Tech Trash, le collectif qui moque la «start-up nation»

Tech Trash, le collectif qui moque la «start-up nation»

Uber, Instagram, trottinettes partagées, coworking, les mondes de la tech et des start-up ont envahi notre quotidien. Désormais «intelligence artificielle» et «numérique» sont des mots que l’on nous sert à toutes les sauces et à longueur de journée. Jusqu’à la nausée. Heureusement, un discours critique envers les travers de la start-up nation est en train d’apparaître. Et dans ce domaine, les trublions de Tech Trash apportent enfin un peu de dérision et de moquerie directement sur vos boîtes mail.

Depuis 2017, le collectif «Tech Trash» publie une newsletter hebdomadaire baptisée «Prêts à perdre 5mn?» et qui vient secouer le monde de la Tech. Une NL à laquelle tout passionné de nouvelles technologies devrait souscrire sur le champ.

https://www.techtrash.fr/

«Tech Trash est née de la frustration de ne pas voir assez de médias parler de tech et d’innovation avec un ton critique et un esprit potache, se souvient un des membres du collectif. On s’est dit que ce serait amusant de se moquer des codes inhérents à cet univers, de ses travers risibles, comme notamment ce verbiage anglo-saxon directement transposé en français, bourré de déclarations grotesques… Ça a donné notre auto-proclamée «newsletter bête et méchante», qui paraît tous les mercredis, et qui permet, on l’espère, de rire un peu de ce milieu – tout en apprenant également deux/trois trucs».

Schizophrène ou cathartique?

Car les comparses connaissent bien ce monde qu’ils adorent critiquer. Et pour cause, ils travaillent pour la plupart dedans. Schizophrène, vous avez dit? «Schizophrène peut-être, cathartique très certainement. On croit beaucoup au fait de comprendre et d’assimiler la critique via le rire, la satire. Si vous nous lisez et que ça vous fait marrer, c’est déjà un début de la réflexion. Concrètement, notre référence et modèle, c’est avant tout Le Canard Enchaîné, qui fait ça depuis plus d’un siècle, sur d’autres types de sujet. Ou, avec leur esprit potache mais néanmoins radical, ce qu’ont pu faire certains comiques des années 1970, Coluche en tête».

D’un autre côté, le ton et la forme de la newsletter ne sauraient occulter le fond très bien documenté et qui permet d’en apprendre beaucoup sur les travers du monde des nouvelles technologies en en dénonçant certains scandales ou, au contraire, en mettant en lumière des projets qui en valent la peine.

Cambridge Analytica

Reste que petit à petit, les mentalités sont en train d’évoluer grâce ou à cause des scandales de ces dernières années. «On a commencé fin 2017, et, au début, on se sentait assez seuls. Après l’explosion du scandale de Cambridge Analytica début 2018, on a vraiment senti le vent tourner et les récits s’ouvrir à un discours plus critique. C’est à ce moment-là qu’on a constaté une vraie accélération dans notre nombre d’abonnés: de plus en plus de gens sont devenus sensibles à un discours plus critique et moins bêtement techno-enthousiaste».

Les entreprises ont donc pris soin de retravailler leur com’ ces derniers temps «Toutes les grosses entreprises aujourd’hui ont compris qu’il ne suffisait plus de se positionner comme «tech» pour briller aujourd’hui, ils parlent de «techforgood». Ce qui donne par exemple des sommets totalement délirants comme le «Tech for good», organisé en France par l’Élysée, où l’on retrouve des acteurs de la scène tech comme Deliveroo et Uber. En matière de «good», on a connu mieux quand même, non?».

Mais le collectif ne se cantonne pas à sa newsletter «bête et méchante». Non-content de publier quelques articles au ton toujours acerbe et de participer à quelques conférences, il a fait paraître récemment «Les Possédés», chez Arkhé, qui déconstruit certains des mythes fondateurs de la Tech. Le collectif nous confie en outre qu’un podcast est en cours de création.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La police contrôle les automobilistes sur l’avenue Franklin-Roosevelt à Bruxelles, samedi 28 mars.

    La police bruxelloise a déjà dressé plus de 5.600 P-V administratifs liés aux règles du confinement

  2. Lorsque le patient peine à se souvenir de ses allées et venues, le traceur de contacts lui fait relater par le menu sa routine durant une semaine normale.

    Coronavirus: les traceurs de contacts qui enrayent la progression de la pandémie

  3. Alexandre Ghuysen, urgentiste.

    «J’ai vu une infirmière qui avait le nez à moitié scié par son masque»

La chronique
  • Couvrez ces corps que je ne saurais voir

    Pékin a-t-il sciemment minimisé les effets du Covid-19 sur son territoire ? La rumeur enfle dans les pays occidentaux, singulièrement depuis la diffusion de photos montrant de longues files d’habitants de Wuhan attendant de pouvoir récupérer l’urne funéraire d’un proche décédé. Officiellement, on ne dénombra que 2.500 victimes dans cette ville aussi peuplée que toute la Belgique, qui fut l’épicentre de l’épidémie…

    Dans un premier temps, l’Organisation mondiale de la santé avait salué l’attitude ouverte et volontariste de la Chine, qui tranchait avec la manière dont, en 2003, le pouvoir avait répondu à la crise du Sras, une pneumonie aiguë causée par un autre coronavirus. Le 1er janvier 2020, dans un réflexe atavique, les autorités avaient pourtant commencé par incarcérer le premier lanceur d’alerte de la pandémie, le médecin Li Wenliang – qui a finalement succombé à la maladie…

    Le régime communiste traîne une longue tradition de manque de transparence dans la gestion des catastrophes sanitaires qui se sont déclenchées sur son territoire – et...

    Lire la suite

  • Coronavirus: la conversion des «imbéciles»

    La Conjuration des imbéciles » – « A Confederacy of Dunces » – est un roman de John Kennedy Toole. Epuisé par l’impossibilité de faire publier son livre, l’écrivain se suicide en 1969, à 31 ans. Mais le roman, finalement publié, connaît un immense succès : il sera couronné par le prix Pulitzer et salué comme un des plus grands classiques de la littérature humoristique américaine.

    Le titre est une référence à une citation de l’écrivain Jonathan Swift, mise en épigraphe...

    Lire la suite