Skyforce, la jeune pousse qui aide près de 800 PME à gérer leur sécurité informatique

Skyforce, la jeune pousse qui aide près de 800 PME à gérer leur sécurité informatique

En proposant une box qui centralise toutes les protections informatiques pour un coût raisonnable, la start-up vient combler un trou jusque-là béant.

Pas toujours simple quand on est indépendant ou patron d’une petite société de gérer efficacement la sécurité informatique de sa société. La sécurisation de ses données et de celles de ses clients est pourtant cruciale. Ces dernières années les attaques par ransomware (qui infectent, bloquent les ordinateurs avant de réclamer le paiement d’une rançon pour débloquer les données) se sont multipliées.

 

Si les grandes entreprises sont généralement bien équipées pour faire face à ce type d’attaques, c’est souvent loin d’être le cas des PME. C’est justement à ce public que s’adresse Skyforce, une jeune pousse de Waterloo active dans la sécurité informatique lancée en avril dernier pour combler ce manque. «Nous nous sommes rendu compte que la demande en cybersécurité était de plus en plus forte, explique Mathieu Lardinois, associé et directeur commercial de la start-up. Il existait des solutions pour les très grosses entreprises mais elles étaient souvent hors de prix pour les structures plus modestes».

 

La société a alors développé la Cyberbox, une machine qui filtre ce qui entre sur le réseau de l’entreprise mais aussi les requêtes qui en sortent. «Cette box agit entre le modem et le réseau informatique de la société. Elle empêche tout contact entre le réseau de l’entreprise et les sites suspects. Et la base de données de sites et de logiciels malveillants est mise à jour en permanence».

 

La box agit donc comme un «super-antivirus». Tout le réseau de box déployé est surveillé en permanence par une équipe chez nous. Si une est déconnectée trop longtemps, on prend directement contact avec le client.». Elle ne peut en revanche pas tout. «Celui qui vous dit qu’il peut empêcher n’importe quelle attaque ment, assure Christophe Henri, associé et administrateur délégué de la boîte. C’est pour cela que nos services comprennent également de l’espace de stockage sur notre cloud sécurisé. Ainsi si une attaque devait survenir, le client pourra toujours récupérer ses données les plus sensibles».

 

Bientôt une solution tout en un pour les particuliers?

 

Reste que bien souvent, les attaques informatiques reposent sur des failles bien humaines. «Avant de proposer nos services nous effectuons un audit pour rappeler aux collaborateurs de l’entreprise les consignes de sécurité de base comme ne pas télécharger de pièce jointe dont on doute de l’origine, explique Mathieu Lardinois. «Lors de ces audits, nous avons évalué la sécurité informatique de 700 clients avant qu’ils installent la box, ajoute Christophe Henri. On a constaté que 353 étaient déjà infectés. C’est effrayant et cela montre bien l’importance de prendre très au sérieux la sécurité.

 

Le coût mensuel de tous ces services (Cloud, Cyberbox, Helpdesk et monitoring en temps réel), s’élève à 179 euros par mois. Mais l’entreprise propose une ristourne de 50 euros à ses 1.500 premiers clients.

 

Un chiffre qui pourrait être rapidement atteint puisque l’entreprise, qui emploie une quarantaine de personnes, devrait avoir fourni sa solution de sécurité centralisée à 800 clients d’ici la fin de l’année. Et elle ne risque pas de s’arrêter en si bon chemin puisqu’elle réfléchit à l’opportunité d’investir de nouveaux marchés. «A l’heure actuelle, nous sommes en train de réfléchir au développement des solutions pour les particuliers soucieux de protéger leurs données personnelles ou de se prémunir contre d’éventuelles attaques. Bien sûr, il faudra adapter le prix pour le rendre intéressant sur ce marché mais il y a probablement une demande ici aussi».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le président Kaïs Saïed, sous bonne protection, salue ses partisans, le 26 juillet dernier dans l’avenue Habib Bourguiba, à Tunis.

    Tunisie: Kaïs Saïed se lance dans la chasse aux corrompus

  2. 10935536-167

    JO 2020: Nina Derwael 6e du concours général de gymnastique, Sunisa Lee championne olympique

  3. A certains endroits, ce ne sont pas les zones rouges répertoriées qui ont été les plus impactées.

    La carte des zones inondables au centre des débats

La chronique
  • Coronavirus – La vie devant toi (saison 2), jour 500: les bracelets

    En juin dernier, aux Etats-Unis, il s’est passé un truc incroyable.

    Des bracelets de trois couleurs ont fleuri au poignet des gens. Des gens dans la rue, des gens au boulot lors du retour au présentiel, des gens à des fêtes, à des mariages, des concerts, des événements. On appelle ça « le code couleur Covid-19 » et il a été mis en place pour les personnes qui ne sont pas – ou plus – à l'aise avec les interactions physiques.

    Il y a le bracelet rouge, le plus radical, qui dit : « Hi ! I’m keeping my distances » (« Salut, je préfère garder mes distances »). Le jaune, sur ses gardes : « Okay with talking but not touching » (« On peut parler sans se toucher »). Et le vert, le plus cool de la bande, qui est totalement « Okay with hugs & high-fives » (« Ok pour les câlins et les tope-là »).

    La Chambre de commerce de Virginie – 650 entreprises, 500.000 employé.e.s – a classé temporellement ces trois...

    Lire la suite

  • Les inondations sont aussi un tsunami social

    Le constat est hélas assez banal : quand une situation de crise survient, les premières victimes sont souvent les plus pauvres. Ou les plus faibles. Ou les plus fragiles. Ou les plus isolés. Ou les moins instruits. Ou les moins informés. Le malheur s’ajoute alors au malheur.

    La règle vaut pour les inondations catastrophiques de la mi-juillet. Elle n’est pas absolue bien sûr : les statisticiens trouveront...

    Lire la suite