Les stagiaires attirés par une rémunération à l’étranger

Les stagiaires attirés par une rémunération à l’étranger

C’est un passage obligé pour tous les étudiants lors de leurs dernières années d’étude : les stages. S’ils revêtissent, bien souvent, un caractère obligatoire, ces derniers ne sont cependant pas rémunérés en Belgique.

« Dans notre pays, il ne peut y avoir de véritable rémunération en contrepartie de prestations productives que dans le cadre d’un contrat de travail, les stages effectués dans le cadre d’un cursus scolaire ne peuvent donc être rétribués », précise Anne-Cécile Wagner, porte-parole du SPF Emploi. En réalité, chez nous,  seuls les médecins-stagiaires, dans le cadre de leur internat, et les avocats-stagiaires avant d’accéder au barreau perçoivent une rémunération durant leur stage.

Résultat : de nombreux étudiants traversent les frontières luxembourgeoise, française ou encore suisse à la recherche d’un stage qui peut être gratifié d’un salaire. Parmi eux, Aurélie, étudiante en ingénieur de gestion : « J’ai fait mon stage en Suisse avant tout pour l’expérience que ça allait m’apporter, mais la rémunération était clairement un bonus. D’autant que, sans cela, je n’aurais pas pu faire mon stage là-bas car le coût de la vie y est très élevé ».

« Tout travail mérite salaire »

De retour en Belgique, l’étudiante ne comprend pas qu’un stage ne puisse pas être rétribué chez nous. « Le fait d’être rémunéré permet d’être valorisé dans l’entreprise. Notre temps, même si nous sommes étudiants, vaut aussi de l’argent, a aussi une valeur. Et puis, même si ça ne nous met pas sur le même pied d’égalité hiérarchique que nos collègues, cela montre que nous sommes utiles à l’entreprise. Je pense aussi que cela force notre responsable à nous donner du travail. Après tout, on ne va quand même pas payer un étudiant à ne rien faire … », considère Aurélie.

Un avis partagé par Benjamin qui a, lui, traversé la frontière luxembourgeoise pour effectuer son stage alors qu’il était étudiant : « Tout travail mérite salaire. En tant que stagiaire, on apporte de nombreux bénéfices à l’entreprise, à commencer par de la valeur pure en matière de travail délivré. On leur apporte non seulement un regard frais et nouveau, mais on leur permet aussi de former certains employés à la gestion d’équipes. La plupart des pays européens payent, du moins en partie, les stagiaires, je ne comprends pas pourquoi ce n’est pas le cas en Belgique ».

Pas à l’ordre du jour en Belgique

Antoine, étudiant en comptabilité, contrebalance ce point de vue. Si la rémunération des stagiaires permise chez nos voisins luxembourgeois l’a attiré vers le Grand-Duché pour effectuer son stage, il comprend cependant que celle-ci puisse ne pas être appliquée en Belgique.

« C’est clair que le fait d’être payé serait un plus, mais on est toujours étudiants et donc là pour apprendre.  Dans des conditions de stage normales, le maître de stage est surtout là pour nous communiquer son savoir, c’est un peu la rémunération cachée. D’autant qu’un stagiaire n’est peut-être pas toujours « rentable » pour une entreprise », estime le jeune homme.

Rémunération ou non des stagiaires, le débat reste ouvert. D’autant qu’en Belgique  l’autorisation d’octroyer de manière systématique un salaire à des étudiants en situation de stage ne semble, visiblement, toujours pas à l’ordre du jour.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. AFP

    «Une cure d’humilité»: la presse française réagit au partage des Bleus en Hongrie

  2. Le cheikh Jamal est aujourd’hui à moitié paralysé et se déplace en fauteuil roulant.

    Yémen: huit nuits ligoté à une chaise, sans dormir

  3. Ariane Chemin, grand reporter au «Monde». Rien ne la prédestinait à faire brillante carrière qu’on lui connaît.

    Les racines élémentaires d’Ariane Chemin: «Combien de fois j’ai lu dans les têtes ‘l’investigation, l’enquête, c’est un truc de mecs’»

La chronique
  • La chronique Carta Academica sur les grèves de la faim des «sans-papiers» dans nos universités (2009-2021): les corps meurtris d’une politique meurtrière

    La grève de la faim de personnes « sans-papiers » actuellement en cours à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) et à la Vrije Universiteit Brussel) (VUB) a un tragique air de déjà-vu. Souvenez-vous : en 2009, l’ULB avait déjà hébergé 250 personnes « sans-papiers ». De telles occupations avaient lieu au même moment dans d’autres universités et églises de Belgique. Toutes ces occupations de lieux symboliques avaient une visée politique : demander des critères de régularisation clairs et permanents pour les « sans-papiers ». Jusqu’alors, les régularisations se faisaient en effet au cas par cas, selon le bon vouloir de l’officier d’état civil auquel les requérants étaient confrontés.

    Face à l’inertie du politique, le mouvement s’était durci : les membres de plusieurs occupations, dont celle de l’ULB, avaient décidé d’entamer une grève de la faim. Le droit belge stipule en effet que « l’étranger qui séjourne en Belgique et qui dispose d’un document d’identité et souffre d’une maladie dans un état tel qu’elle entraîne un risque réel pour sa vie...

    Lire la suite

  • En France, on s’est trompé de campagne

    L’élection régionale dont le premier tour a lieu dimanche, suscite un sentiment contrasté. Chez les politiques, c’est la fébrilité. Car ce dernier vote avant la présidentielle de 2022 pourrait distribuer les cartes de la future compétition élyséenne. Mais sur les marchés ? Nombre de Français rencontrés n’étaient même pas au courant de ce scrutin, à part peut-être en Paca où l’enjeu (la victoire possible du RN) a été à juste titre dramatisé. La maire socialiste de Montdidier, dans la Somme, nous faisait récemment cette terrible...

    Lire la suite