Penser plus vert au boulot : incontournable pour un salarié sur deux

Penser plus vert au boulot : incontournable pour un salarié sur deux

C’est un constat à côté duquel les employeurs et recruteurs ne peuvent plus passer : les travailleurs sont de plus en plus en quête de sens, de valeurs, d’une philosophie d’entreprise qui défende des causes qui leur semblent justes. A l’heure où la question climatique s’impose dans l’espace public et l’actualité comme une question incontournable, la planète intéresse aussi au boulot : pour cette nouvelle année, plus d’un salarié belge sur deux veut s’investir plus pour le climat sur son lieu de travail.

C’est du moins ce qu’affirme une étude de Tempo-Team : les bonnes résolutions des collaborateurs, mais aussi des employeurs pour 2020, prennent clairement un tournant plus vert. Au point que les candidats à l’emploi tiennent trois fois plus compte de la politique écoresponsable de leur futur patron potentiel. Une tendance qui se marque davantage en Wallonie qu’au nord du pays.

Un peu, mais pas trop.

Veiller à éteindre les lumières en sortant, trier les déchets, vérifier que les ordinateurs et leurs écrans sont bien coupés, consommer moins d’eau, de papier et de plastique : les réflexes écoresponsables au quotidien ont la cote. En revanche, si les petits efforts séduisent, les travailleurs deviennent plus frileux quand il s’agit de renoncer à un certain confort qui aurait un impact plus fort pour la planète bleue. Donc favoriser la gourde aux bouteilles en plastique, oui. Mais renoncer à sa voiture de société ? Bof-bof…

En ce qui concerne les habitudes de mobilité, un employé sur quatre, seulement, se dit disposé à partager son véhicule traditionnel lors du trajet vers le travail, ou à organiser du co-voiturage. Et quand il s’agit de renoncer à sa voiture de société au profit des transports publics ou d’un vélo, même électrique, moins d’un travailleur sur cinq se dit prêt au sacrifice. Une certaine contradiction entre les idées et les actes en somme.

D’autant que 60% affirment être partisans de l’obligation de la mesure cash-for-car et du budget mobilité dans les entreprises, pendant que 20% supplémentaires estiment que les autorités publiques devraient obliger les organisations à proposer davantage de solutions de mobilité respectueuses du développement durable.

La balle dans le camp de l’entreprise

Toujours selon les chiffres de Tempo-Team, les collaborateurs ont donc besoin de valeurs vertes, ils veulent les défendre, s’engager dans de petits efforts au quotidien, mais pas à n’importe quel prix, et le tout en considérant que les responsabilités importantes reviennent aux décideurs et à l’organisation dans son ensemble.

Huit salariés belges sur dix pensent que les entreprises doivent fonctionner de la manière la plus écologique possible et sensibiliser leur personnel à la cause climatique. La bonne nouvelle ? Les employeurs sont globalement du même avis. Les trois-quarts des décideurs d'entreprises belges interrogés par Tempo-Team promettent qu’ils se penchent sur des alternatives plus favorables à la planète en 2020, notamment en encourageant les collaborateurs à adopter les bons réflexes. Une jolie résolution pour la nouvelle année. Et si on s’attaquait vraiment aux voitures pour l’année d’après ?

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite