pas toujours simple quand on est indépendant ou patron d’une petite société de gérer efficacement la sécurité informatique de sa société. La sécurisation de ses données et de celles de ses clients est pourtant cruciale. Ces dernières années les attaques par ransomware (qui infectent, bloquent les ordinateurs avant de réclamer le paiement d’une rançon pour débloquer les données) se sont multipliées.

 

Si les grandes entreprises sont généralement bien équipées pour faire face à ce type d’attaques, c’est souvent loin d’être le cas des PME. C’est justement à ce public que s’adresse Skyforce, une jeune pousse de Waterloo active dans la sécurité informatique lancée en avril dernier pour combler ce manque. «Nous nous sommes rendu compte que la demande en cybersécurité était de plus en plus forte, explique Mathieu Lardinois, associé et directeur commercial de la start-up. Il existait des solutions pour les très grosses entreprises mais elles étaient souvent hors de prix pour les structures plus modestes».

 

La société a alors développé la Cyberbox, une machine qui filtre ce qui entre sur le réseau de l’entreprise mais aussi les requêtes qui en sortent. «Cette box agit entre le modem et le réseau informatique de la société. Elle empêche tout contact entre le réseau de l’entreprise et les sites suspects. Et la base de données de sites et de logiciels malveillants est mise à jour en permanence».

 

La box agit donc comme un «super-antivirus». Tout le réseau de box déployé est surveillé en permanence par une équipe chez nous. Si une est déconnectée trop longtemps, on prend directement contact avec le client.». Elle ne peut en revanche pas tout. «Celui qui vous dit qu’il peut empêcher n’importe quelle attaque ment, assure Christophe Henri, associé et administrateur délégué de la boîte. C’est pour cela que nos services comprennent également de l’espace de stockage sur notre cloud sécurisé. Ainsi si une attaque devait survenir, le client pourra toujours récupérer ses données les plus sensibles».

 

Bientôt une solution tout en un pour les particuliers?

 

Reste que bien souvent, les attaques informatiques reposent sur des failles bien humaines. «Avant de proposer nos services nous effectuons un audit pour rappeler aux collaborateurs de l’entreprise les consignes de sécurité de base comme ne pas télécharger de pièce jointe dont on doute de l’origine, explique Mathieu Lardinois. «Lors de ces audits, nous avons évalué la sécurité informatique de 700 clients avant qu’ils installent la box, ajoute Christophe Henri. On a constaté que 353 étaient déjà infectés. C’est effrayant et cela montre bien l’importance de prendre très au sérieux la sécurité.

 

Le coût mensuel de tous ces services (Cloud, Cyberbox, Helpdesk et monitoring en temps réel), s’élève à 179 euros par mois. Mais l’entreprise propose une ristourne de 50 euros à ses 1.500 premiers clients.

 

Un chiffre qui pourrait être rapidement atteint puisque l’entreprise, qui emploie une quarantaine de personnes, devrait avoir fourni sa solution de sécurité centralisée à 800 clients d’ici la fin de l’année. Et elle ne risque pas de s’arrêter en si bon chemin puisqu’elle réfléchit à l’opportunité d’investir de nouveaux marchés. «A l’heure actuelle, nous sommes en train de réfléchir au développement des solutions pour les particuliers soucieux de protéger leurs données personnelles ou de se prémunir contre d’éventuelles attaques. Bien sûr, il faudra adapter le prix pour le rendre intéressant sur ce marché mais il y a probablement une demande ici aussi».

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Platja d’Aro, près de Girona.

    Retour au confinement: la Belgique sur ses gardes

  2. Dans le monde entier, les scientifiques s’activent pour trouver le moyen de guérir ou prévenir le coronavirus.

    Immunité: comment l’organisme se défend contre le coronavirus

  3. Emmanuel Marill, directeur France et Belgique de l’entreprise américaine Airbnb, a licencié entre 20 et 25
% de ses effectifs.

    Les habitudes des Belges sur AirBNB: la campagne a la cote

La chronique
  • Lettre d’Europe: la pandémie s’éloigne, les questions climatiques restent

    Que la pandémie s’éloigne effectivement ou que les Européens s’habituent simplement à vivre avec elle, une chose est sûre : la lutte contre le changement climatique et ses conséquences dévastatrices sur nos vies reste notre plus grand défi.

    À Bruxelles, la Pologne va trouver sur la table des négociations le problème du CO2 car certains pays de l’Union européenne veulent que le Fonds pour une transition juste (avec, à la clé, 8 milliards d’euros pour la Pologne) soit accordé uniquement si Varsovie adhère à l’objectif européen de neutralité carbone fixé à 2050. Si, en décembre dernier, le gouvernement polonais est parvenu à retarder la décision, de nombreuses capitales européennes veulent aujourd’hui subordonner l’accord budgétaire à une décision claire de la Pologne sur la politique climatique communautaire.

    Cracovie la plus polluée

    Pourquoi, en Pologne, où près de la moitié de la...

    Lire la suite

  • Vacances, j’oublie tout? Euh non…

    À défaut de vaccin, voici donc une piqûre de rappel venue de Catalogne, mais aussi de Lombardie et de Vénétie : notre été 2020 n’est pas livré à l’insouciance mais sera en liberté surveillée. Avec plus que jamais dans les valises, outre les crèmes solaires, un indispensable sens des responsabilités pour ceux et celles qui décident de quitter leur domicile pour voyager en Belgique ou à l’étranger, mais aussi l’extrême vigilance des autorités publiques. Il faut en effet être assuré qu’un processus automatique et sans faille se déclenche...

    Lire la suite