Le codage : compétence professionnelle incontournable pour 2020

Le codage : compétence professionnelle incontournable pour 2020

Alors que les appareils connectés à Internet se chiffreront à plus de 20 milliards en 2020, le marché de l’emploi, au cours de l’année  à venir, pourrait bel et bien être particulièrement favorable aux candidats maîtrisant les techniques de codage.

C’est en tout cas ce que constate le cabinet de recrutement Hays. « Le codage revêtira une grande importance en 2020. Les machines et appareils utilisés actuellement reposent d’une manière ou d’une autre sur du code. La numérisation et l’automatisation gagnent du terrain sur le marché du travail, comme les connaissances en programmation. Le besoin de profils dotés de ces compétences continuera d’augmenter fortement. On peut s’attendre à ce que 20 à 25 000 jobs soient à pourvoir dans ce domaine en 2020-2021 », estime Jean-François Art, National director chez Hays.

Une nécessité de recruter à l'étranger

Une demande qui risque de s’accroître et aggraver la pénurie déjà rencontrée pour ces profils. «  Nous sommes dans une situation où les entreprises ont de plus en plus de mal à recruter des candidats qui possèdent ces compétences de programmation. Beaucoup doivent aller chercher de la main d’œuvre à l’étranger, même de plus en plus en dehors de l’Europe », précise Jean-François Art.

Et la pénurie de programmeurs ne serait pas l’apanage d’un seul et même secteur. Si le secteur de l’IT est évidemment le premier concerné, tous les secteurs sont aujourd’hui demandeurs de ces profils.  « Il y a un grand boom en matière de développement d’applications, et ce dans tous les secteurs confondus. Le secteur des transports mais aussi celui de la communication recherchent aussi de plus en plus de développeurs et programmeurs », développe le National director de Hays.

Pour endiguer cette pénurie, une solution, selon Jean-François Art : susciter l’intérêt des candidats. « Il y a un travail faire auprès des jeunes dès l’école secondaire pour susciter chez eux des vocations pour les métiers de la programmation. D’autant qu’en dehors des cursus classiques de bachelier ou de master, il existe aussi plusieurs formations en alternance », souligne Jean-François Art.

Lesentreprises, de leur côté, auraient, elles aussi, un rôle à jouer. « Il est primordial que les entreprises investissent dans la formation de leurs collaborateurs actuels mais aussi ceux qu’ils engageront dans le futur. Car le codage est atout pour les plus jeunes comme pour les plus âgés. Il est nécessaire qu’elles mettent en place des formations personnalisées en interne qui correspondent à leurs besoins spécifiques », conseille Jean-François Art.

Réputéspour être des profils particulièrement volatils, les programmeurs et codeurs pourraient, de plus, voir en ces recyclages et apprentissages permanents une raison de rester fidèle à leur employeur.

Miser sur le langage de programmation

Parmi les différents langages de codage existants, l’un ne serait cependant pas à cibler davantage que d’autres. « Il n’y a pas de langage numéro 1 en matière de codage. Chaque langage a ses spécificités et son utilité en fonction du développement recherché. Les plus utilisés restent toutefois Java, Python, R, le langage C ainsi que C++ », ajoute Jean-François Art.

A l’heure où l’on souligne sans cesse l’importance de l’apprentissage des langues, un  langage de programmation, quel qu’il soit, pourrait donc constituer un atout indéniable sur votre CV. 

 

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La police contrôle les automobilistes sur l’avenue Franklin-Roosevelt à Bruxelles, samedi 28 mars.

    La police bruxelloise a déjà dressé plus de 5.600 P-V administratifs liés aux règles du confinement

  2. Lorsque le patient peine à se souvenir de ses allées et venues, le traceur de contacts lui fait relater par le menu sa routine durant une semaine normale.

    Coronavirus: les traceurs de contacts qui enrayent la progression de la pandémie

  3. Alexandre Ghuysen, urgentiste.

    «J’ai vu une infirmière qui avait le nez à moitié scié par son masque»

La chronique
  • Couvrez ces corps que je ne saurais voir

    Pékin a-t-il sciemment minimisé les effets du Covid-19 sur son territoire ? La rumeur enfle dans les pays occidentaux, singulièrement depuis la diffusion de photos montrant de longues files d’habitants de Wuhan attendant de pouvoir récupérer l’urne funéraire d’un proche décédé. Officiellement, on ne dénombra que 2.500 victimes dans cette ville aussi peuplée que toute la Belgique, qui fut l’épicentre de l’épidémie…

    Dans un premier temps, l’Organisation mondiale de la santé avait salué l’attitude ouverte et volontariste de la Chine, qui tranchait avec la manière dont, en 2003, le pouvoir avait répondu à la crise du Sras, une pneumonie aiguë causée par un autre coronavirus. Le 1er janvier 2020, dans un réflexe atavique, les autorités avaient pourtant commencé par incarcérer le premier lanceur d’alerte de la pandémie, le médecin Li Wenliang – qui a finalement succombé à la maladie…

    Le régime communiste traîne une longue tradition de manque de transparence dans la gestion des catastrophes sanitaires qui se sont déclenchées sur son territoire – et...

    Lire la suite

  • Coronavirus: la conversion des «imbéciles»

    La Conjuration des imbéciles » – « A Confederacy of Dunces » – est un roman de John Kennedy Toole. Epuisé par l’impossibilité de faire publier son livre, l’écrivain se suicide en 1969, à 31 ans. Mais le roman, finalement publié, connaît un immense succès : il sera couronné par le prix Pulitzer et salué comme un des plus grands classiques de la littérature humoristique américaine.

    Le titre est une référence à une citation de l’écrivain Jonathan Swift, mise en épigraphe...

    Lire la suite