Etudiant et travailleur indépendant ? C'est possible et ça marche !

Etudiant et travailleur indépendant ? C'est possible et ça marche !

Le statut d'étudiant-entrepreneur a vu le jour en janvier 2017 et il séduit davantage d'étudiants chaque année. Avec un régime de cotisation ultra avantageux, le concept chatouille l'esprit d'entreprise des plus motivés. En chiffres, les étudiants-indépendants qui affichent un bénéfice inférieur à 13.550,50€ par an ne paient que très peu de cotisations, voire en sont carrément exonérés s'ils leurs revenus se limitent à la moitié de cette somme, déduction faite des frais professionnels.

De quoi éveiller les ambitions de ceux qui sont prêts à franchir le cap, et ils sont de plus en plus nombreux, à un âge moyen de 23 ans et demi. Dans les services RH de Liantis notamment, ils sont 44% plus nombreux aujourd'hui qu'ils ne l'étaient il y a deux ans et demi.

Se préparer à conquérir le nouveau monde du travail

A l'heure actuelle, les formules de travail temporaire séduisent de plus en plus les entreprises. Le quasi monopole des contrats qui lient l'employeur et l'employé pour une longue durée commencent doucement, mais sûrement, à appartenir au passé, pour laisser place à un nombre croissant de formules de contracting, c'est-à-dire de contrats à la mission, au projet.

Si les Millenials le vivent depuis quelques années et s'adaptent, avec de nouveaux objectifs de vie et de nouvelles quêtes de sens, la génération Z qui les suit et qui s'intéresse aux nouveaux enjeux du marché du travail anticipe déjà. Dans la lignée des jeunes travailleurs, les étudiants, autrement dit donc ceux qui envahiront le marché de l'emploi de demain, ont tout à gagner à se jeter dans le bain dès que possible.

Être indépendant, freelance, intérimaire, consultant, c'est une manière de travailler qui chamboule les bases de notre système traditionnel. Il faut donc développer les bons réflexes, quelques outils, et une bonne dose d'organisation. Tout cela s'apprend et plus tôt on s'y met, mieux on abordera la vraie vie professionnelle, une fois le saint Graal du diplôme empoché.

Faire ses dents sur les bancs

Pour aborder ces nouveaux enjeux de l'emploi alors qu'ils sont toujours en formation, la plupart des étudiants-indépendants choisissent de devenir consultants (12% d'entre eux, d'après les chiffres de Liantis). Karel Van den Eynde, responsable du service d'études pour les entrepreneurs indépendants au sein du groupe de services RH, approfondit. « Souvent, les étudiants-indépendants font de la consultance sur des thèmes qui s’inscrivent dans le cadre de leurs études ou de leur pôle d’intérêt. Dans la catégorie des étudiants-indépendants qui travaillent en tant qu'instructeurs (9,7%), on constate également que de nombreux jeunes donnent des cours particuliers dans le prolongement de leurs études. »

Un investissement et une professionnalisation de la part des étudiants qui ne peut que réjouir, puisque ces jeunes sont les entrepreneurs de demain.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une des îles les plus touchées par la recrudescence des contaminations est Mykonos, où un couvre-feu a même été instauré... pendant une semaine.

    Coronavirus: malgré le variant delta, la Grèce tente de sauver sa saison touristique

  2. Reginald van Dievoet est pilote professionnel depuis dix ans et vole chez Air France. Pour la sortie de Microsoft Flight Simulator sur Xbox, il s’est prêté au jeu.

    Sur console, Flight Simulator impressionne même les pilotes

  3. TOURISME BRUGES (3)

    A Bruges, la saison touristique pourrait être sauvée in extremis

La chronique
  • Spa, Nina Derwael et Bob Morane: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Spa

    Ce n’est pas une plaisanterie de mauvais goût quelques jours après les inondations qui ont notamment frappé la petite ville : l’Unesco a classé Spa au patrimoine de l’humanité au titre de « Grande ville d’eau d’Europe ». On dit bravo. L’eau dont il est question ici tombe du ciel, forcément. Mais elle nous revient calmement à travers les sources locales, avec un goût de fer et de rouille presque savoureux. Santé !

    Les délateurs

    A quoi nos compatriotes ont-ils consacré leur temps libre durant les longues périodes de confinement ? Il n’y a pas de quoi se réjouir, mais les champions de la délation ont trouvé de quoi s’occuper pendant l’année covid : ils ont en effet été 2.995 à renseigner le fisc en 2020 contre 1.958 l’année précédente, a-t-on appris...

    Lire la suite

  • Pour un «reset» du logiciel démocratique au Congo

    A chaque fois, on entend des déclarations fracassantes, voire des bruits de bottes. Même de bonnes idées, comme celle de confier aux confessions religieuses le soin de désigner la commission électorale indépendante, menacent de déraper. On en vient à se dire que la démocratie est un exercice qui coûte cher, mobilise toute l’attention et conduit à chaque fois le pays au bord du gouffre… Mais on sait aussi qu’à part la dictature, dont on a vu les résultats, il n’y a pas d’autre choix et que l’alternance, aussi risquée soit-elle, doit...

    Lire la suite