De bonnes habitudes pour changer son comportement en ligne

De bonnes habitudes pour changer son comportement en ligne

Pendant que l'Australie brûle et que les glaciers fondent, les bonnes résolutions pour sauver la planète bleue s'enchaînent dans les chaumières. Enfourcher son vélo, trier ses déchets au boulot et mieux choisir son carrosse au Salon de l'Auto font partie des pistes. Mais des gestes simples sont aussi possibles au quotidien, derrière votre écran. Un utilisateur numérique sur deux de dit déjà prêt à se comporter autrement en ligne, et dès maintenant.

Protéger sa vie privée

Passer moins de temps sur ses outils connectés, utiliser des mots de passe plus difficiles ou encore trier les newsletters qu'on ne lit jamais : ce sont quelques unes des pistes possibles pour améliorer ses comportements en ligne. D'après une enquête menée par une multinationale russe spécialisée en cybersécurité, plus de la moitié des internautes d'Europe pensent qu'il est impossible, dans le monde numérique d'aujourd'hui, de protéger complètement sa vie privée. Il va de soi que l'étude commandée à Arlington Research par Kaspersky a surtout pour objectif d'encourager les clients potentiels à investir dans la protection de leurs vie online, mais les résultats n'en restent pas moins symptomatiques d'une prise de conscience en marche en ce qui concerne les bonnes habitudes à prendre sur le web et dans l'utilisation de son smartphone.

Se désintoxiquer

Qui n'a encore jamais entendu un proche se plaindre de l'omniprésence de smartphones ? Qui n'a jamais eu le vertige en réalisant le temps passé sur les plateformes en ligne et sur les réseaux sociaux ? La tendance « social media-free month » se développe de plus en plus, dans la même veine que les initiatives des mois sans alcool, sans viande, ou encore gluten-free. Si certains décident carrément de quitter définitivement les réseaux sociaux, 11% des Européens interrogés par Arlington Research se lancent dans des initiatives plus modérées, comme simplement retirer de leur liste d'amis Facebook les personnes qu'ils n'ont jamais rencontrées dans la vraie vie, ou à qui ils ne diraient pas bonjour s'ils les croisaient au supermarché. A l'heure où on démontre chaque jour l'importance de l'empreinte carbone de l’hyper-connectivité, des tendances d'initiatives en ligne se généralisent.

Les bons réflexes

Près de la moitié des 2.000 Européens interrogés se rejoignent pour cinq bonnes résolutions liées à leur consommation online : réduire le temps passé devant un écran, ne plus s'endormir avec son smartphone à côté de l'oreiller, réaliser des back-up de manière plus régulière, vider sa corbeille de bureau d'ordinateur plus souvent et, enfin, trier et mieux choisir ses contacts sur les réseaux sociaux.

D'autres réflexes écologiques sur internet sont tout aussi faciles à prendre et auront un impact encore plus bénéfique pour la planète bleue, comme simplement trier régulièrement votre boite de messagerie et limiter le nombre de newsletters qui polluent autant votre cerveau que votre empreinte carbone. Diminuer votre consommation d'énergie numérique, ça passe également par le fait de diminuer la luminosité de vos appareils connectés, couper le rétroéclairage de vos claviers d'ordinateur ou encore de choisir de travailler sur une page de recherche comme Blackle (http://blackle.com/). Bloquer les publicités intempestives, privilégier l'utilisation des clés USB ou des disques dur externes aux Clouds, ou encore privilégier WeTransfer aux pièces-jointes sont de simples habitudes à prendre, qui ne coûtent rien, mais qui peuvent faire beaucoup pour l'avenir de la planète. En 2015, le réseau Internet consommait déjà, chaque année l’équivalent de l’énergie produite par 40 centrales nucléaires... Il est donc temps que ça bouge.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La police contrôle les automobilistes sur l’avenue Franklin-Roosevelt à Bruxelles, samedi 28 mars.

    La police bruxelloise a déjà dressé plus de 5.600 P-V administratifs liés aux règles du confinement

  2. Lorsque le patient peine à se souvenir de ses allées et venues, le traceur de contacts lui fait relater par le menu sa routine durant une semaine normale.

    Coronavirus: les traceurs de contacts qui enrayent la progression de la pandémie

  3. Alexandre Ghuysen, urgentiste.

    «J’ai vu une infirmière qui avait le nez à moitié scié par son masque»

La chronique
  • Couvrez ces corps que je ne saurais voir

    Pékin a-t-il sciemment minimisé les effets du Covid-19 sur son territoire ? La rumeur enfle dans les pays occidentaux, singulièrement depuis la diffusion de photos montrant de longues files d’habitants de Wuhan attendant de pouvoir récupérer l’urne funéraire d’un proche décédé. Officiellement, on ne dénombra que 2.500 victimes dans cette ville aussi peuplée que toute la Belgique, qui fut l’épicentre de l’épidémie…

    Dans un premier temps, l’Organisation mondiale de la santé avait salué l’attitude ouverte et volontariste de la Chine, qui tranchait avec la manière dont, en 2003, le pouvoir avait répondu à la crise du Sras, une pneumonie aiguë causée par un autre coronavirus. Le 1er janvier 2020, dans un réflexe atavique, les autorités avaient pourtant commencé par incarcérer le premier lanceur d’alerte de la pandémie, le médecin Li Wenliang – qui a finalement succombé à la maladie…

    Le régime communiste traîne une longue tradition de manque de transparence dans la gestion des catastrophes sanitaires qui se sont déclenchées sur son territoire – et...

    Lire la suite

  • Coronavirus: la conversion des «imbéciles»

    La Conjuration des imbéciles » – « A Confederacy of Dunces » – est un roman de John Kennedy Toole. Epuisé par l’impossibilité de faire publier son livre, l’écrivain se suicide en 1969, à 31 ans. Mais le roman, finalement publié, connaît un immense succès : il sera couronné par le prix Pulitzer et salué comme un des plus grands classiques de la littérature humoristique américaine.

    Le titre est une référence à une citation de l’écrivain Jonathan Swift, mise en épigraphe...

    Lire la suite