Le codage : compétence professionnelle incontournable pour 2020

Le codage : compétence professionnelle incontournable pour 2020

Alors que les appareils connectés à Internet se chiffreront à plus de 20 milliards en 2020, le marché de l’emploi, au cours de l’année  à venir, pourrait bel et bien être particulièrement favorable aux candidats maîtrisant les techniques de codage.

C’est en tout cas ce que constate le cabinet de recrutement Hays. « Le codage revêtira une grande importance en 2020. Les machines et appareils utilisés actuellement reposent d’une manière ou d’une autre sur du code. La numérisation et l’automatisation gagnent du terrain sur le marché du travail, comme les connaissances en programmation. Le besoin de profils dotés de ces compétences continuera d’augmenter fortement. On peut s’attendre à ce que 20 à 25 000 jobs soient à pourvoir dans ce domaine en 2020-2021 », estime Jean-François Art, National director chez Hays.

Une nécessité de recruter à l'étranger

Une demande qui risque de s’accroître et aggraver la pénurie déjà rencontrée pour ces profils. «  Nous sommes dans une situation où les entreprises ont de plus en plus de mal à recruter des candidats qui possèdent ces compétences de programmation. Beaucoup doivent aller chercher de la main d’œuvre à l’étranger, même de plus en plus en dehors de l’Europe », précise Jean-François Art.

Et la pénurie de programmeurs ne serait pas l’apanage d’un seul et même secteur. Si le secteur de l’IT est évidemment le premier concerné, tous les secteurs sont aujourd’hui demandeurs de ces profils.  « Il y a un grand boom en matière de développement d’applications, et ce dans tous les secteurs confondus. Le secteur des transports mais aussi celui de la communication recherchent aussi de plus en plus de développeurs et programmeurs », développe le National director de Hays.

Pour endiguer cette pénurie, une solution, selon Jean-François Art : susciter l’intérêt des candidats. « Il y a un travail faire auprès des jeunes dès l’école secondaire pour susciter chez eux des vocations pour les métiers de la programmation. D’autant qu’en dehors des cursus classiques de bachelier ou de master, il existe aussi plusieurs formations en alternance », souligne Jean-François Art.

Lesentreprises, de leur côté, auraient, elles aussi, un rôle à jouer. « Il est primordial que les entreprises investissent dans la formation de leurs collaborateurs actuels mais aussi ceux qu’ils engageront dans le futur. Car le codage est atout pour les plus jeunes comme pour les plus âgés. Il est nécessaire qu’elles mettent en place des formations personnalisées en interne qui correspondent à leurs besoins spécifiques », conseille Jean-François Art.

Réputéspour être des profils particulièrement volatils, les programmeurs et codeurs pourraient, de plus, voir en ces recyclages et apprentissages permanents une raison de rester fidèle à leur employeur.

Miser sur le langage de programmation

Parmi les différents langages de codage existants, l’un ne serait cependant pas à cibler davantage que d’autres. « Il n’y a pas de langage numéro 1 en matière de codage. Chaque langage a ses spécificités et son utilité en fonction du développement recherché. Les plus utilisés restent toutefois Java, Python, R, le langage C ainsi que C++ », ajoute Jean-François Art.

A l’heure où l’on souligne sans cesse l’importance de l’apprentissage des langues, un  langage de programmation, quel qu’il soit, pourrait donc constituer un atout indéniable sur votre CV. 

 

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-19990529-WJK7AQ_high

    Il était une fois Ennio Morricone, le Maestro du cinéma

  2. Platja d’Aro, près de Girona.

    Retour au confinement: la Belgique sur ses gardes

  3. Dans le monde entier, les scientifiques s’activent pour trouver le moyen de guérir ou prévenir le coronavirus.

    Immunité: comment l’organisme se défend contre le coronavirus

La chronique
  • Lettre d’Europe: la pandémie s’éloigne, les questions climatiques restent

    Que la pandémie s’éloigne effectivement ou que les Européens s’habituent simplement à vivre avec elle, une chose est sûre : la lutte contre le changement climatique et ses conséquences dévastatrices sur nos vies reste notre plus grand défi.

    À Bruxelles, la Pologne va trouver sur la table des négociations le problème du CO2 car certains pays de l’Union européenne veulent que le Fonds pour une transition juste (avec, à la clé, 8 milliards d’euros pour la Pologne) soit accordé uniquement si Varsovie adhère à l’objectif européen de neutralité carbone fixé à 2050. Si, en décembre dernier, le gouvernement polonais est parvenu à retarder la décision, de nombreuses capitales européennes veulent aujourd’hui subordonner l’accord budgétaire à une décision claire de la Pologne sur la politique climatique communautaire.

    Cracovie la plus polluée

    Pourquoi, en Pologne, où près de la moitié de la...

    Lire la suite

  • Vacances, j’oublie tout? Euh non…

    À défaut de vaccin, voici donc une piqûre de rappel venue de Catalogne, mais aussi de Lombardie et de Vénétie : notre été 2020 n’est pas livré à l’insouciance mais sera en liberté surveillée. Avec plus que jamais dans les valises, outre les crèmes solaires, un indispensable sens des responsabilités pour ceux et celles qui décident de quitter leur domicile pour voyager en Belgique ou à l’étranger, mais aussi l’extrême vigilance des autorités publiques. Il faut en effet être assuré qu’un processus automatique et sans faille se déclenche...

    Lire la suite