D1: Serge Crevecoeur quitte le Brussels pour Gravelines

D1: Serge Crevecoeur quitte le Brussels pour Gravelines
Photo News

Comme pressenti dimanche, Serge Crevecoeur, coach et directeur général du Brussels, a dispensé lundi son dernier entraînement à Neder-Over-Heembeek, la petite salle communale omnisports qui empêche son club de cœur de poursuivre l’évolution ambitieuse qu’il soutenait depuis 12 ans. Lassé d’attendre le projet de nouvelle infrastructure longtemps promis par la Ville, le Bruxellois de 48 ans avait annoncé sa décision d’arrêter en fin de saison. « Il était alors évident que des offres lui seraient proposées », commente le président André De Kandelaer. « Et de fait, ça n’a pas tardé… »

Gravelines-Dunkerke, club historique de Pro A française menacé de la quitter puisqu’il occupe l’avant-dernière place à 11 journées de la fin de la saison régulière (mais à 2 victoires seulement du maintien) et qu’il y aura trois descendants, avait sondé Crevecoeur et a licencié son coach, Eric Bartecheky, pour le nommer à sa place à partir de ce mardi. Il s’agit de la 2e expérience du Bruxellois au plus haut niveau français après une aventure à Pau-Orthez écourtée après quelques mois en janvier 2018.

C’est son assistant, Laurent Monier, qui va assumer le relais, comme il y a 3 ans, lorsqu’il avait qualifié de justesse l’équipe pour les playoffs. Mais l’avenir est surtout existentiel pour le seul club bruxellois présent en D1. « J’ai choisi deux consultants, Jacques Vanderrest et Mikel Kebsi (le fils de Chico, ex-coach d’Atomia), pour m’aider à boucler un budget suffisant à poursuivre nos activités en D1 la saison prochaine », annonce le président De Kandelaer. « On se donne de 6 semaines à 2 mois pour y arriver. Mais c’est clairement l’ambition. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous