Comment SmartNodes veut révolutionner l’éclairage public

Edition numérique des abonnés

La scène est, à priori, parfaitement banale : à la tombée de la nuit, un piéton se balade dans une rue. Mais le fonctionnement de l’éclairage public, lui, l’est beaucoup moins. Celui-ci reste éteint et ne s’allume qu’au passage du piéton, créant une bulle lumineuse qui suit ce dernier tout au long de son trajet. Quelques minutes plus tard, le même procédé se répète avec cette fois une voiture.

Fournir de la lumière à la demande, c’est le principe du produit conçu par la start-up liégeoise SmartNodes. « On allume les luminaires de voirie en fonction de la présence sur cette voirie. Une distinction est faite entre les différents usagers et leur vitesse, et la bulle de lumière est créée en fonction, pour les accompagner », explique Jean Beka, à la tête de la jeune structure.

Une intelligence et des capteurs

Derrière cette innovation technologique, on trouve des modules intelligents qui sont fixés aux luminaires et qui comportent un processeur, de la mémoire et des capteurs. « Ces modules se parlent entre eux via un réseau sans fil. Sur base de ce qu’ils détectent via les capteurs et des informations qu’ils reçoivent des autres modules, ils vont allumer ou éteindre le luminaire », poursuit notre interlocuteur, ingénieur de formation.

Le système identifie trois types d’usagers : les voitures, les vélos et les piétons. Il adapte pour chacun d’eux l’intensité de la lumière, sa durée, etc. « On peut changer les paramètres : un piéton aura plus d’éclairage devant et derrière par exemple ».  Une innovation qui se veut écologique car elle permet de diminuer sensiblement la consommation d’électricité (jusqu’à 80%), mais aussi économique avec un coût de l’énergie et des frais de maintenance réduits. Jean Beka estime que l’investissement est rentabilisé au bout de cinq à six ans.

Autre avantage : tout fonctionne indépendamment du luminaire, qui doit juste être composé de LED pour être compatible avec les modules. A noter que ces derniers ne sont pas équipés de caméras. Les informations sur les usagers restent donc anonymes. « Les capteurs perçoivent un déplacement et une vitesse, mais pas ce qui se trouve exactement sur la voirie ».

La force de frappe de Lacroix

Une rue à Tournai, une autre à Charleroi, les parkings des autoroutes wallonnes, les bernes centrales des autoroutes flamandes, des sites industriels, des quartiers résidentiels ou encore des pistes cyclables… Depuis sa création en 2014, la spin-off de l’UCL et de l’ULg a réalisé plus d’une soixantaine d’installations en Hollande, dans le nord de la France et en Belgique principalement.

Aujourd’hui, l’entreprise cherche à booster son déploiement à l’international. Partie à la recherche de capitaux il y a quelques mois, elle a croisé sur son chemin le groupe français Lacroix. « Ils nous ont fait une proposition de rachat que nous avons acceptée l’été dernier ». Depuis, SmartNodes bat donc pavillon français mais a gardé son ancrage à Liège, où elle emploie une quinzaine de collaborateurs. Elle bénéficie désormais de la force de frappe d’un acteur solide, spécialisé dans les équipements technologiques et affichant un chiffre d’affaires de près de 500 millions d’euros. « Nous avons les mêmes objectifs qui sont de rendre la rue plus « smart », plus intelligente. Avec eux, on rentre dans le monde industriel, on profite de leur expérience avec les pouvoirs publics et de leur présence commercial dans le sud de l’Europe ».

L'épine dorsale de la "smartcity"

Au-delà de son déploiement, SmartNodes compte également poursuivre le développement de ses produits, dont l’usage ne se limitera pas forcément au pilotage de l’éclairage. « Les informations de présence au niveau de la voirie pourraient alimenter des automates de feux de signalisation, des indicateurs de parking. Cela pourrait aussi aider les décideurs politiques à prendre de meilleures décisions pour mettre un casse vitesse, objectiver les problèmes de bruit, etc. C’est vraiment l’idée d’utiliser l’éclairage public comme l’épine dorsale de la "smartcity" ».

Cécile Danjou

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20161128-GCF0NG 2016-11-28 20_24_14

    Les grandes banques vont diviser par deux le nombre de distributeurs

  2. 07246825

    La querelle euro-américaine perturbe la grand-messe de l’ONU

  3. droit penal sexuel web

    Droit pénal sexuel: ce que la nouvelle réforme va changer

La chronique
  • La chronique «Comme on nous parle»: il n’était pas une fois

    C’est une fille qui parle anglais sur internet. Tapez son nom, vous verrez : Shauna Dewit. Elle a 22 ans, elle est belge, francophone, elle vit à Hal et étudie à Bruxelles dans une grande école de cinéma, en néerlandais. Elle est trilingue, peut-être même plus, on ne sait pas, on ne l’a jamais rencontrée. On lui a écrit sur TikTok (1,2 million d’abonnés) et sur Instagram (369.000), elle n’a jamais répondu. Les messages ont dû se noyer dans la masse.

    La masse, ce sont principalement des hommes, très amoureux. Ils la trouvent jolie, oui, avec sa jeunesse, ses longs cheveux ondulés, ses yeux verts en amandes, ses fossettes, ses grandes dents blanches, ses taches de rousseur, ses petites grimaces trop mignonnes… Mais ce qui les rend dingues, littéralement dingues, dingues à crever, dingues à se fracasser la tête contre l’écran de leur smartphone, c’est son accent.

    Paraît qu’un francophone qui parle anglais, y a rien de plus sexy. Vos ami·e·s british vous l’ont sûrement déjà dit. Mais Shauna ! Shauna ! Shauna, son accent, c’est...

    Lire la suite

  • L’Administration Biden, éléphant dans un magasin de porcelaine

    S’étonner – s’offusquer – que l’Amérique, de Biden, de Trump ou de toujours, place ses intérêts au premier rang des priorités, c’est découvrir l’eau chaude. De là que l’« America First » se décide sans égards, sans concertation ni même information, avec les partenaires et alliés européens et de l’Otan, il y a un pas détestable que vient de poser la jeune Administration du président américain – en concluant, « dans notre dos » et dans le plus...

    Lire la suite