Les stagiaires attirés par une rémunération à l’étranger

Edition numérique des abonnés

C’est un passage obligé pour tous les étudiants lors de leurs dernières années d’étude : les stages. S’ils revêtissent, bien souvent, un caractère obligatoire, ces derniers ne sont cependant pas rémunérés en Belgique.

« Dans notre pays, il ne peut y avoir de véritable rémunération en contrepartie de prestations productives que dans le cadre d’un contrat de travail, les stages effectués dans le cadre d’un cursus scolaire ne peuvent donc être rétribués », précise Anne-Cécile Wagner, porte-parole du SPF Emploi. En réalité, chez nous,  seuls les médecins-stagiaires, dans le cadre de leur internat, et les avocats-stagiaires avant d’accéder au barreau perçoivent une rémunération durant leur stage.

Résultat : de nombreux étudiants traversent les frontières luxembourgeoise, française ou encore suisse à la recherche d’un stage qui peut être gratifié d’un salaire. Parmi eux, Aurélie, étudiante en ingénieur de gestion : « J’ai fait mon stage en Suisse avant tout pour l’expérience que ça allait m’apporter, mais la rémunération était clairement un bonus. D’autant que, sans cela, je n’aurais pas pu faire mon stage là-bas car le coût de la vie y est très élevé ».

« Tout travail mérite salaire »

De retour en Belgique, l’étudiante ne comprend pas qu’un stage ne puisse pas être rétribué chez nous. « Le fait d’être rémunéré permet d’être valorisé dans l’entreprise. Notre temps, même si nous sommes étudiants, vaut aussi de l’argent, a aussi une valeur. Et puis, même si ça ne nous met pas sur le même pied d’égalité hiérarchique que nos collègues, cela montre que nous sommes utiles à l’entreprise. Je pense aussi que cela force notre responsable à nous donner du travail. Après tout, on ne va quand même pas payer un étudiant à ne rien faire … », considère Aurélie.

Un avis partagé par Benjamin qui a, lui, traversé la frontière luxembourgeoise pour effectuer son stage alors qu’il était étudiant : « Tout travail mérite salaire. En tant que stagiaire, on apporte de nombreux bénéfices à l’entreprise, à commencer par de la valeur pure en matière de travail délivré. On leur apporte non seulement un regard frais et nouveau, mais on leur permet aussi de former certains employés à la gestion d’équipes. La plupart des pays européens payent, du moins en partie, les stagiaires, je ne comprends pas pourquoi ce n’est pas le cas en Belgique ».

Pas à l’ordre du jour en Belgique

Antoine, étudiant en comptabilité, contrebalance ce point de vue. Si la rémunération des stagiaires permise chez nos voisins luxembourgeois l’a attiré vers le Grand-Duché pour effectuer son stage, il comprend cependant que celle-ci puisse ne pas être appliquée en Belgique.

« C’est clair que le fait d’être payé serait un plus, mais on est toujours étudiants et donc là pour apprendre.  Dans des conditions de stage normales, le maître de stage est surtout là pour nous communiquer son savoir, c’est un peu la rémunération cachée. D’autant qu’un stagiaire n’est peut-être pas toujours « rentable » pour une entreprise », estime le jeune homme.

Rémunération ou non des stagiaires, le débat reste ouvert. D’autant qu’en Belgique  l’autorisation d’octroyer de manière systématique un salaire à des étudiants en situation de stage ne semble, visiblement, toujours pas à l’ordre du jour.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Georges-Louis Bouchez reste hostile personnellement au pass sanitaire.

    La Wallonie adopte le pass sanitaire, Georges-Louis Bouchez pas euphorique

  2. La pratique du vélo décolle partout dans le pays.

    L’engouement pour le vélo booste tout un écosystème

  3. Belga

    Remco Evenepoel: «Je veux donner l’assist à Wout van Aert»

La chronique
  • La chronique «Déjà vu»: Petits torpillages entre amis

    Le 17 septembre dernier, sur ordre de l’Élysée, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, rappelait à Paris les ambassadeurs de France en poste aux Etats-Unis et en Australie, suite à la résiliation par Canberra d’un contrat de 56 milliards d’euros pour l’achat de douze sous-marins français en faveur de submersibles américains.

    Si la mesure diplomatique est d’une gravité exceptionnelle – jamais cette étape n’avait été atteinte –, les relations de la France avec les Etats-Unis et l’Australie ont historiquement toujours été houleuses et compliquées.

    Vis-à-vis de Washington, tout avait pourtant bien commencé. La France participa activement à la guerre d’Indépendance américaine contre la Grande-Bretagne et, cent ans plus tard, en 1886, elle offrit à la jeune nation son monument le plus emblématique en gage d’amitié : la statue de la Liberté, œuvre du sculpteur français Auguste Bartholdi.

    Tout se gâta durant la Deuxième Guerre mondiale. Dès 1941, le président Franklin...

    Lire la suite

  • Le pass sanitaire wallon, le choix tardif de l’efficacité

    Une femme peut vouloir un enfant ou pas, mais elle ne peut en tout cas pas être à moitié enceinte. Il en va de même pour le pass sanitaire : on peut être pour, ou contre – c’est parfaitement légitime  –, mais on ne peut pas être à moitié pour et à moitié contre. En tout cas pas quand on est un décideur politique aux commandes, qui doit donner un cadre précis, mener une politique, atteindre des résultats et rassurer les citoyens.

    Ce jeudi, la Wallonie a donc finalement décidé de...

    Lire la suite