Penser plus vert au boulot : incontournable pour un salarié sur deux

Penser plus vert au boulot : incontournable pour un salarié sur deux

C’est un constat à côté duquel les employeurs et recruteurs ne peuvent plus passer : les travailleurs sont de plus en plus en quête de sens, de valeurs, d’une philosophie d’entreprise qui défende des causes qui leur semblent justes. A l’heure où la question climatique s’impose dans l’espace public et l’actualité comme une question incontournable, la planète intéresse aussi au boulot : pour cette nouvelle année, plus d’un salarié belge sur deux veut s’investir plus pour le climat sur son lieu de travail.

C’est du moins ce qu’affirme une étude de Tempo-Team : les bonnes résolutions des collaborateurs, mais aussi des employeurs pour 2020, prennent clairement un tournant plus vert. Au point que les candidats à l’emploi tiennent trois fois plus compte de la politique écoresponsable de leur futur patron potentiel. Une tendance qui se marque davantage en Wallonie qu’au nord du pays.

Un peu, mais pas trop.

Veiller à éteindre les lumières en sortant, trier les déchets, vérifier que les ordinateurs et leurs écrans sont bien coupés, consommer moins d’eau, de papier et de plastique : les réflexes écoresponsables au quotidien ont la cote. En revanche, si les petits efforts séduisent, les travailleurs deviennent plus frileux quand il s’agit de renoncer à un certain confort qui aurait un impact plus fort pour la planète bleue. Donc favoriser la gourde aux bouteilles en plastique, oui. Mais renoncer à sa voiture de société ? Bof-bof…

En ce qui concerne les habitudes de mobilité, un employé sur quatre, seulement, se dit disposé à partager son véhicule traditionnel lors du trajet vers le travail, ou à organiser du co-voiturage. Et quand il s’agit de renoncer à sa voiture de société au profit des transports publics ou d’un vélo, même électrique, moins d’un travailleur sur cinq se dit prêt au sacrifice. Une certaine contradiction entre les idées et les actes en somme.

D’autant que 60% affirment être partisans de l’obligation de la mesure cash-for-car et du budget mobilité dans les entreprises, pendant que 20% supplémentaires estiment que les autorités publiques devraient obliger les organisations à proposer davantage de solutions de mobilité respectueuses du développement durable.

La balle dans le camp de l’entreprise

Toujours selon les chiffres de Tempo-Team, les collaborateurs ont donc besoin de valeurs vertes, ils veulent les défendre, s’engager dans de petits efforts au quotidien, mais pas à n’importe quel prix, et le tout en considérant que les responsabilités importantes reviennent aux décideurs et à l’organisation dans son ensemble.

Huit salariés belges sur dix pensent que les entreprises doivent fonctionner de la manière la plus écologique possible et sensibiliser leur personnel à la cause climatique. La bonne nouvelle ? Les employeurs sont globalement du même avis. Les trois-quarts des décideurs d'entreprises belges interrogés par Tempo-Team promettent qu’ils se penchent sur des alternatives plus favorables à la planète en 2020, notamment en encourageant les collaborateurs à adopter les bons réflexes. Une jolie résolution pour la nouvelle année. Et si on s’attaquait vraiment aux voitures pour l’année d’après ?

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Lors de la première vague, le pic s’était arrêté à 101 patients covid (38 aux soins intensifs, 63 en unités covid). Ce vendredi, à 9
h du matin, l’hôpital en accueillait 126.

    «C’est un peu comme replonger dans un bain d’eau froide»: les soignants ont peur de se noyer dans la deuxième vague

  2. «
Nous avons une vision claire et je n’ai pas une minute à perdre pour mettre en œuvre l’accord du gouvernement.
»

    Tinne Van der Straeten: «La première étape, c’est geler la facture énergétique»

  3. photo_dieWelt

    La dangereuse dépendance de l’Europe en matière de médicaments

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 89»: la taupe

    L’autre jour, il s’est passé un truc incroyable.

    En l’espace de 24 heures, deux personnes nous ont sorti la même phrase : « Tu ne vas quand même pas t’enterrer comme une taupe ? » L’une des deux poussant légèrement plus loin : « Tu sais, ma tante vit comme une taupe dans son terrier et elle a attrapé le covid via le courrier et les pubs dans sa boîte aux lettres. »

    D’abord, on ne dit pas terrier, mais taupinière. Ensuite, qu’on leur a répondu, bien sûr que si, je vais m’enterrer, et bien profond avec ça. Je vais creuser mes 20 mètres de galerie en une journée – c’est ma moyenne – à la verticale, loin de tout, loin de la surface, avec mes mains en corne en forme de petites pelles et mes douze doigts griffus.

    Je n’y verrai sans doute pas grand-chose, mais j’aiguiserai mon ouïe avec mes oreilles sans pavillon, pour bien entendre quand on annoncera que tout va bien, que l’air est pur et qu’on...

    Lire la suite

  • Mais bon sang, c’est quoi ce pays!

    On devrait dire : « Chapeau, vous avez enfin compris la gravité de la situation. » Alors que la Wallonie est au top des régions les plus dangereuses d’Europe, que les chiffres de contaminations continuent à exploser, que les experts tirent à boulets rouges sur la faiblesse des mesures prises, que le système hospitalier est en train de craquer et que les Belges succombent sous le coup du virus, il fallait évidemment passer à ce reconfinement partiel, annoncé par le ministre-président wallon Elio Di Rupo....

    Lire la suite