Méditation : et si on changeait notre relation au travail ?

Méditation : et si on changeait notre relation au travail ?

Le cerveau serait-il finalement, à l'instar des abdominaux et des pectoraux, un muscle qui s'entretient, avec une élasticité qui se travaille ? C'est une théorie qui fait son bout de chemin depuis plusieurs années déjà, et que Steven Laureys défend avec ferveur.

Pour ce neurologue qui dirige le centre du cerveau au CHU de Liège et l'unité de recherches GIGA Consciousness & Coma Science Groupe de l'Université de Liège, « la méditation, c'est bon pour le cerveau », et il l'argumente dans un livre du même nom. Et si cette gym du ciboulot pouvait aussi porter ses fruits au bureau ?

Comment ça marche ?

Prendre un peu de distance sur les situations de stress ou de conflit, entraîner sa mémoire, sa bienveillance, développer son intelligence émotionnelle : ce qui peut passer a priori pour les qualités intrinsèques de certains collègues ou amis que rien, ou presque, ne semble déstabiliser, et bien sachez que ça s'apprend.

Il existe différentes techniques pour prendre le contrôle de son cerveau, « c'est une véritable gymnastique » affirme le docteur Laureys. Comme le sport, des exercices réguliers permettent de développer certaines parties du cerveau et leur élasticité.

« La méditation permet d'entraîner les connexions dans le cerveau pour générer un trafic plus important. Ça travaille le câblage entre les neurones qui sont connectés les uns aux autres. Chez les experts en méditation, les connexions entre les parties notamment gauche et droite du cerceaux deviennent plus nombreuses et plus efficaces », expliquait  Steven Laureys sur le plateau de Soir Première. Certaines zones cérébrales peuvent donc gagner en puissance. Et tout cela aurait des effets positifs sur l'esprit... Et sur le corps. Ce qui illustre merveilleusement la force du mental, qui est encore trop peu étudiée.

Une solution anti-burn-out ?

Les to-do lists et deadlines au travail, les relations entre collègues plus ou moins conflictuelles : ces éléments sont aussi autant de stimuli qui créent, à long-terme, un stress chronique qui est néfaste pour la santé.

Pour s'en débarrasser et éviter un vilain burn-out, la médiation devient un fameux coup de pouce, puisqu'elle permet notamment de « reconfigurer » notre cerveau. Des exercices faciles à faire au quotidien peuvent nous aider à travailler sur notre attention, notre présence à l'instant présent, mais aussi sur notre empathie, notre compassion.

Plusieurs applications pour smartphone existent d'ailleurs pour vous aider à mieux aborder les journées de boulot. Nous en avons repéré 3 :

Petit Bambou

De loin l'app préférée des fanas francophones de la méditation. Elle propose plus de 790 séances guidées, allant de la gestion du stress à la cuisine en pleine conscience. Le tout est accessible aux abonnés (4,99€ par mois). Les premiers 8 premiers programmes sont gratuits pour se familiariser avec Le Petit Bambou avant de choisir de s'abonner.

Mind

« La méditation pour vivre mieux », c'est le slogan de cette app qui fait la place belle à la pleine conscience. Avec 3 programmes d'initiation pour se lancer, une méditation proposée en live chaque jour ou encore un programme axé spécifiquement sur le sommeil, le design très épuré de Mind convainc essentiellement les 25-35 ans qui vivent dans les grandes villes. Le prix d'une année de méditation est de 69€, soit 5,75€ par mois.

Headspace

C'est la star des app de méditation de l'autre côté de l'Atlantique. Développée dans la Silicon Valley, c'est l'appli qui a inventé le genre, et depuis juin dernier elle est disponible en français. Headspoace est téléchargeable gratuitement, mais il faut un abonnement de 72€ par an pour avoir accès à l'ensemble de ce qu'elle propose.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HEALTH-CORONAVIRUS_ITALY-TELECOM ITALIA

    Coronavirus: l’Italie dépasse la barre des 10.000 morts

  2. CORONAVIRUS HOPITAL SAINT-PIERRE

    L’évolution de la propagation du coronavirus: la pression ne se relâche pas (infographies)

  3. Selon l’état du patient, le circuit est plus ou moins long. Les cas sévères sont pris en charge par l’unité «
Covid
».

    Coronavirus: dans les pas d’un patient «Covid» à l’hôpital Saint-Pierre (vidéos)

La chronique
  • Chroniques brésiliennes ou le Brésil sous Bolsonaro

    Cela fait 15 ans que je viens chaque année au Brésil pour y faire de la recherche à l’université, et j’y suis en ce moment. Depuis l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, bien des choses ont changé, dans les universités et dans la vie courante ; d’autres pas. Ce sont ces éléments d’atmosphère, glanés au fil des rencontres et des observations, que je veux relater dans cette chronique.

    Petit rappel sur l’élection de Bolsonaro

    Rappelons d’abord que, si Bolsonaro a été élu, c’est parce que l’ex-président Lula, qui avait une avance de plus de 20 points dans les sondages, a été empêché de se présenter aux élections. Le juge Sergio Moro l’a condamné à la prison sur base d’une « intime conviction » de fraude, le temps de l’empêcher de se...

    Lire la suite

  • La priorité reste de sauver les vies. Cette certitude-là est sans prix

    C’est un équilibre d’une difficulté inouïe à garder dans un monde qui tangue comme jamais et où la mort frappe intensément. Un équilibre multiple aussi à trouver entre la vie des gens et la survie de l’économie, entre les points de vue du nord et du sud, les positions de partis politiques fragilisés et nerveux, entre les différents pans de la société en alerte maximale.

    Ce vendredi, la ligne était extrêmement étroite pour la Première ministre Sophie Wilmès. Les critiques, questions, récriminations,...

    Lire la suite