Les stagiaires attirés par une rémunération à l’étranger

Les stagiaires attirés par une rémunération à l’étranger

C’est un passage obligé pour tous les étudiants lors de leurs dernières années d’étude : les stages. S’ils revêtissent, bien souvent, un caractère obligatoire, ces derniers ne sont cependant pas rémunérés en Belgique.

« Dans notre pays, il ne peut y avoir de véritable rémunération en contrepartie de prestations productives que dans le cadre d’un contrat de travail, les stages effectués dans le cadre d’un cursus scolaire ne peuvent donc être rétribués », précise Anne-Cécile Wagner, porte-parole du SPF Emploi. En réalité, chez nous,  seuls les médecins-stagiaires, dans le cadre de leur internat, et les avocats-stagiaires avant d’accéder au barreau perçoivent une rémunération durant leur stage.

Résultat : de nombreux étudiants traversent les frontières luxembourgeoise, française ou encore suisse à la recherche d’un stage qui peut être gratifié d’un salaire. Parmi eux, Aurélie, étudiante en ingénieur de gestion : « J’ai fait mon stage en Suisse avant tout pour l’expérience que ça allait m’apporter, mais la rémunération était clairement un bonus. D’autant que, sans cela, je n’aurais pas pu faire mon stage là-bas car le coût de la vie y est très élevé ».

« Tout travail mérite salaire »

De retour en Belgique, l’étudiante ne comprend pas qu’un stage ne puisse pas être rétribué chez nous. « Le fait d’être rémunéré permet d’être valorisé dans l’entreprise. Notre temps, même si nous sommes étudiants, vaut aussi de l’argent, a aussi une valeur. Et puis, même si ça ne nous met pas sur le même pied d’égalité hiérarchique que nos collègues, cela montre que nous sommes utiles à l’entreprise. Je pense aussi que cela force notre responsable à nous donner du travail. Après tout, on ne va quand même pas payer un étudiant à ne rien faire … », considère Aurélie.

Un avis partagé par Benjamin qui a, lui, traversé la frontière luxembourgeoise pour effectuer son stage alors qu’il était étudiant : « Tout travail mérite salaire. En tant que stagiaire, on apporte de nombreux bénéfices à l’entreprise, à commencer par de la valeur pure en matière de travail délivré. On leur apporte non seulement un regard frais et nouveau, mais on leur permet aussi de former certains employés à la gestion d’équipes. La plupart des pays européens payent, du moins en partie, les stagiaires, je ne comprends pas pourquoi ce n’est pas le cas en Belgique ».

Pas à l’ordre du jour en Belgique

Antoine, étudiant en comptabilité, contrebalance ce point de vue. Si la rémunération des stagiaires permise chez nos voisins luxembourgeois l’a attiré vers le Grand-Duché pour effectuer son stage, il comprend cependant que celle-ci puisse ne pas être appliquée en Belgique.

« C’est clair que le fait d’être payé serait un plus, mais on est toujours étudiants et donc là pour apprendre.  Dans des conditions de stage normales, le maître de stage est surtout là pour nous communiquer son savoir, c’est un peu la rémunération cachée. D’autant qu’un stagiaire n’est peut-être pas toujours « rentable » pour une entreprise », estime le jeune homme.

Rémunération ou non des stagiaires, le débat reste ouvert. D’autant qu’en Belgique  l’autorisation d’octroyer de manière systématique un salaire à des étudiants en situation de stage ne semble, visiblement, toujours pas à l’ordre du jour.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les théories du complot ont une fonction «anxiolytique»: elles nous rassurent et nous donnent l’illusion de maîtriser ce qui n’est pas maîtrisable.

    Coronavirus: les antivaccins occupent les réseaux sociaux plus que jamais

  2. Alexander De Croo

    Sport, maisons de repos, fêtes de fin d'année: ce qu'on peut faire et ne pas faire

  3. Sept centres Covisan ont été mis en place à Paris et trois en banlieue.

    Coronavirus: Paris, moins rouge que la verte province

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «La vulnérabilité hydrique ou la nécessité de repenser une continuité entre le logement et les espaces publics»

    Avez-vous jamais pensé au nombre de fois que vous avez utilisé de l’eau dans une journée ? À cette gourde que vous avez remplie avant de préparer votre sac ? À cette casserole d’eau mise à bouillir pour des pâtes ou du riz ? À cette vaisselle quotidienne ? À ces quatre ou cinq chasses d’eau tirées chaque jour ? À ce brossage de dents ? Au linge lavé en machine ? À cette douche prise pour vous sentir fraîche/frais et prête/prêt à vous lancer dans la rue ou plonger dans le sommeil ?

    Pour ces multiples usages, les Belges, qu’ils soient riches ou pauvres, consomment chez eux 95 litres d’eau en moyenne par jour et par personne. De cette petite centaine de litres, environ 75 % va à la trilogie « soin du corps, lavage du linge et utilisation des toilettes ». En volume, les usages de l’eau concernent donc avant tout l’intimité, la relation « de soi à soi ».

    La Belgique plutôt bien outillée mais…

    En Belgique, le...

    Lire la suite

  • Courageux. Responsable. Collectif: la situation sanitaire l’impose

    C’est très courageux et hyper responsable. Sans fausse note – apparente –, les dirigeants politiques ont pris les décisions que la réalité sanitaire imposait. Avec pour seul objectif la crise de la santé. Et sur un seul constat : nous sommes toujours en pleine tempête.

    Ce n’est pas une obsession, c’est l’évidence : tant que le virus sera là, rien ne peut reprendre, ni l’économie, ni la vie normale, ni la vie sociale. Parce que le virus, c’est la maladie et encore aujourd’hui à un taux...

    Lire la suite