Applications: même sur les stores officiels, il ne faut pas installer n’importe quoi

Applications: même sur les stores officiels, il ne faut pas installer n’importe quoi

Il ne se passe pas un mois sans qu’un scandale de sécurité ne touche l’écosystème des smartphones. Entre les applications qui s’arrogent le droit de récupérer des données personnelles sans trop se justifier et celles qui piratent carrément les smartphones sur lesquels elles sont installées, toutes les applications ne vous veulent pas du bien.

A la fin de l’année dernière, des chercheurs en cybersécurité de a société White Ops découvraient Soraka, un nouveau virus dissimulé dans une centaine d’applications frauduleuse. Le malware, spécialement pensé pour les téléphones, diffusait en masse des écrans publicitaires sur les smartphones infectés. Il savait en outre se montrer extrêmement discret lorsqu’il se sentait visé par des antivirus. Au total, ce ne serait pas moins que 4,6 millions d’utilisateurs qui seraient concernés de par le monde.

Plus récemment, au début du mois, des chercheurs du blog spécialisé en sécurité informatique Trend Micro ont découvert que 8 applications téléchargées plus de 470.000 fois éraient concernées. En se faisant passer pour des applications d’optimisation de l’espace de stockage ou de l’utilisation de la batterie, ces logiciels téléchargeaient en réalité des malwares. Certains d’entre eux s’emparaient même des identifiants Google et Facebook des utilisateurs pour poster de faux commentaires et des évaluations trompeuses sur internet.

Une imprudence qui peut menacer jusqu’à son employeur

On pourrait penser qu’un peu de jugeote et de prudence suffirait à se prémunir de ce genre de risques et que se fier aux stores officiels permettrait d’éviter l’installation d’applications malveillantes sur son appareil. Le hic, c’est que ces applications étaient disponibles sur Google Play, le store officiel d’applications sur les smartphones Android.

« Etant donné le nombre d’applications présentes sur son store, Google ne peut pas vérifier, a priori, que chacune d’entre-elle ne soit pas frauduleuse, explique Olivier Bogaert, commissaire de la Federal Computer Crime Unit. Les contrôles se font donc progressivement sur des applications déjà proposées au téléchargement. Google a toutefois annoncé la création de l’« App Defense Alliance », en novembre dernier avec les entreprises Lookout, ESET et Zimperium pour assurer un meilleur contrôle en amont de la publication d’apps sur le store. Il faudra attendre avant de voir si cette protection supplémentaire portera ses fruits.

Le commissaire conseille donc aux possesseurs de smartphone de vérifier la réputation de l’application que l’on cherche à installer. « Une simple recherche sur internet avec le nom de l’app suivi du mot « sécurité » permet de faire un premier tri ». Mais la mesure de sécurité la plus élémentaire reste de se munir d’antivirus pour protéger ses appareils. « Installer un antivirus sur son ordinateur est devenu un réflexe pour beaucoup. En revanche, on pense encore peu à en équiper son téléphone alors que l’on a tendance à l’utiliser de plus en plus ».

Enfin, même si passer par un store officiel ne garantit pas la sûreté de son application, le pire reste d’installer une application provenant d’Internet ou d’une autre source que le Play Store. « En installant une application vérolée, non seulement on met ses données personnelles en péril, mais on peut aussi infecter d’autres appareils. Aujourd’hui, beaucoup d’employeurs proposent du WiFi à leurs collaborateurs. Une fois connecté au réseau de l’entreprise, un smartphone infecté peut agir comme un cheval de Troie sur l’ensemble du réseau. »

Un argument supplémentaire pour se montrer prudent et arrêter d’installer n’importe quoi sur nos téléphones.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La police contrôle les automobilistes sur l’avenue Franklin-Roosevelt à Bruxelles, samedi 28 mars.

    La police bruxelloise a déjà dressé plus de 5.600 P-V administratifs liés aux règles du confinement

  2. Lorsque le patient peine à se souvenir de ses allées et venues, le traceur de contacts lui fait relater par le menu sa routine durant une semaine normale.

    Coronavirus: les traceurs de contacts qui enrayent la progression de la pandémie

  3. Alexandre Ghuysen, urgentiste.

    «J’ai vu une infirmière qui avait le nez à moitié scié par son masque»

La chronique
  • Couvrez ces corps que je ne saurais voir

    Pékin a-t-il sciemment minimisé les effets du Covid-19 sur son territoire ? La rumeur enfle dans les pays occidentaux, singulièrement depuis la diffusion de photos montrant de longues files d’habitants de Wuhan attendant de pouvoir récupérer l’urne funéraire d’un proche décédé. Officiellement, on ne dénombra que 2.500 victimes dans cette ville aussi peuplée que toute la Belgique, qui fut l’épicentre de l’épidémie…

    Dans un premier temps, l’Organisation mondiale de la santé avait salué l’attitude ouverte et volontariste de la Chine, qui tranchait avec la manière dont, en 2003, le pouvoir avait répondu à la crise du Sras, une pneumonie aiguë causée par un autre coronavirus. Le 1er janvier 2020, dans un réflexe atavique, les autorités avaient pourtant commencé par incarcérer le premier lanceur d’alerte de la pandémie, le médecin Li Wenliang – qui a finalement succombé à la maladie…

    Le régime communiste traîne une longue tradition de manque de transparence dans la gestion des catastrophes sanitaires qui se sont déclenchées sur son territoire – et...

    Lire la suite

  • Coronavirus: la conversion des «imbéciles»

    La Conjuration des imbéciles » – « A Confederacy of Dunces » – est un roman de John Kennedy Toole. Epuisé par l’impossibilité de faire publier son livre, l’écrivain se suicide en 1969, à 31 ans. Mais le roman, finalement publié, connaît un immense succès : il sera couronné par le prix Pulitzer et salué comme un des plus grands classiques de la littérature humoristique américaine.

    Le titre est une référence à une citation de l’écrivain Jonathan Swift, mise en épigraphe...

    Lire la suite