Accueil Opinions Cartes blanches

«Inceste : protégeons les enfants»

Le syndrome d'aliénation parentale (SAP), trop souvent invoqué, est un concept fallacieux dont usent les mouvements masculinistes, estime un collectif de signataires

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Actuellement, la Belgique connaît un manque cruel de protection des mineur.e.s victimes d'inceste. En effet, le système juridique tend plutôt à protéger les auteurs présumés victimes de fausses allégations, laissant des enfants sans protection. Pourtant, l’OMS estime que l’inceste concerne 24 % des filles et 5 à 10 % des garçons .

Etat des lieux

Lorsqu'une mère apprend que son enfant est victime d'inceste et tente de le ou la défendre, elle peut être accusée d'aliénation parentale. Elle peut même être condamnée pour non-représentation d'enfant voire pour kidnapping si elle décide de ne pas confier son enfant au père incestueux. Elle risque également de perdre la garde de son enfant.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs