Le choc des générations face au travail : "Millenials" versus "Babyboomers"

Le choc des générations face au travail : "Millenials" versus "Babyboomers"

Ils rêvaient d'un autre monde... ... mais c'est malheureusement bien avec celui-ci qu'il doivent composer, ces Millenials. Les réalités politiques, économiques, écologiques d'aujourd'hui sont à mille lieues de ce que les Babyboomers ont pu connaître.

Venir au monde après la Guerre, c'était un peu comme être le premier blé au milieu d'un nouveau champ fraîchement retourné : tout reste à faire, l'avenir est à construire, le pire est derrière. L'économie se reconstruit et le travail est la clé. La génération Y, par contre, une fois devenue adulte, doit composer avec le monde que les industriels et entrepreneurs précédents lui ont laissé : la planète tousse, les séquelles de la crise financière de 2008 sont douloureuses, la digitalisation hyper mal anticipée dépasse toutes les organisations, et les idées des extrêmes à travers le monde semblent avoir déjà oublié les horreurs qui ont traumatisé leurs parents.

Conséquences : il faut s'adapter, revoir ses objectifs et ses priorités. Et donc développer un nouveau rapport au travail. Joël Poilvache, directeur de Robert Half, bureau de recrutement spécialisé, constate. « Ces 30 dernières années, le rapport au travail a beaucoup évolué. L'un des grands changements concerne la mobilité d'emploi : elle est devenue plus rapide, plus fréquente. Il y a, en effet, une loyauté moins forte des jeunes travailleurs envers l'entreprise et l'employeurs que dans le passé. Un constat qui n'est certainement pas indépendant à l'évolution des emplois plus fragiles, notamment sous les statuts d'indépendant, de free-lance, d'intérimaire. Je crois aussi que les générations qui arrivent aujourd'hui sur le marché du travail sont des générations qui ont beaucoup plus besoin de valeurs, de trouver du sens à ce qu'elles font. »

 

Donner quand on reçoit

Le côté mécanique des carrières comme les ont connues les décennies précédentes n'intéresse pas la génération Y, qui a donc tendance à décrocher et à changer de travail si elle ne trouve pas de réponse à une certaine quête de sens et de repères. Un caprice ? Pas vraiment. Et au fond : la faute à qui ? Les Baby-Boomers ont connu les durs labeurs, le besoin de laisser sang et sueur au sein de son entreprise, pour la collectivité, certes. Mais c'était en échange de belles évolutions de carrière, de salaires indexés, de crédits hypothécaires sans angoisse, de retraites confortables, d'un contrat à durée indéterminée quasiment increvable. Bref : c'était une relation de win-win qui justifiait, dans un certains sens, que les travailleurs sacrifient presque tout pour leur sainte carrière. Mais aujourd'hui, que reste-t-il ? « Il est vrai que, en ce qui concerne le filet de sécurité des entreprises, les mailles deviennent de plus en plus larges. Plusieurs choses évoluent et changent, comme la durée des préavis : la gestion a changé pour devenir plus fluide. Donc, oui, certaines choses font que l'entreprise offre, malgré tout, moins de sécurité à l'employé. Ce qui s'explique notamment par le fait que des entreprises sont de plus en plus confrontées à des situations à court-terme, menacées par la rapidité des changements économiques d'aujourd'hui, ce qui rend les positions financières des entreprises beaucoup moins fortes qu'avant. » Alors à défaut d'attendre une carotte au bout du bâton qui n'arrivera plus, les Millenials choisissent aujourd'hui d'accorder plus de place à la vie, la vraie, et se laissent plus facilement séduire par un bon équilibre vie professionnelle-vie privée, que par un gros salaire. On préfère s'enrichir d'amis et de voyages, que d'argent qu'on ne pourra de toute manière pas placer facilement.

 

Plus jeunes, plus courageux ?

Dans un monde où plus rien n'est certain, on ne se repose plus sur des promesses, mais on ose aussi plus de risques. Et c'est là que les traditionnels accros à la carrière de papa se trompent : la génération Y n'est en rien paresseuse, au contraire. Elle prend plus de risques et est prête à travailler très dur, à condition que ça ait du sens.

« Il y a malgré tout aussi un esprit d'entreprise chez les plus jeunes travailleurs. Ils ont de plus en plus envie de bosser comme indépendants, ou de rejoindre une petite start-up en laquelle ils croient. Je pense qu'avec internet, notamment, ils ont développé des outils qui permettent d'aller plus vite. Aujourd'hui, il est devenu possible, avec une bonne communication, un site web, une application bien pensée, de monter une entreprise. Les frais de lancement sont nettement moins importants, ce qui rend aussi la prise de risque plus facile. Ce sont d'ailleurs de nouvelles façons de travailler qui dynamisent beaucoup l'économie », conclut Joël Poilvache.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Selon des normes  internationales non négociables, un pilote doit réaliser au moins trois atterrissages réels par période de 90 jours pour pouvoir voler.

    Pilotes, hôtesses, avions: tout doit être prêt à redécoller après des mois au ralenti

  2. Bénédicte Linard, la ministre de la Culture, a expliqué qu’elle proposerait six projets d’«événements tests».

    Coronavirus: les «événements tests», une perspective culturelle toute relative

  3. Selon des normes internationales non négociables, un pilote doit réaliser au moins trois atterrissages réels par période de 90 jours pour pouvoir voler.

    Pilotes, hôtesses, avions: tout doit être prêt à redécoller après des mois au ralenti

La chronique
  • Les terrasses, les Liégeois et le roi Philippe: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Les terrasses

    Elles pourront donc rouvrir le 8 mai et certaines d’entre elles anticiperont pour la Fête du Travail. Les terrasses… Nos autorités songent sans doute à ces espaces cosy, fauteuils et couvertures pour les frileux, tasse de thé et cocktail sans alcool. Nous, on songe surtout au Carré à Liège, à la place du « Vieux » à Namur, au Marché-aux-Herbes de Mons et à Flagey bien sûr. Et ça, ce sera « le joyeux bordel », dirait Maxime Prévot.

    Jérémie

    On avait le choix mardi soir entre PSG-Bayern et la finale de The Voice. Et vous savez quoi ? La musique l’a emporté sur le foot. Avec Jérémie, la Belgique tient un sacré talent, mélange de Harry Belafonte du plat pays et d’Al Jarreau noir jaune rouge. Et pour le foot, rien n’est perdu : entre deux refrains, Jérémie défend aussi les buts de Walhain, a-t-...

    Lire la suite

  • Comment faire rentrer le désir de rébellion dans sa boîte?

    Far west ? Au sens figuré, c’est « le nom que l’on donne à un endroit où règne la loi du plus fort ». Géographiquement, le Far West est lié au sol nord-américain, mais la peur est que, le 1er mai prochain, il prenne ses quartiers à Liège-la-rebelle et pas que…

    Le souci n’est ainsi plus seulement le virus et ses variants assassins mais le risque d’une autre contagion, celle de la « désobéissance civile », ce mouvement via lequel des citoyens transgressent délibérément, de...

    Lire la suite