Le Sporting de Charleroi en Playoffs 1: les cinq moments-clés d’une qualification précoce (vidéos)

photo news
photo news

En poussant l’Antwerp dans ses derniers retranchements jusque dans les ultimes secondes de la rencontre de dimanche, le Sporting de Charleroi a bel et bien montré qu’il avait l’intention de valider mathématiquement son billet pour les Playoffs 1 dès ce week-end. Toutefois, malgré son partage et compte tenu des autres résultats du week-end, mais aussi du match qui doit encore opposer Genk à Malines, le matricule 22 est bel et bien déjà assuré de terminer la phase classique dans le Top 6. Après s’être qualifié pour les Playoffs 1 lors des 30e (14-15 et 16-17) et 27e journées (17-18) par le passé, Charleroi n’aura eu besoin que de 26 matches pour assurer le coup sous les ordres de Karim Belhocine. Plusieurs moments importants ont forcément parsemé le parcours sambrien durant cet exercice. Nous en avons ressorti cinq.

3e journée : SC Charleroi-Antwerp (2-1)

« On nous promettait un début de saison compliqué vu notre calendrier, mais lors du match aller face à l’Antwerp, on a montré qu’on avait aussi une belle équipe. » Tels étaient les mots de Karim Belhocine avant le match retour au Bosuil de ce week-end. Après avoir pris l’avance à l’heure de jeu via Mamadou Fall, Charleroi avait vu l’Antwerp égaliser via Lior Refaelov un quart d’heure plus tard. On pensait alors les Zèbres se diriger vers un troisième partage en autant de matches, d’autant que Jérémy Perbet avait loupé un penalty, arrêté par Sinan Bolat (qui a remis ça, ce week-end face à Ryota Morioka). C’était toutefois sans compter sur la réaction d’orgueil de « Perbut » qui avait finalement permis à Charleroi d’engranger son premier succès de la saison, qui plus est face à un solide concurrent aux Playoffs 1, dans les arrêts de jeu du match. Il s’agissait également du premier succès de Karim Belhocine à la tête de Charleroi. « Ce match a donc une saveur particulière pour moi », concédait-il vendredi dernier.

7e journée : SC Charleroi-Genk (2-1)

Au retour de la première trêve internationale de la saison et un peu moins de deux semaines après la fin du mercato estival, le Sporting de Charleroi reçoit Genk. Un match avec une double symbolique puisque si Charleroi reçoit le champion de Belgique en titre, il retrouve également Felice Mazzù, fraîchement débarqué à Genk après six saisons passées au Mambourg. Le début de match se passe comme dans un conte de fée puisque les Carolos prennent le large via Ryota Morioka sur penalty puis grâce au deuxième but en deux matches de Shamar Nicholson. En deuxième période, Genk a remis la pression sur Charleroi en revenant à 2-1 via Paul Onuachu, mais sans jamais parvenir à tromper Nicolas Penneteau une deuxième fois. Au terme de la rencontre et non sans avoir salué Felice Mazzù, le public acclame longuement Karim Belhocine. L’idylle entre le public carolo et son entraîneur peut débuter, Karim Belhocine a fait taire les derniers sceptiques ce jour-là. « Ce match-là, parce qu’on avait battu le champion de Belgique en titre, est un moment important du premier tour », avait concédé le technicien du Mambourg lors du dernier stage hivernal. Pour la première fois de la saison, le Sporting carolo intègre d’ailleurs le Top 6 au soir de son succès contre le Racing.

11e journée : CS Bruges-SC Charleroi (0-3)

Une semaine après avoir battu Genk, Charleroi avait reçu une gifle de la part de Saint-Trond (0-3). Ce match avait laissé des traces, mais aussi poussé le staff carolo à revoir un peu ses plans en matière de pressing haut. Au Standard (1-1) puis contre Anderlecht (1-2), les Zèbres avaient ensuite montré de très belles choses par moments, surtout à Sclessin, mais sans que cela ne se traduise réellement au niveau comptable. Après une nouvelle trêve internationale, les Zèbres se déplacent chez la lanterne rouge du Cercle de Bruges, où Berndt Strock vient de débarquer en pompier de service. Alors qu’il leur avait laissé le temps de bien revenir dans le coup après leurs longs mois de galères, Karim Belhocine profite de ce match pour relancer Ali Gholizadeh et Kaveh Rezaei. Avec succès puisque le premier délivre deux assists, tandis que le second va se mettre à enchaîner les buts deux semaines plus tard lors d’un succès capital à Ostende alors que Charleroi avait dû évoluer à dix durant une heure. Le match en Venise du Nord est quant à lui le premier d’une série de treize rencontres sans défaite en championnat. Cette série, interrompue à Genk le 1er février dernier, a largement contribué à la remontée carolo au classement, permettant au Sporting de commencer 2020 à la deuxième place du championnat.

14e journée : Malines-SC Charleroi (2-2)

Bien que Charleroi ait par deux fois laissé filer un avantage (grâce à Kaveh Rezaei et Núrio) dans ce déplacement derrière les casernes malinoises, ce match a durablement bouleversé la composition carolo. En effet, c’est à Malines que Cristophe Diandy s’est rompu les ligaments croisés du genou, ce qui a incité Karim Belhocine à réaliser le coup tactique de la saison en repositionnant Ryota Morioka à côté de Marco Ilaimaharitra dans l’entrejeu. Brillant dans ce rôle entre « 6 » et « 8 », où il peut « mieux voir le jeu », le Japonais a régulé le jeu carolo avec brio. Moins décisif dans les chiffres, l’ancien joueur de Waasland/Beveren et Anderlecht est devenu la pièce maîtresse du jeu carolo en récupérant énormément de ballons et en permettant à son équipier malgache de briller davantage encore. Si ce match à Malines n’a pas, en lui-même, apporté directement grand-chose au plan comptable, il a permis à Charleroi de trouver une stabilité impressionnante dans son onze.

25e journée : SC Charleroi-Zulte Waregem (4-0)

Après un début d’année 2020 en « mode mineur », les Zèbres auraient pu douter. C’était toutefois sans tenir compte de la confiance engrangée durant les longs mois de matches sans défaite. Alors que Zulte Waregem venait de pousser le FC Bruges dans ses derniers retranchements en Coupe de Belgique, le Sporting n’a fait qu’une bouchée – du moins dans les chiffres – de son opposant flandrien, pourtant toujours candidat aux Playoffs 1. Grand bonhomme de la rencontre, Kaveh Rezaei a inscrit les trois premiers buts de son équipe, avant que Shamar Nicholson n’inscrive le 4-0 en fin de partie. Trois jours plus tard, Charleroi remportait son match remis face à Malines pour s’assurer presque mathématiquement une place dans le Top 6. C’est chose faite depuis ce week-end et son partage à l’Antwerp.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous