Liège: le «chapi», lieu de guindailles des étudiants, s’agrandit

Le «
chapi
»
Le « chapi » - Capture vidéo

Liège profitera bientôt d’une vraie salle de guindailles à part entière. Le « chapi », situé depuis 2016 rue de Droixhe, va s’agrandir et se moderniser, ont annoncé mercredi les associations étudiantes et la Ville de Liège. La nouvelle salle devrait être prête d’ici l’automne.

Depuis plus de 20 ans, les étudiants liégeois errent à la recherche d’une salle pérenne pour s’adonner à leur folklore. Leur rêve est en passe d’être exaucé : des travaux d’aménagement de l’entrepôt qu’ils occupent depuis quatre ans devraient commencer au printemps pour être achevés à l’automne, à la reprise des fêtes estudiantines.

Le projet consiste en l’agrandissement du hangar situé rue de Droixhe pour passer à une superficie de 2.800 mètres carrés – contre 1.800 mètres carrés actuellement. Coût du projet : deux millions d’euros. La Ville de Liège soutient les étudiants en mettant à disposition le terrain et les bâtiments via un bail emphytéotique de 50 ans mais aucun subside ou fonds public n’est dédié aux travaux.

L’Association générale des étudiants liégeois (Agel) et son bras financier, la Maison des étudiants liégeois (Mel), doivent dès lors compter sur un financement privé. Ce dernier repose sur quatre piliers : des fonds propres, un emprunt bancaire, du sponsoring et une levée de fonds. Un appel aux dons est en effet lancé depuis ce mercredi, à tout étudiant ou citoyen désirant apporter sa pierre à l’édifice. L’Agel et la Mel espèrent récolter au moins 100.000 euros.

L’aménagement de cette salle de guindaille est un « soulagement et un grand bonheur », s’est réjoui lors de la conférence de presse Willy Demeyer, bourgmestre de la Cité ardente. Il souligne que la solution dénichée apporte une certaine stabilité « tout en respectant l’autonomie » des étudiants. « Nous avons dû longtemps nous contenter de solutions qui n’en n’étaient pas car trop coûteuses, pas satisfaisantes du point de vue de la sécurité ou du voisinage. Tout cela fait maintenant partie du passé », a-t-il salué.

Les fêtes étudiantes, qui comprennent les baptêmes mais aussi les célébrations des Saints allant de la Saint-Nicolas à la Saint-Toré, ont longtemps dû se dérouler sous un chapiteau au Val-Benoît. Une solution précaire « par sa proximité de la voie des chemins de fer, de la voie rapide et de la Meuse », a pointé Egon Scheer, président de l’Agel. La salle est désormais située à proximité des transports en commun, à distance des riverains et dans un endroit sécurisé, pour le plus grand bonheur des 45.000 étudiants à Liège, s’est-il félicité.

La salle sera modulable, pour adapter la superficie aux 60 événements du folklore étudiant liégeois, totalisant 52.000 entrées chaque année. Les travaux d’aménagement permettront également l’installation de sanitaires, d’un espace pour la vente de tickets et de bars. Le tout installé dans des conteneurs, afin d’être prêt à temps.

Le « chapi », baptisé ainsi en souvenir du chapiteau qui a accueilli les étudiants en quête d’amusement pendant de longues années, devrait être finalisé d’ici l’automne.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous