Ne pas avoir d’enfant, un choix parfois climatique

Ne pas avoir d’enfant, un choix parfois climatique

Julien a 31 ans. En couple depuis plus de dix ans avec sa compagne, tous les deux sont sûrs de leur choix : ils n’auront pas d’enfant. « La vie est pleine d’embûches et il y a de plus en plus de précarité. On ne veut pas imposer à notre enfant que l’on a pas, mais que l’on aime déjà, un avenir non pérenne », explique-t-il tranquillement.

Cette décision, prise il y a déjà des années, est d’autant plus renforcée par la réalité climatique. La banquise qui fond, les espèces qui disparaissent… La situation est loin d’être rassurante. « Les écosystèmes s’effondrent totalement. C’est une vraie menace. Un enfant qui nait aujourd’hui aura soixante ans en 2080 : vu les prévisions des rapports sur le changement climatique, on imagine qu’il vivra des moments compliqués », soulève-t-il.

Selon une étude de la VUB réalisée en 2018, un Belge sur dix âgé entre 25 et 35 ans ne veut pas d’enfant. Les raisons sont multiples, et pas seulement liées à l’environnement. Mais si ce chiffre est supérieur à la moyenne européenne, décider de ne pas fonder une famille reste globalement rare dans notre société. Et les incompréhensions qui accompagnent ce choix sont nombreuses.

Julien en témoigne : « Notre volonté pose beaucoup question à notre entourage, car nous sommes hors du moule. Mais nous, au contraire, nous voulons montrer qu’avoir des enfants ce n’est pas un aboutissement du couple en soi. Finalement, on se rend compte que c’est un sujet assez tabou et que très peu de personnes ont une vraie réflexion à ce sujet », regrette-t-il.

Pour Julien et sa compagne, ne pas avoir d’enfant c’est aussi une façon de se donner du temps « pour ré-enchanter le monde ». D’être vraiment en phase avec leurs préoccupations sociales et environnementales. « On essaye de donner notre temps sans enfant pour apporter du sens à notre consommation par exemple, afin qu’elle soit plus durable : faire notre propre pain, etc. Ce sont des choses qui demandent du temps que les parents n’ont souvent pas ».

« Green inclination, no kids »

Au delà des craintes liées à un avenir incertain, certains adultes estiment qu’avoir un enfant rajoute un consommateur à une planète déjà surpeuplée. On les appelle les GINKS : « Green inclination, no kids ». Une étude des chercheurs Seth Wynes et Kimberly A Nicholas, publiée en 2017, place ainsi le fait d’avoir un enfant en haut de la liste des actes individuels les plus polluants. Selon cette étude, un bambin né dans un pays développé émet en moyenne 58,6 tonnes de CO2 par an. La même année, 15.000 scientifiques de 184 pays signaient un manifeste dans lequel ils plaidaient notamment pour la stabilité démographique afin de sauver la planète.

« Remettre en cause la natalité, c’est un faux problème et c’est liberticide », réagit pour sa part Julien. « Le problème ne vient pas de faire des enfants mais de nos actes à nous, aujourd’hui. Si les richesses étaient mieux réparties, la Terre pourrait accueillir 10 milliards d’êtres humains », estime-t-il. C’est d’ailleurs le nombre d’habitants projeté par l’ONU pour 2100. Quoi qu’il en soit, « faire des enfants ou non doit être une décision personnelle, chacun fait ce qu’il veut », conclut-il.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Lors de la première vague, le pic s’était arrêté à 101 patients covid (38 aux soins intensifs, 63 en unités covid). Ce vendredi, à 9
h du matin, l’hôpital en accueillait 126.

    «C’est un peu comme replonger dans un bain d’eau froide»: les soignants ont peur de se noyer dans la deuxième vague

  2. «
Nous avons une vision claire et je n’ai pas une minute à perdre pour mettre en œuvre l’accord du gouvernement.
»

    Tinne Van der Straeten: «La première étape, c’est geler la facture énergétique»

  3. photo_dieWelt

    La dangereuse dépendance de l’Europe en matière de médicaments

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 89»: la taupe

    L’autre jour, il s’est passé un truc incroyable.

    En l’espace de 24 heures, deux personnes nous ont sorti la même phrase : « Tu ne vas quand même pas t’enterrer comme une taupe ? » L’une des deux poussant légèrement plus loin : « Tu sais, ma tante vit comme une taupe dans son terrier et elle a attrapé le covid via le courrier et les pubs dans sa boîte aux lettres. »

    D’abord, on ne dit pas terrier, mais taupinière. Ensuite, qu’on leur a répondu, bien sûr que si, je vais m’enterrer, et bien profond avec ça. Je vais creuser mes 20 mètres de galerie en une journée – c’est ma moyenne – à la verticale, loin de tout, loin de la surface, avec mes mains en corne en forme de petites pelles et mes douze doigts griffus.

    Je n’y verrai sans doute pas grand-chose, mais j’aiguiserai mon ouïe avec mes oreilles sans pavillon, pour bien entendre quand on annoncera que tout va bien, que l’air est pur et qu’on...

    Lire la suite

  • Mais bon sang, c’est quoi ce pays!

    On devrait dire : « Chapeau, vous avez enfin compris la gravité de la situation. » Alors que la Wallonie est au top des régions les plus dangereuses d’Europe, que les chiffres de contaminations continuent à exploser, que les experts tirent à boulets rouges sur la faiblesse des mesures prises, que le système hospitalier est en train de craquer et que les Belges succombent sous le coup du virus, il fallait évidemment passer à ce reconfinement partiel, annoncé par le ministre-président wallon Elio Di Rupo....

    Lire la suite