Penser plus vert au boulot : incontournable pour un salarié sur deux

Penser plus vert au boulot : incontournable pour un salarié sur deux

C’est un constat à côté duquel les employeurs et recruteurs ne peuvent plus passer : les travailleurs sont de plus en plus en quête de sens, de valeurs, d’une philosophie d’entreprise qui défende des causes qui leur semblent justes. A l’heure où la question climatique s’impose dans l’espace public et l’actualité comme une question incontournable, la planète intéresse aussi au boulot : pour cette nouvelle année, plus d’un salarié belge sur deux veut s’investir plus pour le climat sur son lieu de travail.

C’est du moins ce qu’affirme une étude de Tempo-Team : les bonnes résolutions des collaborateurs, mais aussi des employeurs pour 2020, prennent clairement un tournant plus vert. Au point que les candidats à l’emploi tiennent trois fois plus compte de la politique écoresponsable de leur futur patron potentiel. Une tendance qui se marque davantage en Wallonie qu’au nord du pays.

Un peu, mais pas trop.

Veiller à éteindre les lumières en sortant, trier les déchets, vérifier que les ordinateurs et leurs écrans sont bien coupés, consommer moins d’eau, de papier et de plastique : les réflexes écoresponsables au quotidien ont la cote. En revanche, si les petits efforts séduisent, les travailleurs deviennent plus frileux quand il s’agit de renoncer à un certain confort qui aurait un impact plus fort pour la planète bleue. Donc favoriser la gourde aux bouteilles en plastique, oui. Mais renoncer à sa voiture de société ? Bof-bof…

En ce qui concerne les habitudes de mobilité, un employé sur quatre, seulement, se dit disposé à partager son véhicule traditionnel lors du trajet vers le travail, ou à organiser du co-voiturage. Et quand il s’agit de renoncer à sa voiture de société au profit des transports publics ou d’un vélo, même électrique, moins d’un travailleur sur cinq se dit prêt au sacrifice. Une certaine contradiction entre les idées et les actes en somme.

D’autant que 60% affirment être partisans de l’obligation de la mesure cash-for-car et du budget mobilité dans les entreprises, pendant que 20% supplémentaires estiment que les autorités publiques devraient obliger les organisations à proposer davantage de solutions de mobilité respectueuses du développement durable.

La balle dans le camp de l’entreprise

Toujours selon les chiffres de Tempo-Team, les collaborateurs ont donc besoin de valeurs vertes, ils veulent les défendre, s’engager dans de petits efforts au quotidien, mais pas à n’importe quel prix, et le tout en considérant que les responsabilités importantes reviennent aux décideurs et à l’organisation dans son ensemble.

Huit salariés belges sur dix pensent que les entreprises doivent fonctionner de la manière la plus écologique possible et sensibiliser leur personnel à la cause climatique. La bonne nouvelle ? Les employeurs sont globalement du même avis. Les trois-quarts des décideurs d'entreprises belges interrogés par Tempo-Team promettent qu’ils se penchent sur des alternatives plus favorables à la planète en 2020, notamment en encourageant les collaborateurs à adopter les bons réflexes. Une jolie résolution pour la nouvelle année. Et si on s’attaquait vraiment aux voitures pour l’année d’après ?

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La police contrôle les automobilistes sur l’avenue Franklin-Roosevelt à Bruxelles, samedi 28 mars.

    La police bruxelloise a déjà dressé plus de 5.600 P-V administratifs liés aux règles du confinement

  2. Lorsque le patient peine à se souvenir de ses allées et venues, le traceur de contacts lui fait relater par le menu sa routine durant une semaine normale.

    Coronavirus: les traceurs de contacts qui enrayent la progression de la pandémie

  3. Alexandre Ghuysen, urgentiste.

    «J’ai vu une infirmière qui avait le nez à moitié scié par son masque»

La chronique
  • Couvrez ces corps que je ne saurais voir

    Pékin a-t-il sciemment minimisé les effets du Covid-19 sur son territoire ? La rumeur enfle dans les pays occidentaux, singulièrement depuis la diffusion de photos montrant de longues files d’habitants de Wuhan attendant de pouvoir récupérer l’urne funéraire d’un proche décédé. Officiellement, on ne dénombra que 2.500 victimes dans cette ville aussi peuplée que toute la Belgique, qui fut l’épicentre de l’épidémie…

    Dans un premier temps, l’Organisation mondiale de la santé avait salué l’attitude ouverte et volontariste de la Chine, qui tranchait avec la manière dont, en 2003, le pouvoir avait répondu à la crise du Sras, une pneumonie aiguë causée par un autre coronavirus. Le 1er janvier 2020, dans un réflexe atavique, les autorités avaient pourtant commencé par incarcérer le premier lanceur d’alerte de la pandémie, le médecin Li Wenliang – qui a finalement succombé à la maladie…

    Le régime communiste traîne une longue tradition de manque de transparence dans la gestion des catastrophes sanitaires qui se sont déclenchées sur son territoire – et...

    Lire la suite

  • Coronavirus: la conversion des «imbéciles»

    La Conjuration des imbéciles » – « A Confederacy of Dunces » – est un roman de John Kennedy Toole. Epuisé par l’impossibilité de faire publier son livre, l’écrivain se suicide en 1969, à 31 ans. Mais le roman, finalement publié, connaît un immense succès : il sera couronné par le prix Pulitzer et salué comme un des plus grands classiques de la littérature humoristique américaine.

    Le titre est une référence à une citation de l’écrivain Jonathan Swift, mise en épigraphe...

    Lire la suite