Quand deux étudiants deviennent les spécialistes belges des « micro-légumes »

Quand deux étudiants deviennent les spécialistes belges des « micro-légumes »

Dans les sous-sols de l’ancienne brasserie Belle-Vue, le long du canal à Bruxelles, Dario et Tom s’activent. Aménagement de l’espace, peintures, tout doit être prêt pour le déménagement prévu dans deux mois. C’est ici que les deux amis vont installer leur jeune business : MicroFlavours est une ferme urbaine spécialisée dans la production de micro-végétaux.

« Ce sont des jeunes pousses de légumes et d’herbes connues comme la coriandre, le brocoli, les petits pois, etc. Ce sont en fait des germes qu’on fait pousser sur un substrat et qu’on coupe après deux semaines. Les plantes sont alors toutes petites », explique Tom Wilgos. Elles n’ont donc pas encore l’aspect du légume, mais elles auraient une série d’autres avantages. « Elles contiennent beaucoup plus de valeurs nutritives que la plante âgée, car elles emmagasinent toute l’énergie nécessaire à celle-ci. Il y a aussi l’aspect gustatif, le goût est remarquable ! Si on prend une jeune pousse de radis, elle est beaucoup plus forte en goût que le radis lui-même ». Enfin, dernière qualité : l’aspect visuel. La jeune pousse est en effet idéale pour décorer une assiette.

Les toques étoilées séduites

Un dernier argument qui n’a pas laissés les plus grands chefs de la capitale indifférents. Aujourd’hui, MicroFlavours fournit 95 clients, tous Bruxellois. « Nous avons une dizaine de restaurants étoilés comme le Sea Grill, la Villa Lorraine ou Da Mimmo. Nous livrons également des traiteurs raffinés, des salles des fête ou des cuisines destinées à la direction des entreprises », poursuit notre interlocuteur de 22 ans.

Une succès story que les deux amis d’enfance n’ont probablement pas imaginée il y a un peu plus d’un an et demi, lorsqu’ils se revoient lors d’une soirée. Dario Vunckx, étudiant en finance et comptabilité, réalise des essais sur sa terrasse et dans sa cave. Son objectif : faire pousser des légumes de façon verticale. Un projet qui séduit Tom qui s'associe alors à son ami pour faire grandir le projet petit à petit. « Au début, c’était vraiment du bricolage », se souvient ce Bruxellois néerlandophone. Aujourd’hui, 18 variétés de végétaux sont produits dans la cave de Dario qui a été agrandie et réaménagée. « Nous faisons pousser sur cinq étages, ça représente un espace de production de 250 mètres carrés. C’est aussi intéressant car on optimise vraiment l’espace qui coûte cher en ville ».

Une agriculture alternative

Derrière ce projet, les deux entrepreneurs veulent aussi montrer qu’une autre agriculture est possible en ville. D’après Tom, leur méthode permet d’être 75% plus productif qu’un fermier traditionnel, qui produit de façon horizontale. « Nous avons un système d’eau réutilisable. Tout pousse dans un environnement contrôlé qui n’est pas dépendant des aléas du climat. Chez nous, c’est tous les jours une belle journée d’été », s’amuse-t-il.

Le nouvel espace qui accueillera MicroFlavours dès le mois de mars représente 450 mètres carrés au total. Un investissement financé par une campagne de crowdfunding, un subside de la région bruxelloise et un investisseur privé, qui va permettre à la start-up de croître et de se professionnaliser encore plus. « Nous allons devenir la plus grande ferme urbaine de Bruxelles, mais aussi de Belgique ! ».

MicroFlavours devrait également prendre une place de plus en plus importante sur un marché détenu pour l’instant par la firme hollandaise Koppert Cress. « Ce sont eux qui ont introduit le produit sur le marché. Aujourd’hui, on trouve quelques petits projets comme nous à Bruxelles. Mais ils sont spécialisés sur d’autres créneaux, comme la production pour les supermarchés. Il y a de la place pour tout le monde pour l’instant ».

L’entreprise projette également recruter un spécialiste en agronomie et un commercial. Actuellement, elle n’a pas encore d’employé mais travaille avec une ASBL spécialisée dans la réinsertion professionnelle pour la réalisation de certaines tâches. Enfin, la livraison, elle, continuera de se faire en vélo, car le respect de l’environnement, cela fait aussi partie de la philosophie du projet.

(Crédit photo : Phaedra Schraepen)

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20210226-GLGGM4 2021-07-18 16_39_09

    Le Comité de concertation va devoir trancher la question du masque

  2. PHOTONEWS_10941911-002 - Copie

    Covid Safe Ticket: la vie privée sous tension

  3. En Belgique francophone ou flamande, il n’y a guère de différence entre maternel, primaire et secondaire inférieur, contrairement aux autres pays développés.

    Salaire, charge de travail... face aux autres pays développés, nos enseignants ne sont pas si mal lotis

La chronique
  • La chronique «Enjeux»: l’Afghanistan, le cimetière de l’information

    En 2002, l’Afghanistan était 104e au classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières. En 2021, il avait dégringolé à la 122e place. Et pourtant, au cours de ces vingt années de présence militaire internationale, le secteur des médias était, avec la scolarisation des filles, l’un des rares succès dont pouvaient se targuer ceux qui ambitionnaient de créer une société plus moderne et plus libre.

    Le paradoxe n’est qu’apparent. La chute au palmarès de RSF s’explique non seulement par la montée en puissance des Talibans au fil de leur longue marche vers Kaboul, émaillée de violences, mais aussi par le cynisme de gouvernements « démocratiques » afghans peu empressés d’assurer la protection de journalistes qui enquêtaient sur leur arbitraire et leur corruption. La liberté de la presse a été le « canari dans la mine », annonçant le coup de grisou.

    Depuis la Blitzkrieg victorieuse des Talibans, des cohortes de journalistes ont quitté l’Afghanistan, de nombreux médias ont fermé, l’immense majorité des femmes...

    Lire la suite

  • L’aide à tous les sinistrés est l’honneur de la Wallonie

    La question peut légitimement être posée : la Wallonie doit-elle vraiment dénouer aussi largement les cordons déjà très sollicités de sa bourse pour indemniser tous les sinistrés des inondations de juillet ? En d’autres termes : ne faudrait-il pas faire la part des choses entre les ménages bien assurés et ceux qui ne le sont pas ? Entre les riches et les pauvres ? Les Liégeois très impactés et les autres ? Et pourquoi pas les citoyens et les entreprises, les jeunes et les vieux, les start-up prometteuses et...

    Lire la suite