Skyforce, la jeune pousse qui aide près de 800 PME à gérer leur sécurité informatique

Skyforce, la jeune pousse qui aide près de 800 PME à gérer leur sécurité informatique

En proposant une box qui centralise toutes les protections informatiques pour un coût raisonnable, la start-up vient combler un trou jusque-là béant.

Pas toujours simple quand on est indépendant ou patron d’une petite société de gérer efficacement la sécurité informatique de sa société. La sécurisation de ses données et de celles de ses clients est pourtant cruciale. Ces dernières années les attaques par ransomware (qui infectent, bloquent les ordinateurs avant de réclamer le paiement d’une rançon pour débloquer les données) se sont multipliées.

 

Si les grandes entreprises sont généralement bien équipées pour faire face à ce type d’attaques, c’est souvent loin d’être le cas des PME. C’est justement à ce public que s’adresse Skyforce, une jeune pousse de Waterloo active dans la sécurité informatique lancée en avril dernier pour combler ce manque. «Nous nous sommes rendu compte que la demande en cybersécurité était de plus en plus forte, explique Mathieu Lardinois, associé et directeur commercial de la start-up. Il existait des solutions pour les très grosses entreprises mais elles étaient souvent hors de prix pour les structures plus modestes».

 

La société a alors développé la Cyberbox, une machine qui filtre ce qui entre sur le réseau de l’entreprise mais aussi les requêtes qui en sortent. «Cette box agit entre le modem et le réseau informatique de la société. Elle empêche tout contact entre le réseau de l’entreprise et les sites suspects. Et la base de données de sites et de logiciels malveillants est mise à jour en permanence».

 

La box agit donc comme un «super-antivirus». Tout le réseau de box déployé est surveillé en permanence par une équipe chez nous. Si une est déconnectée trop longtemps, on prend directement contact avec le client.». Elle ne peut en revanche pas tout. «Celui qui vous dit qu’il peut empêcher n’importe quelle attaque ment, assure Christophe Henri, associé et administrateur délégué de la boîte. C’est pour cela que nos services comprennent également de l’espace de stockage sur notre cloud sécurisé. Ainsi si une attaque devait survenir, le client pourra toujours récupérer ses données les plus sensibles».

 

Bientôt une solution tout en un pour les particuliers?

 

Reste que bien souvent, les attaques informatiques reposent sur des failles bien humaines. «Avant de proposer nos services nous effectuons un audit pour rappeler aux collaborateurs de l’entreprise les consignes de sécurité de base comme ne pas télécharger de pièce jointe dont on doute de l’origine, explique Mathieu Lardinois. «Lors de ces audits, nous avons évalué la sécurité informatique de 700 clients avant qu’ils installent la box, ajoute Christophe Henri. On a constaté que 353 étaient déjà infectés. C’est effrayant et cela montre bien l’importance de prendre très au sérieux la sécurité.

 

Le coût mensuel de tous ces services (Cloud, Cyberbox, Helpdesk et monitoring en temps réel), s’élève à 179 euros par mois. Mais l’entreprise propose une ristourne de 50 euros à ses 1.500 premiers clients.

 

Un chiffre qui pourrait être rapidement atteint puisque l’entreprise, qui emploie une quarantaine de personnes, devrait avoir fourni sa solution de sécurité centralisée à 800 clients d’ici la fin de l’année. Et elle ne risque pas de s’arrêter en si bon chemin puisqu’elle réfléchit à l’opportunité d’investir de nouveaux marchés. «A l’heure actuelle, nous sommes en train de réfléchir au développement des solutions pour les particuliers soucieux de protéger leurs données personnelles ou de se prémunir contre d’éventuelles attaques. Bien sûr, il faudra adapter le prix pour le rendre intéressant sur ce marché mais il y a probablement une demande ici aussi».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Depuis 2017, l’inspection du travail bruxelloise est autorisée sous certaines conditions strictes à «piéger» les entreprises sur lesquelles pèsent des soupçons de discrimination à l’embauche.

    Marché de l’emploi: les tests anti-discrimination peinent à faire leurs preuves

  2. L’idée d’un «passeport vaccination» permettant de voyager librement a d’abord été lancée par le Premier ministre grec, le conservateur Mitsotakis.

    Coronavirus: un «passeport vaccinal»? L’UE planche sur un outil pour la médecine, pas (encore?) sur un sésame

  3. Dans cette école primaire d’Edegem, les enfants n’ont pu entrer dans les locaux que pour se faire tester, de même que leurs parents.

    Coronavirus: le combat contre le variant anglais se met doucement en place

La chronique
  • «Lettre de la City»: Grâce au Covid, ils sont devenus rois

    Par Marc Roche

    Un chef doit toujours être un poète. Il doit parler au nom des dieux, des génies et des esprits des morts », philosophait le sergent Learoyd, le mercenaire fou aux yeux gris, héros de L’adieu au roi de Pierre Schoendoerffer qui, dans la jungle de Bornéo, s’était taillé un royaume à sa mesure.

    Les aventuriers des matières premières n’ont probablement pas cette ambition poétique, eux qui poursuivent leur chimère : devenir roi à leur tour. Contrairement au cinéma, les rêves d’empire se terminent parfois bien sur le terrain économique. La pandémie a permis aux grandes enseignes mondiales du négoce en matières premières d’enregistrer des bénéfices records. Les grandes sociétés de trading – Vitoil, Trafigura, Gunvor, Glencore ou Mercuria – ont su tirer profit à bon escient de l’énorme volatilité des prix depuis le printemps 2020, en particulier du pétrole et des métaux. Les revenus, qui ont doublé et parfois triplé lors de l’année écoulée, sont dans l’ascenseur.

    Le malheur des uns fait le bonheur des autres....

    Lire la suite

  • Le sens des autres…

    Après moi les mouches ? C’est hélas ce que l’on doit constater. 5.000 Belges sont désormais en quarantaine forcée en raison de foyers du variant britannique du covid déclarés à Kontich et Edegem. D’où la décision de mettre « hors circuit » 1.450 étudiants, 250 membres du personnel et tous les membres de leur famille. Pour le bourgmestre de Kontich, « on connaît la cause de cette contamination, des gens revenus de vacances et qui ne sont pas allés en quarantaine ».

    Aucune...

    Lire la suite