« Reflex Tool », un outil pour gérer son package salarial

« Reflex Tool », un outil pour gérer son package salarial

Parce que nombreux sont ceux parmi les travailleurs d’aujourd’hui à chercher et vouloir toujours plus de flexibilité, KPMG, société d’audit et de conseil, a développé en interne l’outil « Reflex Tool ». Son utilité ? Permettre aux salariés de l’entreprise de gérer eux-mêmes, en autonomie, la répartition de leur package salarial.

« Cela fait maintenant six ans que nous l’avons développé et implémenté au sein de l’entreprise », confie Olivier Vanneste, Associé Reward chez KPMG, « C’est la solution que nous avons trouvé pour répondre aux besoins de notre époque. Nos travailleurs ont aujourd’hui tous des besoins différents, on ne peut plus appliquer le même package à tout le monde. Et puis nous avons beaucoup de jeunes travailleurs qui ont été élevés avec Netflix, Spotify et d’autres réseaux. Ils sont demandeurs d’un tel outil ».

Concrètement, l’outil fonctionne comme une application à gérer en ligne. « L’employé y retrouve le budget total de son package salarial et peut également faire des simulations. Sous le principe de vases communicants, il va par exemple choisir des jours additionnels de congé et voir directement l’impact « en net » que ce choix a sur son salaire. Une fois que ses choix lui conviennent, il signe un contrat qui est ensuite approuvé.

Il peut ainsi constituer le package qui correspond au mieux à ses besoins », explique Olivier Vanneste. Via ce « Reflex Tool », les travailleurs de KPMG peuvent ainsi choisir des jours de congé supplémentaires, un smartphone, des chèques repas et des écochèques ainsi que bien d’autres avantages extra-légaux. Mais c’est surtout pour concevoir leur propre plan mobilité qu’ils auraient le plus recours à l’application.

La mobilité parmi les choix les plus effectués

« Nos collaborateurs ont un intérêt grandissant pour les questions de mobilité. La plupart d’entre eux utilisent d’ailleurs notre outil pour composer leur package de mobilité. Avoir une grosse voiture de société n’est plus une priorité pour certains de nos salariés. Ils choisissent souvent une plus petite voiture pour recevoir d’autres avantages en contrepartie. D’autres de nos employés qui vivent en villes font même le choix de l’abandonner totalement au profit d’un leasing vélo par exemple », développe Olivier Vanneste.

Certains avantages tels les voitures de sociétés, les vélos ou les smartphones doivent faire l’objet d’un choix avec une période déterminée, souvent liée à la durée des leasings et abonnements qui en découlent. D’autres, à l’image des jours de congés supplémentaires, peuvent être effectués à n’importe quel moment de l’année via l’application.

Avantageux pour les travailleurs, cet outil représenterait également un gain de temps considérable pour l’ensemble du personnel du département Ressources Humaines de l’entreprise. Actuellement, plus de 80 % des salariés de KPMG composent leur propre package de rémunération et mobilité via « Reflex Tool ». « Et je peux vous assurer que ceux qui ne le font pas encore sont contents de savoir que cela existe. Ils savent ainsi que si leur situation familiale change par exemple, ils pourront également faire évoluer leur package en fonction de leurs besoins », assure Olivier Vanneste.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HEALTH-CORONAVIRUS_ITALY-TELECOM ITALIA

    Coronavirus: l’Italie dépasse la barre des 10.000 morts

  2. CORONAVIRUS HOPITAL SAINT-PIERRE

    L’évolution de la propagation du coronavirus: la pression ne se relâche pas (infographies)

  3. Selon l’état du patient, le circuit est plus ou moins long. Les cas sévères sont pris en charge par l’unité «
Covid
».

    Coronavirus: dans les pas d’un patient «Covid» à l’hôpital Saint-Pierre (vidéos)

La chronique
  • Chroniques brésiliennes ou le Brésil sous Bolsonaro

    Cela fait 15 ans que je viens chaque année au Brésil pour y faire de la recherche à l’université, et j’y suis en ce moment. Depuis l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, bien des choses ont changé, dans les universités et dans la vie courante ; d’autres pas. Ce sont ces éléments d’atmosphère, glanés au fil des rencontres et des observations, que je veux relater dans cette chronique.

    Petit rappel sur l’élection de Bolsonaro

    Rappelons d’abord que, si Bolsonaro a été élu, c’est parce que l’ex-président Lula, qui avait une avance de plus de 20 points dans les sondages, a été empêché de se présenter aux élections. Le juge Sergio Moro l’a condamné à la prison sur base d’une « intime conviction » de fraude, le temps de l’empêcher de se...

    Lire la suite

  • La priorité reste de sauver les vies. Cette certitude-là est sans prix

    C’est un équilibre d’une difficulté inouïe à garder dans un monde qui tangue comme jamais et où la mort frappe intensément. Un équilibre multiple aussi à trouver entre la vie des gens et la survie de l’économie, entre les points de vue du nord et du sud, les positions de partis politiques fragilisés et nerveux, entre les différents pans de la société en alerte maximale.

    Ce vendredi, la ligne était extrêmement étroite pour la Première ministre Sophie Wilmès. Les critiques, questions, récriminations,...

    Lire la suite