Etudiant et travailleur indépendant ? C'est possible et ça marche !

Edition numérique des abonnés

Le statut d'étudiant-entrepreneur a vu le jour en janvier 2017 et il séduit davantage d'étudiants chaque année. Avec un régime de cotisation ultra avantageux, le concept chatouille l'esprit d'entreprise des plus motivés. En chiffres, les étudiants-indépendants qui affichent un bénéfice inférieur à 13.550,50€ par an ne paient que très peu de cotisations, voire en sont carrément exonérés s'ils leurs revenus se limitent à la moitié de cette somme, déduction faite des frais professionnels.

De quoi éveiller les ambitions de ceux qui sont prêts à franchir le cap, et ils sont de plus en plus nombreux, à un âge moyen de 23 ans et demi. Dans les services RH de Liantis notamment, ils sont 44% plus nombreux aujourd'hui qu'ils ne l'étaient il y a deux ans et demi.

Se préparer à conquérir le nouveau monde du travail

A l'heure actuelle, les formules de travail temporaire séduisent de plus en plus les entreprises. Le quasi monopole des contrats qui lient l'employeur et l'employé pour une longue durée commencent doucement, mais sûrement, à appartenir au passé, pour laisser place à un nombre croissant de formules de contracting, c'est-à-dire de contrats à la mission, au projet.

Si les Millenials le vivent depuis quelques années et s'adaptent, avec de nouveaux objectifs de vie et de nouvelles quêtes de sens, la génération Z qui les suit et qui s'intéresse aux nouveaux enjeux du marché du travail anticipe déjà. Dans la lignée des jeunes travailleurs, les étudiants, autrement dit donc ceux qui envahiront le marché de l'emploi de demain, ont tout à gagner à se jeter dans le bain dès que possible.

Être indépendant, freelance, intérimaire, consultant, c'est une manière de travailler qui chamboule les bases de notre système traditionnel. Il faut donc développer les bons réflexes, quelques outils, et une bonne dose d'organisation. Tout cela s'apprend et plus tôt on s'y met, mieux on abordera la vraie vie professionnelle, une fois le saint Graal du diplôme empoché.

Faire ses dents sur les bancs

Pour aborder ces nouveaux enjeux de l'emploi alors qu'ils sont toujours en formation, la plupart des étudiants-indépendants choisissent de devenir consultants (12% d'entre eux, d'après les chiffres de Liantis). Karel Van den Eynde, responsable du service d'études pour les entrepreneurs indépendants au sein du groupe de services RH, approfondit. « Souvent, les étudiants-indépendants font de la consultance sur des thèmes qui s’inscrivent dans le cadre de leurs études ou de leur pôle d’intérêt. Dans la catégorie des étudiants-indépendants qui travaillent en tant qu'instructeurs (9,7%), on constate également que de nombreux jeunes donnent des cours particuliers dans le prolongement de leurs études. »

Un investissement et une professionnalisation de la part des étudiants qui ne peut que réjouir, puisque ces jeunes sont les entrepreneurs de demain.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Martin Buxant (à g.) et Joan Condijts, respectivement rédacteur en chef et CEO, croient toujours en leur bébé.

    LN24 à vendre? Pas si vite!

  2. SPAIN-VOLCANO (2)

    La sourde menace du volcan de La Palma

  3. Parlera-t-on de père, de mère, et d’un parent de sexe neutre. Le débat promet d’être intense.

    Faut-il supprimer les genres au sein de la famille?

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles: le vaccin, signe d’un grand écart

    Les douze communes les moins bien vaccinées du pays sont… bruxelloises. Chez les 12-17 ans, le taux de vaccination est de 31 % dans la capitale, contre… 83 % en Flandre, 59 % en Wallonie. Pas une statistique pour sauver la Région bruxelloise, pas une tranche d’âge qui se distingue, pas vraiment une commune qui sort du lot (même la meilleure de la classe, Woluwe-Saint-Pierre, dépasse à peine les 65 %). Au total, à peine 54 % de la population totale a déjà reçu une première dose (80 % de Flamand(e)s et 69 % de Wallon(ne)s).

    Des efforts pas toujours payants

    Pire, de semaine en semaine, les chiffres stagnent, forçant les autorités à repousser les objectifs. A la veille des vacances, on visait encore 65 % de vacciné(e)s chez les plus de 18 ans pour la mi-juillet. A la rentrée, on espérait les 65 %, de la population totale cette fois, protégée pour fin octobre. Tenable moyennant un rythme...

    Lire la suite

  • La grande gayole du covid wallon

    A quelques encablures de la phase du « chacun décide pour lui-même », c’est déjà l’opacité qui règne. En Wallonie du moins, car à ce stade, on a l’impression qu’il y a désormais trente-six niveaux de prises de décisions qui se penchent sur la manière de combattre la reprise du covid dans le sud du pays, et plus grand monde qui sache à quel saint se vouer.

    C’est sans doute un brin exagéré mais ce lundi il y avait à tout le moins de l’énervement dans l’air, tant le « qu’est-ce qu’on fait...

    Lire la suite