Quand deux étudiants deviennent les spécialistes belges des « micro-légumes »

Quand deux étudiants deviennent les spécialistes belges des « micro-légumes »

Dans les sous-sols de l’ancienne brasserie Belle-Vue, le long du canal à Bruxelles, Dario et Tom s’activent. Aménagement de l’espace, peintures, tout doit être prêt pour le déménagement prévu dans deux mois. C’est ici que les deux amis vont installer leur jeune business : MicroFlavours est une ferme urbaine spécialisée dans la production de micro-végétaux.

« Ce sont des jeunes pousses de légumes et d’herbes connues comme la coriandre, le brocoli, les petits pois, etc. Ce sont en fait des germes qu’on fait pousser sur un substrat et qu’on coupe après deux semaines. Les plantes sont alors toutes petites », explique Tom Wilgos. Elles n’ont donc pas encore l’aspect du légume, mais elles auraient une série d’autres avantages. « Elles contiennent beaucoup plus de valeurs nutritives que la plante âgée, car elles emmagasinent toute l’énergie nécessaire à celle-ci. Il y a aussi l’aspect gustatif, le goût est remarquable ! Si on prend une jeune pousse de radis, elle est beaucoup plus forte en goût que le radis lui-même ». Enfin, dernière qualité : l’aspect visuel. La jeune pousse est en effet idéale pour décorer une assiette.

Les toques étoilées séduites

Un dernier argument qui n’a pas laissés les plus grands chefs de la capitale indifférents. Aujourd’hui, MicroFlavours fournit 95 clients, tous Bruxellois. « Nous avons une dizaine de restaurants étoilés comme le Sea Grill, la Villa Lorraine ou Da Mimmo. Nous livrons également des traiteurs raffinés, des salles des fête ou des cuisines destinées à la direction des entreprises », poursuit notre interlocuteur de 22 ans.

Une succès story que les deux amis d’enfance n’ont probablement pas imaginée il y a un peu plus d’un an et demi, lorsqu’ils se revoient lors d’une soirée. Dario Vunckx, étudiant en finance et comptabilité, réalise des essais sur sa terrasse et dans sa cave. Son objectif : faire pousser des légumes de façon verticale. Un projet qui séduit Tom qui s'associe alors à son ami pour faire grandir le projet petit à petit. « Au début, c’était vraiment du bricolage », se souvient ce Bruxellois néerlandophone. Aujourd’hui, 18 variétés de végétaux sont produits dans la cave de Dario qui a été agrandie et réaménagée. « Nous faisons pousser sur cinq étages, ça représente un espace de production de 250 mètres carrés. C’est aussi intéressant car on optimise vraiment l’espace qui coûte cher en ville ».

Une agriculture alternative

Derrière ce projet, les deux entrepreneurs veulent aussi montrer qu’une autre agriculture est possible en ville. D’après Tom, leur méthode permet d’être 75% plus productif qu’un fermier traditionnel, qui produit de façon horizontale. « Nous avons un système d’eau réutilisable. Tout pousse dans un environnement contrôlé qui n’est pas dépendant des aléas du climat. Chez nous, c’est tous les jours une belle journée d’été », s’amuse-t-il.

Le nouvel espace qui accueillera MicroFlavours dès le mois de mars représente 450 mètres carrés au total. Un investissement financé par une campagne de crowdfunding, un subside de la région bruxelloise et un investisseur privé, qui va permettre à la start-up de croître et de se professionnaliser encore plus. « Nous allons devenir la plus grande ferme urbaine de Bruxelles, mais aussi de Belgique ! ».

MicroFlavours devrait également prendre une place de plus en plus importante sur un marché détenu pour l’instant par la firme hollandaise Koppert Cress. « Ce sont eux qui ont introduit le produit sur le marché. Aujourd’hui, on trouve quelques petits projets comme nous à Bruxelles. Mais ils sont spécialisés sur d’autres créneaux, comme la production pour les supermarchés. Il y a de la place pour tout le monde pour l’instant ».

L’entreprise projette également recruter un spécialiste en agronomie et un commercial. Actuellement, elle n’a pas encore d’employé mais travaille avec une ASBL spécialisée dans la réinsertion professionnelle pour la réalisation de certaines tâches. Enfin, la livraison, elle, continuera de se faire en vélo, car le respect de l’environnement, cela fait aussi partie de la philosophie du projet.

(Crédit photo : Phaedra Schraepen)

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A partir du lundi 25 janvier, les voyages dits « de loisirs » sont tout simplement interdits.

    Coronavirus: la promesse fragile d’un dernier (gros) effort contre de (minces) perspectives

  2. d-20210103-GKM6UF 2021-01-02 15_40_14

    Comité de concertation: nouveau tour de vis concernant les voyages, nouveau tour de vis policier?

  3. Ce sont surtout les «mesures supplémentaires» imposées par le Comité de concertation qui ont le don d’énerver la profession.

    Coiffeurs: une nouvelle tête le 13 février, au plus tôt

La chronique
  • Tableau Delvaux: «Case prison»

    C’était un soir, tard, à la rédaction du Soir. Une jeune journaliste en charge de la Wallonie vient de recevoir un coup de fil : « Moreau et Fornieri ont créé une société commune, Ardentia Tech. » Depuis des semaines, la rumeur court : Stéphane Moreau, l’administrateur de Nethys, ce holding à capitaux publics actionnaire de Voo, Elicio, L’Avenir et L’Intégrale, mis en cause pour sa gouvernance, est partant mais emmènerait avec lui certains actifs. On soupçonne aussi les dirigeants de Nethys d’avoir trouvé une voie parallèle pour toucher incognito la partie du salaire dont ils ont été privés suite à la décision de la Région wallonne de plafonner les rémunérations des dirigeants d’entreprises publiques, y compris celles de Moreau & Co.

    Dans ce contexte, la création d’une société commune à Stéphane Moreau et François Fornieri, créateur de la société pharmaceutique Mithra et compagnon de route de Nethys dont il est administrateur et président du comité de rémunération, ne peut qu’intriguer. Interrogé ce soir-là, Stéphane Moreau minimise l’importance de cette...

    Lire la suite

  • Seuls les adultes peuvent supporter de perdre le temps qu’ils ont déjà eu

    Interdits de voyager tout le mois de février ! Cette période délimitée vise surtout à contrer les velléités de prendre l’air hors de Belgique le Mardi gras. Dans le concret, reconnaissons-le, cet interdit-là n’est pas celui qui va affecter le plus de Belges ; cela fait des mois désormais que la plupart d’entre nous ne bougeons quasi plus, ou alors à l’intérieur d’un périmètre très déterminé ou de nos quatre murs nationaux.

    Mais c’est le principe qui insupporte, par sa portée symbolique. Le...

    Lire la suite