Méditation : et si on changeait notre relation au travail ?

Méditation : et si on changeait notre relation au travail ?

Le cerveau serait-il finalement, à l'instar des abdominaux et des pectoraux, un muscle qui s'entretient, avec une élasticité qui se travaille ? C'est une théorie qui fait son bout de chemin depuis plusieurs années déjà, et que Steven Laureys défend avec ferveur.

Pour ce neurologue qui dirige le centre du cerveau au CHU de Liège et l'unité de recherches GIGA Consciousness & Coma Science Groupe de l'Université de Liège, « la méditation, c'est bon pour le cerveau », et il l'argumente dans un livre du même nom. Et si cette gym du ciboulot pouvait aussi porter ses fruits au bureau ?

Comment ça marche ?

Prendre un peu de distance sur les situations de stress ou de conflit, entraîner sa mémoire, sa bienveillance, développer son intelligence émotionnelle : ce qui peut passer a priori pour les qualités intrinsèques de certains collègues ou amis que rien, ou presque, ne semble déstabiliser, et bien sachez que ça s'apprend.

Il existe différentes techniques pour prendre le contrôle de son cerveau, « c'est une véritable gymnastique » affirme le docteur Laureys. Comme le sport, des exercices réguliers permettent de développer certaines parties du cerveau et leur élasticité.

« La méditation permet d'entraîner les connexions dans le cerveau pour générer un trafic plus important. Ça travaille le câblage entre les neurones qui sont connectés les uns aux autres. Chez les experts en méditation, les connexions entre les parties notamment gauche et droite du cerceaux deviennent plus nombreuses et plus efficaces », expliquait  Steven Laureys sur le plateau de Soir Première. Certaines zones cérébrales peuvent donc gagner en puissance. Et tout cela aurait des effets positifs sur l'esprit... Et sur le corps. Ce qui illustre merveilleusement la force du mental, qui est encore trop peu étudiée.

Une solution anti-burn-out ?

Les to-do lists et deadlines au travail, les relations entre collègues plus ou moins conflictuelles : ces éléments sont aussi autant de stimuli qui créent, à long-terme, un stress chronique qui est néfaste pour la santé.

Pour s'en débarrasser et éviter un vilain burn-out, la médiation devient un fameux coup de pouce, puisqu'elle permet notamment de « reconfigurer » notre cerveau. Des exercices faciles à faire au quotidien peuvent nous aider à travailler sur notre attention, notre présence à l'instant présent, mais aussi sur notre empathie, notre compassion.

Plusieurs applications pour smartphone existent d'ailleurs pour vous aider à mieux aborder les journées de boulot. Nous en avons repéré 3 :

Petit Bambou

De loin l'app préférée des fanas francophones de la méditation. Elle propose plus de 790 séances guidées, allant de la gestion du stress à la cuisine en pleine conscience. Le tout est accessible aux abonnés (4,99€ par mois). Les premiers 8 premiers programmes sont gratuits pour se familiariser avec Le Petit Bambou avant de choisir de s'abonner.

Mind

« La méditation pour vivre mieux », c'est le slogan de cette app qui fait la place belle à la pleine conscience. Avec 3 programmes d'initiation pour se lancer, une méditation proposée en live chaque jour ou encore un programme axé spécifiquement sur le sommeil, le design très épuré de Mind convainc essentiellement les 25-35 ans qui vivent dans les grandes villes. Le prix d'une année de méditation est de 69€, soit 5,75€ par mois.

Headspace

C'est la star des app de méditation de l'autre côté de l'Atlantique. Développée dans la Silicon Valley, c'est l'appli qui a inventé le genre, et depuis juin dernier elle est disponible en français. Headspoace est téléchargeable gratuitement, mais il faut un abonnement de 72€ par an pour avoir accès à l'ensemble de ce qu'elle propose.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La police contrôle les automobilistes sur l’avenue Franklin-Roosevelt à Bruxelles, samedi 28 mars.

    La police bruxelloise a déjà dressé plus de 5.600 P-V administratifs liés aux règles du confinement

  2. Lorsque le patient peine à se souvenir de ses allées et venues, le traceur de contacts lui fait relater par le menu sa routine durant une semaine normale.

    Coronavirus: les traceurs de contacts qui enrayent la progression de la pandémie

  3. Alexandre Ghuysen, urgentiste.

    «J’ai vu une infirmière qui avait le nez à moitié scié par son masque»

La chronique
  • Couvrez ces corps que je ne saurais voir

    Pékin a-t-il sciemment minimisé les effets du Covid-19 sur son territoire ? La rumeur enfle dans les pays occidentaux, singulièrement depuis la diffusion de photos montrant de longues files d’habitants de Wuhan attendant de pouvoir récupérer l’urne funéraire d’un proche décédé. Officiellement, on ne dénombra que 2.500 victimes dans cette ville aussi peuplée que toute la Belgique, qui fut l’épicentre de l’épidémie…

    Dans un premier temps, l’Organisation mondiale de la santé avait salué l’attitude ouverte et volontariste de la Chine, qui tranchait avec la manière dont, en 2003, le pouvoir avait répondu à la crise du Sras, une pneumonie aiguë causée par un autre coronavirus. Le 1er janvier 2020, dans un réflexe atavique, les autorités avaient pourtant commencé par incarcérer le premier lanceur d’alerte de la pandémie, le médecin Li Wenliang – qui a finalement succombé à la maladie…

    Le régime communiste traîne une longue tradition de manque de transparence dans la gestion des catastrophes sanitaires qui se sont déclenchées sur son territoire – et...

    Lire la suite

  • Coronavirus: la conversion des «imbéciles»

    La Conjuration des imbéciles » – « A Confederacy of Dunces » – est un roman de John Kennedy Toole. Epuisé par l’impossibilité de faire publier son livre, l’écrivain se suicide en 1969, à 31 ans. Mais le roman, finalement publié, connaît un immense succès : il sera couronné par le prix Pulitzer et salué comme un des plus grands classiques de la littérature humoristique américaine.

    Le titre est une référence à une citation de l’écrivain Jonathan Swift, mise en épigraphe...

    Lire la suite