Et si vos émotions étaient scrutées au boulot ?

Tic-tac, tic-tac, tic-tac : le compte à rebours est lancé, la nouvelle année arrive et annonce avec elle une nouvelle décennie. A l’heure des technologies fulgurantes, de l’intelligence artificielle et de l’hyper-information, des logiciels capables de lire vos sentiments sont en train de voir le jour. Et il se vendent comme des petits pains dans les entreprises lors de procédures de recrutement, et auprès les gouvernements pour identifier de potentielles menaces, au point de devenir un véritable marché, lourd de plusieurs dizaines de milliards de dollars.

Pouvoir détecter les micro-expressions d’un visage, les interpréter et en tirer des conclusions, notamment à propos des émotions et des intentions des personnes scannées : c’est l’une des promesses de plusieurs compagnies qui développent des intelligences artificielles. Le concept se base notamment sur les travaux des psychologues Paul Ekman et Wallace Friesen.

Dans les années 1970, ils avaient développé des techniques pour lire les émotions d’après des expressions du visage. Ils ont établi un véritable catalogue qui reprenait toutes les « micro-expressions », une liste exhaustive des mouvement musculaires du visage, à peine détectables à l’œil nu, voire qui nécessitent carrément l’utilisation d’électrodes sur les zones du visage analysées. En combinant ces mouvements, ils déduisent des émotions.

La méthode fascine encore aujourd’hui les producteurs de séries télévisées comme The Mentalist et Lie to Me. Mais si le monde fictif du cinéma peut y voir une jolie source d’histoires efficaces auprès du public, le point de vue de la science est nettement plus critique. Parce que si des signes que l’on tente de dissimuler mais qui sont repérés peuvent en effet permettre de dévoiler certaines émotions, les interprétations possibles sont trop vastes, selon la personne, sa culture, son profil émotionnel. Et puis il reste difficile de distinguer les vraies émotions de celles qui sont manipulées, notamment dans des conditions scientifiques rigoureuses. Ce n’est donc pas du tout une technique infaillible.

Le danger des dérives

Même si de gros doutes continuent de planer sur la validité des conclusions de ce type de système, ça se vend, et ça se vend bien. Résultat : les travers et conséquences parfois désastreuses se découvrent en temps réel d’utilisation. Des dérives que l’institut Al Now, rattaché à l’université de New York, essaie de prévenir, en se penchant sur les impacts des intelligences artificielles sur la société, et sur les mesures qu’il faudrait prendre pour encadrer ce type d’avancées technologiques.

Dans son rapport de cette année, Al Now avertit : « Compte tenu des fondations scientifiques contestées de la reconnaissance des émotions qui prétend détecter des choses telles que la personnalité - les émotions, la santé mentale et d’autres états intérieurs - elle ne devrait pas jouer un rôle dans les décisions importantes concernant la vie humaine. Les gouvernements et les entreprises devraient cesser toute utilisation de la reconnaissance faciale dans les contextes sociaux et politiques sensibles, jusqu’à ce que les risques soient entièrement étudiés et que des réglementations adéquates soient mises en place. En 2019, il y a eu une expansion rapide de la reconnaissance faciale dans de nombreux domaines. Pourtant, il est de plus en plus évident que cette technologie cause de graves dommages, le plus souvent sur les gens de couleur et les pauvres. »

Les robots qui lisent en nous, les médiums et les entreprises trop curieuses n’ont qu’à bien se tenir : les scientifiques veillent au grain.

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bénédicte Linard, la ministre de la Culture, a expliqué qu’elle proposerait six projets d’«événements tests».

    Coronavirus: les «événements tests», une perspective culturelle toute relative

  2. Colossal, ce chantier portant sur 12.000m² s’étalera jusqu’en 2023 au moins.

    Sous les couches de peinture, la Bourse d’antan revient à la vie

  3. La ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden peut respirer: son avant-projet de loi n’a pas été éreinté par le Conseil d’Etat.

    Le Conseil d’Etat ne démolit pas l’avant-projet de loi pandémie

La chronique
  • Les terrasses, les Liégeois et le roi Philippe: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Les terrasses

    Elles pourront donc rouvrir le 8 mai et certaines d’entre elles anticiperont pour la Fête du Travail. Les terrasses… Nos autorités songent sans doute à ces espaces cosy, fauteuils et couvertures pour les frileux, tasse de thé et cocktail sans alcool. Nous, on songe surtout au Carré à Liège, à la place du « Vieux » à Namur, au Marché-aux-Herbes de Mons et à Flagey bien sûr. Et ça, ce sera « le joyeux bordel », dirait Maxime Prévot.

    Jérémie

    On avait le choix mardi soir entre PSG-Bayern et la finale de The Voice. Et vous savez quoi ? La musique l’a emporté sur le foot. Avec Jérémie, la Belgique tient un sacré talent, mélange de Harry Belafonte du plat pays et d’Al Jarreau noir jaune rouge. Et pour le foot, rien n’est perdu : entre deux refrains, Jérémie défend aussi les buts de Walhain, a-t-...

    Lire la suite

  • Comment faire rentrer le désir de rébellion dans sa boîte?

    Far west ? Au sens figuré, c’est « le nom que l’on donne à un endroit où règne la loi du plus fort ». Géographiquement, le Far West est lié au sol nord-américain, mais la peur est que, le 1er mai prochain, il prenne ses quartiers à Liège-la-rebelle et pas que…

    Le souci n’est ainsi plus seulement le virus et ses variants assassins mais le risque d’une autre contagion, celle de la « désobéissance civile », ce mouvement via lequel des citoyens transgressent délibérément, de...

    Lire la suite