Le codage : compétence professionnelle incontournable pour 2020

Le codage : compétence professionnelle incontournable pour 2020

Alors que les appareils connectés à Internet se chiffreront à plus de 20 milliards en 2020, le marché de l’emploi, au cours de l’année  à venir, pourrait bel et bien être particulièrement favorable aux candidats maîtrisant les techniques de codage.

C’est en tout cas ce que constate le cabinet de recrutement Hays. « Le codage revêtira une grande importance en 2020. Les machines et appareils utilisés actuellement reposent d’une manière ou d’une autre sur du code. La numérisation et l’automatisation gagnent du terrain sur le marché du travail, comme les connaissances en programmation. Le besoin de profils dotés de ces compétences continuera d’augmenter fortement. On peut s’attendre à ce que 20 à 25 000 jobs soient à pourvoir dans ce domaine en 2020-2021 », estime Jean-François Art, National director chez Hays.

Une nécessité de recruter à l'étranger

Une demande qui risque de s’accroître et aggraver la pénurie déjà rencontrée pour ces profils. «  Nous sommes dans une situation où les entreprises ont de plus en plus de mal à recruter des candidats qui possèdent ces compétences de programmation. Beaucoup doivent aller chercher de la main d’œuvre à l’étranger, même de plus en plus en dehors de l’Europe », précise Jean-François Art.

Et la pénurie de programmeurs ne serait pas l’apanage d’un seul et même secteur. Si le secteur de l’IT est évidemment le premier concerné, tous les secteurs sont aujourd’hui demandeurs de ces profils.  « Il y a un grand boom en matière de développement d’applications, et ce dans tous les secteurs confondus. Le secteur des transports mais aussi celui de la communication recherchent aussi de plus en plus de développeurs et programmeurs », développe le National director de Hays.

Pour endiguer cette pénurie, une solution, selon Jean-François Art : susciter l’intérêt des candidats. « Il y a un travail faire auprès des jeunes dès l’école secondaire pour susciter chez eux des vocations pour les métiers de la programmation. D’autant qu’en dehors des cursus classiques de bachelier ou de master, il existe aussi plusieurs formations en alternance », souligne Jean-François Art.

Lesentreprises, de leur côté, auraient, elles aussi, un rôle à jouer. « Il est primordial que les entreprises investissent dans la formation de leurs collaborateurs actuels mais aussi ceux qu’ils engageront dans le futur. Car le codage est atout pour les plus jeunes comme pour les plus âgés. Il est nécessaire qu’elles mettent en place des formations personnalisées en interne qui correspondent à leurs besoins spécifiques », conseille Jean-François Art.

Réputéspour être des profils particulièrement volatils, les programmeurs et codeurs pourraient, de plus, voir en ces recyclages et apprentissages permanents une raison de rester fidèle à leur employeur.

Miser sur le langage de programmation

Parmi les différents langages de codage existants, l’un ne serait cependant pas à cibler davantage que d’autres. « Il n’y a pas de langage numéro 1 en matière de codage. Chaque langage a ses spécificités et son utilité en fonction du développement recherché. Les plus utilisés restent toutefois Java, Python, R, le langage C ainsi que C++ », ajoute Jean-François Art.

A l’heure où l’on souligne sans cesse l’importance de l’apprentissage des langues, un  langage de programmation, quel qu’il soit, pourrait donc constituer un atout indéniable sur votre CV. 

 

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Cloîtrée à Windsor depuis le début de la pandémie, la reine doit se sentir très seule après la disparition de la seule personne qui pouvait lui parler franchement, sans ambages, ni flagornerie.

    Le décès du prince Philip fera-t-il prendre un virage décisif à la monarchie britannique?

  2. «Agilité et flexibilité: ce sont mes mots clés. Ils me servent tous les jours», affirme Inge Neven.

    Inge Neven: «On doit réfléchir à tester certains assouplissements»

  3. d-20210330-GLZ62L 2021-04-08 15_55_51

    Vaccination en Belgique: les disparités Nord-Sud se creusent

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, jour 395: le fermier»

    Vendredi il s’est passé un truc incroyable.

    On avait besoin d’air, de légèreté, de douceur, de s’éloigner des thromboses atypiques et du sofagate, de voir des lapins, des fleurs, des arbres et des petits oiseaux. Direction : la campagne.

    Le premier être humain qu’on croise est un chasseur. Treillis, ABL, fusil à deux coups sur l’épaule, il nous lâche un bonjour tranquille comme la conscience de mère Teresa – qu’elle repose en paix – tirant sur des pigeons en argile. On aurait dû rebrousser chemin. C’était un signe.

    Il sort d’un champ attenant à une ferme immense, une ferme sombre et refermée sur elle-même, avec des murs comme des montagnes, d’énormes silos rouillés et des bâches fantomatiques secouées par le vent. Une ferme comme le motel de Norman Bates : flippante.

    On presse le pas quand, d’un coup, diable jailli d’une boîte, un fermier qui a la tête du père de François Damiens – ou, plus probablement, qui a la tête de François Damiens vieux, parce que son...

    Lire la suite

  • Il faut repenser la société du covid

    Le Théâtre royal flamand de Bruxelles accueillera à partir du 26 avril cinquante spectateurs par soirée, qu’importent les mesures sanitaires alors en vigueur. De leur côté, plusieurs restaurateurs ont annoncé qu’ils serviront à table dès le 1er mai, même si la réouverture de l’horeca est postposée. Et l’on passe sur les boums clandestines ou non, la restauration à la sauvette, etc. Cette désobéissance qui relève de faits isolés – et non d’une lame de fond – ne peut être toutefois négligée.

    Il va...

    Lire la suite