La semaine de quatre jours, bénéfique pour les employés... et les entreprises ?

La semaine de quatre jours, bénéfique pour les employés... et les entreprises ?

Qui n’a jamais rêvé de diminuer son temps de travail afin d’avoir une journée de libre supplémentaire par semaine? Aujourd’hui, 43,5 % des femmes salariées et 11 % des hommes travaillent à temps partiel, selon les chiffres de Statbel, qui précise que la raison est familiale dans la majorité des cas. Mais s’occuper des enfants n’est plus le seul argument pour passer à 4/5ème. Prendre du temps pour soi est devenu un souhait pour beaucoup de travailleurs.

Si la semaine de quatre jours sans réduction de salaire n’est pas encore d’actualité dans nos contrées, l’idée fait tout de même son petit bonhomme de chemin… et revient régulièrement sur le devant de la scène politique. La commune bruxelloise de Saint-Josse-Ten-Noode a d’ailleurs choisi de sauter le pas: depuis le passage à 2020, elle propose désormais ce régime à tous les employés communaux de plus de 55 ans. Un cadeau pour les salariés, qui est plutôt rare. Généralement, demander un 4/5ème est bien souvent synonyme de perte de salaire.

Travailler moins et mieux

Pourtant, réduire son temps de travail ne serait pas seulement bénéfique pour l’employé. Bien au contraire. Selon plusieurs études, dont celle de l'Université de Warwick, au Royaume-Uni, plus un salarié est heureux dans son boulot, plus il est productif. L'équipe de chercheurs britannique a ainsi déterminé que le fait d'être épanoui augmentait la productivité de près de 12 %.

Une observation qui se vérifie sur le terrain. Notamment dans l’entreprise néo-zélandaise Perpetual Guardian, une des premières dans le monde à avoir adopté la semaine de quatre jours pour l’ensemble des employés, sans réduction de salaire. Le niveau de stress y a baissé, contrairement à la productivité qui est affichée en hausse. Les études montrent également que les salariés travaillant à temps partiel sont en moyenne moins absents pour maladie que leurs collègues présents cinq jours par semaine.

Attention cependant à ne pas s’imposer la même charge de travail à temps partiel qu’à temps plein. Travailler moins peut d’ailleurs être l’occasion de se concentrer sur les tâches essentielles, tout en se débarrassant de celles superflues. Une façon de réévaluer ses priorités et de travailler plus intelligemment, en somme.

Meilleur pour la santé physique et morale des salariés, positif pour la productivité… : en attendant un passage collectif à la semaine de quatre jours (qui sait?), le 4/5ème présente de nombreux avantages. Et si votre patron ne se laisse toujours pas convaincre, il reste la solution du 9/10ème (une demi-journée off par semaine) !

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Outre la lutte contre les virus, l’intégrine-beta1 pourrait mener la guerre contre le cancer en tant que vecteurs de gènes.

    Une découverte ouvre des perspectives dans la lutte contre le cancer et le covid

  2. Ce 10 avril, le président iranien Rohani s’était félicité de l’avancement du programme d’enrichissement des centrifugeuses à Natanz. C’était quelques heures avant l’explosion sur la base nucléaire...

    Proche-Orient: un attentat sur la base de Natanz en Iran relance les tensions avec Israël

  3. d-20201215-GKCXJ8 2020-12-15 15_13_09

    Carte blanche: «La taxe kilométrique à Bruxelles tient la route»

La chronique
  • La chronique «Alternatives»: La nuance, cette provocation

    Le titre du livre est provocateur dans sa modération : Le courage de la nuance.

    A une époque où toutes les radicalités font prime, où même les murmures doivent être de rage et les soupirs d’exaspération, on ne saurait être plus à contre-pied. C’est-à-dire, au fond, plus subversif.

    Quand il devient banal d’envoyer des grenades, c’est l’appel à la nuance qui explose comme une bombe. L’auteur, Jean Birnbaum (le patron, accessoirement, du supplément « Livres » du quotidien Le Monde) ose donc la seule provocation qui soit susceptible, aujourd’hui, de faire scandale : l’appel à s’émanciper des binarismes de plomb qui transforment notre espace intello-médiatique en une arène de guerre civile.

    Hurler, non ! Nuancer. Se libérer des carcans. Interpeller ses propres certitudes. Renvoyer dos à dos Eric Zemmour et Edwy Plenel. Etre capable d’ouvrir des fenêtres qui permettent de sortir de l’auto-enfermement.

    Birnbaum nous offre trois modèles...

    Lire la suite

  • Covid: regarder la réalité en face, arrêter la course aux illusions

    C’est un texte important que nous publions ce lundi, par son contenu et ses signataires. Nathan Clumeck, Marius Gilbert et Leila Belkhir sont trois scientifiques respectés dans cette crise. Depuis le début de la pandémie, ils se sont singularisés par leur volonté de dire aux citoyens ce qui était, sans hurler au loup, sans charlatanisme et en veillant à ne servir aucun discours ou enjeu politique.

    Le texte qu’ils se sont décidé à écrire et à signer ce week-end a été mûrement réfléchi. Ils savent que...

    Lire la suite