Le codage : compétence professionnelle incontournable pour 2020

Le codage : compétence professionnelle incontournable pour 2020

Alors que les appareils connectés à Internet se chiffreront à plus de 20 milliards en 2020, le marché de l’emploi, au cours de l’année  à venir, pourrait bel et bien être particulièrement favorable aux candidats maîtrisant les techniques de codage.

C’est en tout cas ce que constate le cabinet de recrutement Hays. « Le codage revêtira une grande importance en 2020. Les machines et appareils utilisés actuellement reposent d’une manière ou d’une autre sur du code. La numérisation et l’automatisation gagnent du terrain sur le marché du travail, comme les connaissances en programmation. Le besoin de profils dotés de ces compétences continuera d’augmenter fortement. On peut s’attendre à ce que 20 à 25 000 jobs soient à pourvoir dans ce domaine en 2020-2021 », estime Jean-François Art, National director chez Hays.

Une nécessité de recruter à l'étranger

Une demande qui risque de s’accroître et aggraver la pénurie déjà rencontrée pour ces profils. «  Nous sommes dans une situation où les entreprises ont de plus en plus de mal à recruter des candidats qui possèdent ces compétences de programmation. Beaucoup doivent aller chercher de la main d’œuvre à l’étranger, même de plus en plus en dehors de l’Europe », précise Jean-François Art.

Et la pénurie de programmeurs ne serait pas l’apanage d’un seul et même secteur. Si le secteur de l’IT est évidemment le premier concerné, tous les secteurs sont aujourd’hui demandeurs de ces profils.  « Il y a un grand boom en matière de développement d’applications, et ce dans tous les secteurs confondus. Le secteur des transports mais aussi celui de la communication recherchent aussi de plus en plus de développeurs et programmeurs », développe le National director de Hays.

Pour endiguer cette pénurie, une solution, selon Jean-François Art : susciter l’intérêt des candidats. « Il y a un travail faire auprès des jeunes dès l’école secondaire pour susciter chez eux des vocations pour les métiers de la programmation. D’autant qu’en dehors des cursus classiques de bachelier ou de master, il existe aussi plusieurs formations en alternance », souligne Jean-François Art.

Lesentreprises, de leur côté, auraient, elles aussi, un rôle à jouer. « Il est primordial que les entreprises investissent dans la formation de leurs collaborateurs actuels mais aussi ceux qu’ils engageront dans le futur. Car le codage est atout pour les plus jeunes comme pour les plus âgés. Il est nécessaire qu’elles mettent en place des formations personnalisées en interne qui correspondent à leurs besoins spécifiques », conseille Jean-François Art.

Réputéspour être des profils particulièrement volatils, les programmeurs et codeurs pourraient, de plus, voir en ces recyclages et apprentissages permanents une raison de rester fidèle à leur employeur.

Miser sur le langage de programmation

Parmi les différents langages de codage existants, l’un ne serait cependant pas à cibler davantage que d’autres. « Il n’y a pas de langage numéro 1 en matière de codage. Chaque langage a ses spécificités et son utilité en fonction du développement recherché. Les plus utilisés restent toutefois Java, Python, R, le langage C ainsi que C++ », ajoute Jean-François Art.

A l’heure où l’on souligne sans cesse l’importance de l’apprentissage des langues, un  langage de programmation, quel qu’il soit, pourrait donc constituer un atout indéniable sur votre CV. 

 

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. AFP

    «Une cure d’humilité»: la presse française réagit au partage des Bleus en Hongrie

  2. Le cheikh Jamal est aujourd’hui à moitié paralysé et se déplace en fauteuil roulant.

    Yémen: huit nuits ligoté à une chaise, sans dormir

  3. Ariane Chemin, grand reporter au «Monde». Rien ne la prédestinait à faire brillante carrière qu’on lui connaît.

    Les racines élémentaires d’Ariane Chemin: «Combien de fois j’ai lu dans les têtes ‘l’investigation, l’enquête, c’est un truc de mecs’»

La chronique
  • La chronique Carta Academica sur les grèves de la faim des «sans-papiers» dans nos universités (2009-2021): les corps meurtris d’une politique meurtrière

    La grève de la faim de personnes « sans-papiers » actuellement en cours à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) et à la Vrije Universiteit Brussel) (VUB) a un tragique air de déjà-vu. Souvenez-vous : en 2009, l’ULB avait déjà hébergé 250 personnes « sans-papiers ». De telles occupations avaient lieu au même moment dans d’autres universités et églises de Belgique. Toutes ces occupations de lieux symboliques avaient une visée politique : demander des critères de régularisation clairs et permanents pour les « sans-papiers ». Jusqu’alors, les régularisations se faisaient en effet au cas par cas, selon le bon vouloir de l’officier d’état civil auquel les requérants étaient confrontés.

    Face à l’inertie du politique, le mouvement s’était durci : les membres de plusieurs occupations, dont celle de l’ULB, avaient décidé d’entamer une grève de la faim. Le droit belge stipule en effet que « l’étranger qui séjourne en Belgique et qui dispose d’un document d’identité et souffre d’une maladie dans un état tel qu’elle entraîne un risque réel pour sa vie...

    Lire la suite

  • En France, on s’est trompé de campagne

    L’élection régionale dont le premier tour a lieu dimanche, suscite un sentiment contrasté. Chez les politiques, c’est la fébrilité. Car ce dernier vote avant la présidentielle de 2022 pourrait distribuer les cartes de la future compétition élyséenne. Mais sur les marchés ? Nombre de Français rencontrés n’étaient même pas au courant de ce scrutin, à part peut-être en Paca où l’enjeu (la victoire possible du RN) a été à juste titre dramatisé. La maire socialiste de Montdidier, dans la Somme, nous faisait récemment cette terrible...

    Lire la suite