Méditation : et si on changeait notre relation au travail ?

Méditation : et si on changeait notre relation au travail ?

Le cerveau serait-il finalement, à l'instar des abdominaux et des pectoraux, un muscle qui s'entretient, avec une élasticité qui se travaille ? C'est une théorie qui fait son bout de chemin depuis plusieurs années déjà, et que Steven Laureys défend avec ferveur.

Pour ce neurologue qui dirige le centre du cerveau au CHU de Liège et l'unité de recherches GIGA Consciousness & Coma Science Groupe de l'Université de Liège, « la méditation, c'est bon pour le cerveau », et il l'argumente dans un livre du même nom. Et si cette gym du ciboulot pouvait aussi porter ses fruits au bureau ?

Comment ça marche ?

Prendre un peu de distance sur les situations de stress ou de conflit, entraîner sa mémoire, sa bienveillance, développer son intelligence émotionnelle : ce qui peut passer a priori pour les qualités intrinsèques de certains collègues ou amis que rien, ou presque, ne semble déstabiliser, et bien sachez que ça s'apprend.

Il existe différentes techniques pour prendre le contrôle de son cerveau, « c'est une véritable gymnastique » affirme le docteur Laureys. Comme le sport, des exercices réguliers permettent de développer certaines parties du cerveau et leur élasticité.

« La méditation permet d'entraîner les connexions dans le cerveau pour générer un trafic plus important. Ça travaille le câblage entre les neurones qui sont connectés les uns aux autres. Chez les experts en méditation, les connexions entre les parties notamment gauche et droite du cerceaux deviennent plus nombreuses et plus efficaces », expliquait  Steven Laureys sur le plateau de Soir Première. Certaines zones cérébrales peuvent donc gagner en puissance. Et tout cela aurait des effets positifs sur l'esprit... Et sur le corps. Ce qui illustre merveilleusement la force du mental, qui est encore trop peu étudiée.

Une solution anti-burn-out ?

Les to-do lists et deadlines au travail, les relations entre collègues plus ou moins conflictuelles : ces éléments sont aussi autant de stimuli qui créent, à long-terme, un stress chronique qui est néfaste pour la santé.

Pour s'en débarrasser et éviter un vilain burn-out, la médiation devient un fameux coup de pouce, puisqu'elle permet notamment de « reconfigurer » notre cerveau. Des exercices faciles à faire au quotidien peuvent nous aider à travailler sur notre attention, notre présence à l'instant présent, mais aussi sur notre empathie, notre compassion.

Plusieurs applications pour smartphone existent d'ailleurs pour vous aider à mieux aborder les journées de boulot. Nous en avons repéré 3 :

Petit Bambou

De loin l'app préférée des fanas francophones de la méditation. Elle propose plus de 790 séances guidées, allant de la gestion du stress à la cuisine en pleine conscience. Le tout est accessible aux abonnés (4,99€ par mois). Les premiers 8 premiers programmes sont gratuits pour se familiariser avec Le Petit Bambou avant de choisir de s'abonner.

Mind

« La méditation pour vivre mieux », c'est le slogan de cette app qui fait la place belle à la pleine conscience. Avec 3 programmes d'initiation pour se lancer, une méditation proposée en live chaque jour ou encore un programme axé spécifiquement sur le sommeil, le design très épuré de Mind convainc essentiellement les 25-35 ans qui vivent dans les grandes villes. Le prix d'une année de méditation est de 69€, soit 5,75€ par mois.

Headspace

C'est la star des app de méditation de l'autre côté de l'Atlantique. Développée dans la Silicon Valley, c'est l'appli qui a inventé le genre, et depuis juin dernier elle est disponible en français. Headspoace est téléchargeable gratuitement, mais il faut un abonnement de 72€ par an pour avoir accès à l'ensemble de ce qu'elle propose.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ce 10 avril, le président iranien Rohani s’était félicité de l’avancement du programme d’enrichissement des centrifugeuses à Natanz. C’était quelques heures avant l’explosion sur la base nucléaire...

    Proche-Orient: un attentat sur la base de Natanz en Iran relance les tensions avec Israël

  2. d-20201215-GKCXJ8 2020-12-15 15_13_09

    Carte blanche: «La taxe kilométrique à Bruxelles tient la route»

  3. A la fois bricoleur, réparateur, artisan et recycleur, Geoffrey Abbas a fondé la coopérative Namufacture et ouvert une boutique dans le centre-ville de la capitale wallonne.

    La Namufacture valorise des déchets pour décorer votre intérieur

La chronique
  • La chronique «Alternatives»: La nuance, cette provocation

    Le titre du livre est provocateur dans sa modération : Le courage de la nuance.

    A une époque où toutes les radicalités font prime, où même les murmures doivent être de rage et les soupirs d’exaspération, on ne saurait être plus à contre-pied. C’est-à-dire, au fond, plus subversif.

    Quand il devient banal d’envoyer des grenades, c’est l’appel à la nuance qui explose comme une bombe. L’auteur, Jean Birnbaum (le patron, accessoirement, du supplément « Livres » du quotidien Le Monde) ose donc la seule provocation qui soit susceptible, aujourd’hui, de faire scandale : l’appel à s’émanciper des binarismes de plomb qui transforment notre espace intello-médiatique en une arène de guerre civile.

    Hurler, non ! Nuancer. Se libérer des carcans. Interpeller ses propres certitudes. Renvoyer dos à dos Eric Zemmour et Edwy Plenel. Etre capable d’ouvrir des fenêtres qui permettent de sortir de l’auto-enfermement.

    Birnbaum nous offre trois modèles...

    Lire la suite

  • Covid: regarder la réalité en face, arrêter la course aux illusions

    C’est un texte important que nous publions ce lundi, par son contenu et ses signataires. Nathan Clumeck, Marius Gilbert et Leila Belkhir sont trois scientifiques respectés dans cette crise. Depuis le début de la pandémie, ils se sont singularisés par leur volonté de dire aux citoyens ce qui était, sans hurler au loup, sans charlatanisme et en veillant à ne servir aucun discours ou enjeu politique.

    Le texte qu’ils se sont décidé à écrire et à signer ce week-end a été mûrement réfléchi. Ils savent que...

    Lire la suite