Etudiant et travailleur indépendant ? C'est possible et ça marche !

Etudiant et travailleur indépendant ? C'est possible et ça marche !

Le statut d'étudiant-entrepreneur a vu le jour en janvier 2017 et il séduit davantage d'étudiants chaque année. Avec un régime de cotisation ultra avantageux, le concept chatouille l'esprit d'entreprise des plus motivés. En chiffres, les étudiants-indépendants qui affichent un bénéfice inférieur à 13.550,50€ par an ne paient que très peu de cotisations, voire en sont carrément exonérés s'ils leurs revenus se limitent à la moitié de cette somme, déduction faite des frais professionnels.

De quoi éveiller les ambitions de ceux qui sont prêts à franchir le cap, et ils sont de plus en plus nombreux, à un âge moyen de 23 ans et demi. Dans les services RH de Liantis notamment, ils sont 44% plus nombreux aujourd'hui qu'ils ne l'étaient il y a deux ans et demi.

Se préparer à conquérir le nouveau monde du travail

A l'heure actuelle, les formules de travail temporaire séduisent de plus en plus les entreprises. Le quasi monopole des contrats qui lient l'employeur et l'employé pour une longue durée commencent doucement, mais sûrement, à appartenir au passé, pour laisser place à un nombre croissant de formules de contracting, c'est-à-dire de contrats à la mission, au projet.

Si les Millenials le vivent depuis quelques années et s'adaptent, avec de nouveaux objectifs de vie et de nouvelles quêtes de sens, la génération Z qui les suit et qui s'intéresse aux nouveaux enjeux du marché du travail anticipe déjà. Dans la lignée des jeunes travailleurs, les étudiants, autrement dit donc ceux qui envahiront le marché de l'emploi de demain, ont tout à gagner à se jeter dans le bain dès que possible.

Être indépendant, freelance, intérimaire, consultant, c'est une manière de travailler qui chamboule les bases de notre système traditionnel. Il faut donc développer les bons réflexes, quelques outils, et une bonne dose d'organisation. Tout cela s'apprend et plus tôt on s'y met, mieux on abordera la vraie vie professionnelle, une fois le saint Graal du diplôme empoché.

Faire ses dents sur les bancs

Pour aborder ces nouveaux enjeux de l'emploi alors qu'ils sont toujours en formation, la plupart des étudiants-indépendants choisissent de devenir consultants (12% d'entre eux, d'après les chiffres de Liantis). Karel Van den Eynde, responsable du service d'études pour les entrepreneurs indépendants au sein du groupe de services RH, approfondit. « Souvent, les étudiants-indépendants font de la consultance sur des thèmes qui s’inscrivent dans le cadre de leurs études ou de leur pôle d’intérêt. Dans la catégorie des étudiants-indépendants qui travaillent en tant qu'instructeurs (9,7%), on constate également que de nombreux jeunes donnent des cours particuliers dans le prolongement de leurs études. »

Un investissement et une professionnalisation de la part des étudiants qui ne peut que réjouir, puisque ces jeunes sont les entrepreneurs de demain.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Parmi les multinationales ayant profité du régime des «excess profit rulings», on retrouve notamment le géant belgo-brésilien de la bière ABInbev.

    Aides aux multinationales: la Belgique recalée par la Cour de justice de l’UE

  2. Quatre maisons de Saint-Gilles ont été complètement réaménagées en « coliving » pour accueillir une quarantaine de résidents.

    L’offre de «coliving» s’étend à Bruxelles

  3. Très gourmand en chaleur, le piment s’épanouira plus volontiers aux côtés de vos plants de tomates sous serre qu’en plein air.

    Le piment, condiment aux arômes explosifs pas forcément piquants

La chronique
  • La chronique «Enjeux»: l’Afghanistan, le cimetière de l’information

    En 2002, l’Afghanistan était 104e au classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières. En 2021, il avait dégringolé à la 122e place. Et pourtant, au cours de ces vingt années de présence militaire internationale, le secteur des médias était, avec la scolarisation des filles, l’un des rares succès dont pouvaient se targuer ceux qui ambitionnaient de créer une société plus moderne et plus libre.

    Le paradoxe n’est qu’apparent. La chute au palmarès de RSF s’explique non seulement par la montée en puissance des Talibans au fil de leur longue marche vers Kaboul, émaillée de violences, mais aussi par le cynisme de gouvernements « démocratiques » afghans peu empressés d’assurer la protection de journalistes qui enquêtaient sur leur arbitraire et leur corruption. La liberté de la presse a été le « canari dans la mine », annonçant le coup de grisou.

    Depuis la Blitzkrieg victorieuse des Talibans, des cohortes de journalistes ont quitté l’Afghanistan, de nombreux médias ont fermé, l’immense majorité des femmes...

    Lire la suite

  • L’aide à tous les sinistrés est l’honneur de la Wallonie

    La question peut légitimement être posée : la Wallonie doit-elle vraiment dénouer aussi largement les cordons déjà très sollicités de sa bourse pour indemniser tous les sinistrés des inondations de juillet ? En d’autres termes : ne faudrait-il pas faire la part des choses entre les ménages bien assurés et ceux qui ne le sont pas ? Entre les riches et les pauvres ? Les Liégeois très impactés et les autres ? Et pourquoi pas les citoyens et les entreprises, les jeunes et les vieux, les start-up prometteuses et...

    Lire la suite