Dour: le rappeur Koba LaD déprogrammé après un dérapage homophobe

Photo News
Photo News

Ce mardi, le festival de Dour a pris la décision de retirer le rappeur français Koba LaD de sa programmation et d’annuler sa venue le 19 juillet prochain, suite à une publication à caractère homophobe postée sur son compte Snapchat. « Depuis sa création, le Dour Festival s’est toujours voulu un lieu de partage et de tolérance, ouvert à tou.te.s sans distinction de genre ou d’orientation sexuelle, et condamne fermement tout type de discours haineux » précisent les organisateurs de l’événement dans un communiqué. Le rappeur a également été déprogrammé par le Main Square Festival à Arras et par le VYV Festival à Dijon.

À l’origine de la polémique, une capture d’écran d’un article de presse que le rappeur avait relayée sur les réseaux sociaux intitulé : « Ce père tue son propre fils de 14 ans parce qu’il était gay. » L’image était assortie d’une légende « Bien joué » et d’un émoji de deux mains qui se serrent. Dans deux vidéos sur ses réseaux sociaux, le rappeur de 19 ans a tenté de se défendre, en affirmant avoir été sous l’effet de la drogue et ne pas être à l’origine de la publication. « J’ai mis un screen hier, j’aurais pas dû le mettre. Mais je ne cautionne pas du tout le meurtre ni l’enfant gay » ajoute-t-il. Des excuses maladroites mal interprétées par les internautes qui le poussent à se justifier dans une seconde vidéo. Il dit « s’être mal exprimé » avant d’ajouter qu’il ne « cautionne pas le meurtre. Après l’enfant gay franchement… chacun pour soi, dieu pour tous, voilà, là je suis en vacances, arrêtez de me prendre la tête. »

Laurence Nakami, attachée de presse du festival de Dour affirme « que la décision de déprogrammer la venue de Koba LaD n’a pas été prise dans la précipitation et a été réfléchie en équipe. » Pour Damien Dufrasne, organisateur du festival, « la réponse du rappeur était peu convaincante. Notre festival se veut ouvert à toutes les ethnies et choix de vie. Même si celui-ci explique avoir agi par erreur, nous ne pouvions pas cautionner de tels propos. Il s’agit d’une personnalité publique, en tant que telle il doit assumer ce qu’il dit, même sur les réseaux sociaux. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous