Most wanted : développeurs (et créativité pour les recruter)

Most wanted : développeurs (et créativité pour les recruter)

L'économie belge mène plutôt bien sa barque ces dernières années, même si 2020 s'annonce plus faible, avec une prévision de croissance qui perd un petit 0,1% par rapport à l'année dernière. Mais il y a une ombre menaçante qui pèse sur la croissance d'un bon nombre d'entreprises : le manque cruel de profils IT bien formés, et plus spécifiquement de développeurs. C'est une réalité depuis plusieurs mois déjà, faisant place à une véritable guerre des talents qui devient, au fil du temps, de plus en plus impitoyable.

 

Le dernier grand champion dans le domaine du recrutement décalé, c'est Odoo, cette société wallonne spécialisée dans les logiciels de gestion d'entreprise qui ne fait que grandir, sans cesse, sans relâche. Mais pour maintenir ce cap, il ne fait pas bon dépendre des compétences IT sur le marché de l'emploi en 2020.

Pour garder son rythme de croisière, mais aussi et surtout pour pouvoir continuer de décoller, Odoo a besoin de recruter au moins 150 nouveaux développeurs d'ici un an, alors qu'ils ne sont, par exemple, que moitié moindre à sortir diplômés de l'UCLouvain. Un fameux défi donc, à l'heure où la guerre des talents fait rage : en Belgique, c'est un fait, n'avons pas assez d'informaticiens, et encore moins de développeurs. Une pénurie face à laquelle le démarchage sur LinkedIn, à la sortie des écoles ou sur les salons de l'emploi ne suffit plus. Il faut devenir plus créatif, quitte à être carrément... agressif. Odoo a franchi le cap.

 

Pourquoi on n'y a pas pensé avant ?

En moins de deux mois, l'entreprise wallonne a lancé deux opérations choc de recrutement. La première consiste à proposer une enveloppe de bienvenue de 10.000€ à tout développeur qui signera sous l'enseigne Odoo. Une démarche qui peut paraître racoleuse, mais on n'a rien sans rien et elle a fait ses preuves : le nombre de candidats au poste chaque jour a quintuplé depuis que la prime a été lancée. L'ennui ? Le bonus avait tendance à intéresser aussi (et surtout) des profils moins pointus que demandé.

C'est là que la seconde idée a fait son chemin : séduire les développeurs professionnels directement... sur leur lieu de travail ! Il faut oser, mais ils l'ont fait, et de manière intelligente. Emy Gilson, recruteuse de développeurs chez Odoo, explique le concept. « Pour attirer leur attention, il faut leur proposer ce qu'ils aiment : de la réflexion, des jeux de logique, des énigmes et de l'impertinence. Alors on s'est penché sur un jeu, une sorte de casse-tête, qu'on leur a envoyé à l'adresse de leur lieu de travail. Une fois qu'ils ont réussi à le résoudre, ils tombent sur une proposition pour un deuxième challenge à relever sur le site internet d'Odoo, où ils doivent retrouver un code, en onze étapes. Et au bout, on leur pose une dernière fois la question : « Êtes-vous prêts à relever encore une défi ? »

« C'est là qu'on leur propose de venir travailler chez nous, toujours en gagnant la prime de 10.000€. En deux semaines, on a signé 8 personnes. » C'est simple, efficace et, même si le doute est permis, la démarche est tout à fait légale : l'adresse des entreprises se trouve en deux clics sur le web. Quelques chefs de boîte ont crié au scandale, mais tant pis. A l'heure de la guerre des talents, s'en sortir, c'est surtout oser.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. LEBANON-BLAST

    Beyrouth dévastée suite à de violentes explosions

  2. Lipszyc
: «
L’activité des services de renseignement étrangers sur le territoire belge est une vraie préoccupation.
»

    Serge Lipszyc (Comité R): «Prédire l’arrivée du Covid n’était pas une mission du renseignement belge»

  3. Jean-Marc Nollet et Rajae Maoune voient «
des lacunes importantes
» dans la note des préformateurs.

    Négociations fédérales: les verts recalent la note des préformateurs Magnette et De Wever

La chronique
  • Lettre d’Europe: pour le climat, un objectif de papier mais des mesures insuffisantes en Belgique

    Comme la plupart des pays d’Europe, la Belgique connaîtra une forte baisse de ses émissions de gaz à effet de serre suite au ralentissement économique causé par la crise du Covid-19. Selon le Bureau du Plan, organisme indépendant d’intérêt public qui réalise des études et de la prospective, elles devraient plonger de 13 % entre 2019 et 2020. Mais le répit sera de courte durée : elles devraient ensuite se redresser. A tel point que, selon les experts du Plan, la baisse enregistrée entre 2019 et 2025 ne devrait être finalement que de 5 %.

    Si elle se vérifie, cette trajectoire ne permettra pas à la Belgique d’atteindre son objectif de réduction : -35 % par rapport à 2005 dans le secteur non-industriel (non-ETS, en jargon). Mais les prévisions du Plan ont ceci de particulier qu’elles sont réalisées « à politiques inchangées ». Les experts n’intègrent dans leurs calculs que les décisions prises et en...

    Lire la suite

  • Bart De Wever, la majorité flamande et la minorité francophone

    On ne les attendait guère et les verts n’ont pas déjoué les pronostics mardi soir : après une longue rencontre avec les missionnaires royaux Paul Magnette et Bart De Wever, ils ont jugé les propositions du duo « en matière de climat, d’énergie et de mobilité insuffisantes », celles visant « une fiscalité plus juste et un renouveau politique trop floues » et celles destinées à réformer l’Etat pas assez « efficaces » pour accepter de rejoindre la table de négociations fédérales....

    Lire la suite