Accueil Opinions Éditos

Négociations fédérales: on en a tous marre

Le Palais a nommé un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Politique Temps de lecture: 3 min

Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

Un constat d’échec

C’est d’abord un constat d’échec. Après avoir tenté l’électrochoc, avec la démission forcée de Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez, et une nomination éclair et quelque peu maladroite, avec Koen Geens, le Palais est contraint de revenir au protocole. Le message ? Passez de bonnes vacances, on s’occupe de tout.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Pasque Roger, jeudi 20 février 2020, 17:29

    Je comprends les hésitations du monarque d’autant qu’il n’a de toute manière aucune prise réelle sur l‘évènement : il ne peut que jouer les bons samaritains et inviter les différents protagonistes à ménager un avenir à son royaume. Le calamiteux Francken l’a dit sans détours : pour lui la Belgique future se limitera au roi ( dans un rôle folklorique ), aux Diables rouges ( du moins tant qu’ils tiennent le haut du pavé ) et au chocolat, ajoutant en outre que les priorités climatiques qui préoccupent les Wallons et tous ceux qui réfléchissent un peu plus loin que le bout de leur nez ne seront pas financées par la Flandre engagée à la suite du Voka dans une fuite en avant consumériste en dépit des avertissements de la météo en folie. Devant cette volonté de maintenir d’un état d’extrêmement basse intensité, dont seuls de fieffés crétins pourraient se satisfaire, il faudrait peut-être que les Francophones dessillent leurs yeux et abandonnent leur rêves nostalgiques d’un état belge qui n’a plus aucune consistance sinon dans leurs rêveries nostalgiques. Patrick Dewael est au demeurant quelqu’un de très appréciable, c’est sans doute un libéral à l’ancienne manière, il a sans doute une grande capacité d’écoute mais il n’aura pas de force de conviction suffisante pour sortir la Flandre des ornières qu’elle a choisi de suivre. Alors, amis francophones, un peu de courage, prenons en main notre destin.

  • Posté par Clement johan, jeudi 20 février 2020, 16:54

    Le temps des compromis à la Verhofstadt ou Martens est révolu. Les électeurs n'acceptent plus un programme de gouvernement comme une soupe à multiples légumes sans goût prononcé qui ne satisfait personne. La NVA, le VB et PTB ont un programme clair et promettent de ne pas accepter la dilution, contrairement au CD&V et VLD qui ont payé cher la trahison de leur électorat. Cette évolution s'accélère depuis Leterme, et nous sommes arrivé au point de blocage, ce qui était parfaitement prévisible.

  • Posté par Reginster Jean-luc , jeudi 20 février 2020, 16:05

    Le vote aux extrêmes ( droite en Flandre, gauche en Wallonie ) a manifestement traumatisé la NVA et le PS qui se sentent surtout menacés. Crainte rationnelle ou pas? Difficile à dire tant il est constant que quand les modérés se mettent à courir derrière les radicaux, l'électeur préfère en général l'original à la copie puisque la fuite en avant des modérés semble conforter leur choix des extrêmes. Le signal que le citoyen-'électeur "qui en a marre " devrait donc faire passer aujourd'hui, c'est que ni la NVA, ni le PS n'ont un bénéfice à tirer dans leur course à la radicalité. Autrement dit, les sondages, les réseaux sociaux, les forums des journaux, etc... devraient apporter le message que ce sont les partis disposés au compromis qui sortiraient vainqueurs d'un retour aux urnes.

  • Posté par CREPIN Hugues, jeudi 20 février 2020, 13:23

    En gros, il vaudrait mieux choisir entre SPa, OpenVLD, Cd&V, MR, Groen & CdH lors du prochain vote vu que les autres partis sont vraiment problématiques

  • Posté par De Ronde Michel, jeudi 20 février 2020, 12:51

    Prétendre que "on en tous marre" me paraît bien excessif. Que les journalistes et les politiciens s'impatientent, on peut le comprendre. Ils vivent, les pauvres, depuis de longs mois dans l'incertitude, s'évertuant à influer sur le cours des choses, mais continuellement ballottés entre espoir et déception. Quant aux Belges, ils me paraissent d'autant moins inquiets ou excédés que ces atermoiements n'affectent en rien leur vie de tous les jours ni leur confort matériel. Ils sont en "affaires courantes" et on leur fiche la paix. Tout au plus jettent-ils un regard amusé et condescendant sur cette foire d'empoigne qui agite le microcosme politico-médiatique tout frétillant de l'intérêt qu'il croit susciter parmi la population.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs