Skyforce, la jeune pousse qui aide près de 800 PME à gérer leur sécurité informatique

Edition numérique des abonnés

En proposant une box qui centralise toutes les protections informatiques pour un coût raisonnable, la start-up vient combler un trou jusque-là béant.

Pas toujours simple quand on est indépendant ou patron d’une petite société de gérer efficacement la sécurité informatique de sa société. La sécurisation de ses données et de celles de ses clients est pourtant cruciale. Ces dernières années les attaques par ransomware (qui infectent, bloquent les ordinateurs avant de réclamer le paiement d’une rançon pour débloquer les données) se sont multipliées.

 

Si les grandes entreprises sont généralement bien équipées pour faire face à ce type d’attaques, c’est souvent loin d’être le cas des PME. C’est justement à ce public que s’adresse Skyforce, une jeune pousse de Waterloo active dans la sécurité informatique lancée en avril dernier pour combler ce manque. «Nous nous sommes rendu compte que la demande en cybersécurité était de plus en plus forte, explique Mathieu Lardinois, associé et directeur commercial de la start-up. Il existait des solutions pour les très grosses entreprises mais elles étaient souvent hors de prix pour les structures plus modestes».

 

La société a alors développé la Cyberbox, une machine qui filtre ce qui entre sur le réseau de l’entreprise mais aussi les requêtes qui en sortent. «Cette box agit entre le modem et le réseau informatique de la société. Elle empêche tout contact entre le réseau de l’entreprise et les sites suspects. Et la base de données de sites et de logiciels malveillants est mise à jour en permanence».

 

La box agit donc comme un «super-antivirus». Tout le réseau de box déployé est surveillé en permanence par une équipe chez nous. Si une est déconnectée trop longtemps, on prend directement contact avec le client.». Elle ne peut en revanche pas tout. «Celui qui vous dit qu’il peut empêcher n’importe quelle attaque ment, assure Christophe Henri, associé et administrateur délégué de la boîte. C’est pour cela que nos services comprennent également de l’espace de stockage sur notre cloud sécurisé. Ainsi si une attaque devait survenir, le client pourra toujours récupérer ses données les plus sensibles».

 

Bientôt une solution tout en un pour les particuliers?

 

Reste que bien souvent, les attaques informatiques reposent sur des failles bien humaines. «Avant de proposer nos services nous effectuons un audit pour rappeler aux collaborateurs de l’entreprise les consignes de sécurité de base comme ne pas télécharger de pièce jointe dont on doute de l’origine, explique Mathieu Lardinois. «Lors de ces audits, nous avons évalué la sécurité informatique de 700 clients avant qu’ils installent la box, ajoute Christophe Henri. On a constaté que 353 étaient déjà infectés. C’est effrayant et cela montre bien l’importance de prendre très au sérieux la sécurité.

 

Le coût mensuel de tous ces services (Cloud, Cyberbox, Helpdesk et monitoring en temps réel), s’élève à 179 euros par mois. Mais l’entreprise propose une ristourne de 50 euros à ses 1.500 premiers clients.

 

Un chiffre qui pourrait être rapidement atteint puisque l’entreprise, qui emploie une quarantaine de personnes, devrait avoir fourni sa solution de sécurité centralisée à 800 clients d’ici la fin de l’année. Et elle ne risque pas de s’arrêter en si bon chemin puisqu’elle réfléchit à l’opportunité d’investir de nouveaux marchés. «A l’heure actuelle, nous sommes en train de réfléchir au développement des solutions pour les particuliers soucieux de protéger leurs données personnelles ou de se prémunir contre d’éventuelles attaques. Bien sûr, il faudra adapter le prix pour le rendre intéressant sur ce marché mais il y a probablement une demande ici aussi».

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le covid a eu des conséquences inattendues sur le report de soins.

    Coronavirus: pour quatre Belges sur dix, le report de soins a un impact négatif sur leur santé

  2. Philippe Henry conduira la délégation belge à la COP26 de Glasgow.

    Philippe Henry au «Soir»: «Il faut envisager une nouvelle manière d’habiter la Wallonie»

  3. Plus de 81.000 personnes se sont inscrites pour le « grand nettoyage »  en Wallonie, de ce mercrdei à samedi.

    Le grand nettoyage en Wallonie, l’arme anti-consigne

La chronique
  • La chronique «#visapourlaflandre»: et revoici le«kibbelcabinet»

    Il y a des mots qui disent mieux ce qu’ils veulent dire quand on les emprunte à une autre langue que le français. Quoi de plus soulageant qu’un « what the fuck ! » bien placé pour tacler sèchement un collègue, qu’un « tof ! » pour envoyer un beau compliment, ou qu’un « mais c’est quoi ce brol ? » pour atomiser le travail bâclé d’un voisin de bureau.

    Dans le dico multilingue des mots pour le dire, un petit nouveau a fait son apparition. Les francophones ne disent ainsi plus « cabinet des disputes ou des chamailleries » mais « kibbelcabinet » pour désigner les disputes au sein du gouvernement fédéral. L’expression n’est en fait pas neuve, elle vient surtout de gagner en intensité.

    Le « kibbelcabinet » a ainsi fait son apparition dans les journaux du nord du pays lorsque les partis flamands de la suédoise sous Charles Michel ont commencé à se tirer dans les pattes de plus en plus ouvertement. Les coups échangés entre Kris Peeters, ministre CD&V et ses homologues de la N-VA n...

    Lire la suite

  • Le distributeur de cash n’est pas préhistorique pour tout le monde

    Il y a quelques dizaines d’années, la Belgique comptait sur son territoire deux réseaux de distributeurs de cash. Progrès incroyable, l’existence d’un appareil Mister Cash ou Bancontact – c’étaient leurs noms – marquait les premiers pas de la possibilité pour le client de gérer ses retraits d’argent de façon autonome, où il voulait, quand il voulait. En 1989, les banques belges ont fusionné ces deux réseaux concurrents : c’était une très bonne décision qui...

    Lire la suite