Les Chromebooks, bonne alternative aux Macs et aux PC ?

Les Chromebooks, bonne alternative aux Macs et aux PC ?

La bataille de clochers n’a jamais vraiment cessé entre les partisans d’ordinateurs Apple et ceux qui ne jurent que par les PC tournant sous Windows. Il existe pourtant une troisième voie qui peine toujours à s’imposer sous nos latitudes: les Chromebooks. Ces ordinateurs ultraportables embarquent le système d’exploitation Chrome OS développé par Google et peuvent se targuer de prix extrêmement attractifs. Il n’est pas rare d’en trouver sous la barre des 400 euros. Ils peinent pourtant à convaincre.

«Je ne connais pas les chiffres en Belgique, mais en France, les Chromebook représentent environ 1% de parts de marché, explique Pierre Le Goupil, journaliste informatique pour le site Les Numériques. Ces ordinateurs sont bien plus populaires aux Etats-Unis, notamment dans le milieu scolaire où ils remportent un vif succès».

A leur apparition il y a une dizaine d’années, ces appareils souffraient de limitations difficiles à avaler pour le consommateur. Lorsqu'ils n’étaient pas connectés à Internet, ils devenaient tout simplement inutiles. Depuis, ils se sont heureusement beaucoup améliorés notamment sur la question de cette connexion permanente.

Montée en gamme

«2016 a été un point de bascule puisque Google a rendu compatible l’ensemble des applications du Play Store d’Android avec ces ordinateurs. Cela les a rendus bien plus polyvalents. On peut par exemple les utiliser pour de la retouche photo, ce qui était loin d’être le cas avant ça », poursuit notre interlocuteur. «D’une manière générale, la stratégie de Google est de développer le haut de gamme. De plus en plus de constructeurs proposent des Chromebooks bien plus puissant avec des prix qui tournent autour de 1.000 euros et bien plus capables que les modèles d’entrée de gamme. Globalement on a l’impression que Google veut passer la vitesse supérieure et s’imposer comme une alternative crédible dans le marché du PC.»

Malgré cette volonté de se développer sur le haut de gamme ce sont les premiers prix qui restent les plus attractifs… Pour un certain type d’usages. Si on utilise son ordi pour surfer sur Internet, regarder Netflix, des vidéos ou du traitement de texte, un ordi sous Chrome OS aux alentours de 300 euros peut s’avérer parfaitement suffisant. Mieux vaut, toutefois rester attentif à la quantité de mémoire RAM embarquée par les machines. 4 Go étant un minimum pour éviter de se retrouver avec une machine inutilisable.

Autonomie musclée

Reste que pour écrire ou regarder une vidéo dans le train, ils ont tout du compagnon idéal. D’autant plus que ces petits portables disposent bien souvent d’une autonomie plus musclée que leurs homologues. Si en revanche, on compte utiliser son ordi pour du montage vidéo ou de la retouche photo, mieux vaut se tourner vers la marque à la pomme. Si on compte jouer, une solution sous Windows est peut-être plus pertinente.

Encore que certains de ces Chromebook sont déjà compatibles avec Stadia. Le service de streaming de jeux vidéo de Google est censé tourner sur n’importe quelle machine pouvant utiliser le navigateur Chrome. Il y a donc fort à parier que, s’agissant tous les deux de produits Google, l’ensemble de ces ordinateurs soient compatibles par la suite. Et, comme tous les autres ordinateurs portables se transformer, à termes, en machine de jeu.

Sur le design, enfin, ces petites machines n’ont pas grand-chose à envier à la concurrence non plus. «Dans la gamme de prix 400/500 euros, dans les PC Windows, on trouve un peu de tout, des produits médiocres et d’autres mieux finis. Le gros point fort des Chromebooks, c’est justement leur finition. Si on regarde les produits Acer, ils sont généralement très soignés, très portables et dégagent une impression de «beaux produits» ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La joie des Diables après le premier but.

    Euro 2020: l’infinie patience belge a fini par avoir raison du verrou finlandais

  2. d-20210502-GMG7D1 2021-05-02 15_23_42

    Vaccin: la deuxième dose est-elle nécessaire quand on a eu le covid?

  3. 2206Lseat

    Solution belge pour un siège «éco» pour les longs trajets

La chronique
  • La chronique «Alternatives» sur les élections régionales en France: malheur aux non-sortants

    C’est le vrai coup de tonnerre des élections régionales qui viennent de se dérouler en France : l’extrême droite qui a réalisé un score bien en dessous de ses espoirs ne conquerra sans doute aucune région, même pas la Provence-Côte d’Azur que tous les sondages lui attribuaient.

    L’autre grande leçon, sinistre celle-là, de ce scrutin, c’est l’ampleur abyssale de l’abstention. 67 %. Contrairement à ce que je craignais, même les extrêmes, réputées plus mobilisées, se sont massivement abstenues, d’où la contre-performance du lepénisme et l’effondrement de l’extrême gauche mélenchoniste. 33 % seulement des électeurs, un tiers de l’électorat, se sont déplacés, ce qui signifie, par exemple, que la candidate socialiste en Ile-de-France, soutenue par la maire de Paris Anne Hidalgo, n’a obtenu que 3 % des inscrits, et les candidats macronistes dans le Nord-Pas-de-Calais, moins de 3 %.

    Qui, malgré ce désastre démocratique, a gagné ?

    Les sortants. Tous les sortants. Quelle que...

    Lire la suite

  • La recette d’une élection: donner envie de voter, tout court

    Dimanche soir, sur les plateaux télé français, c’était le gros chagrin démocratique. Le taux d’abstention abyssal donnait du grain à moudre à ceux qui proclamaient soudain une démocratie en berne car boudée, et concluaient à des citoyens qui n’en avaient plus rien à faire de la politique, et de ceux et celles qui la font.

    Vite dit ? Attention en tout cas à sauter trop vite sur les conclusions faciles. Le scrutin français présente ainsi quelques éléments intéressants pour nourrir notre propre...

    Lire la suite