Remco Evenepoel en larmes après son succès d’étape au Tour d’Algarve: «Je dédie cette victoire à Nikolas Maes qui a perdu un enfant» (vidéo)

@News
@News

Remco Evenepoel a réagi avec beaucoup d’émotion après sa victoire dans la 2e étape du Tour d’Algarve cycliste, jeudi, au sommet de l’Alto da Foia. Les raisons n’étaient pas sportives. « Oui, il y a eu des larmes », a-t-il reconnu par après. « C’est un peu tout qui est arrivé à la fois. Il y a des choses beaucoup plus importantes dans la vie que la course ».

Evenepoel a pleuré plusieurs minutes après la ligne d’arrivée. « Eh bien, c’était une addition de circonstances. J’avais dit à ma copine, ce matin, qu’elle devait absolument regarder la télévision. Et j’ai aussi pensé à mes parents, ce n’est pas toujours facile de vivre avec moi, avec un sportif qui est assez exigeant. Hier, j’ai eu une discussion avec Iljo (Keisse, NDLR) dans la chambre sur ce qui est arrivé à Nikolas (Maes) et à sa copine (ils ont perdu un enfant qui devait naître, NDLR). J’avais dit à Iljo que je leur dédierais la victoire et je l’ai fait. J’ai aussi fait un petit geste de victoire pour eux, parce qu’il y a des choses plus importantes dans la vie que de gagner la course. Cette victoire est donc celle de Nikolas, de sa copine et de sa famille, de mes parents, de ma copine. Je me rends compte de plus en plus qu’il y a des choses plus importantes dans la vie. »

« C’est incroyable », a-t-il déclaré après la ligne d’arrivée. « La semaine dernière, l’entraînement a été très dur parce que je savais que je devais être bon. La concurrence est très forte ici et je savais que je devais être au mieux de ma forme pour être bon. Je me suis montré aujourd’hui et c’est formidable quand cela réussit après avoir travaillé dur et s’être bien soigné ».

« Ce fut une journée très mouvementée, avec un début intensif avec de nombreuses attaques et puis nous avons commencé à contrôler avec Iljo. Mais toute la journée a été difficile, la course a été dure et quand nous avons entamé la dernière montée, les UAE et Ineos ont imposé un rythme très élevé, mais j’ai senti qu’il me restait quelque chose à la fin et j’ai vraiment profité de la situation. Oui, c’est un jalon dans ma carrière, une nouvelle étape que j’ai franchie, que j’ai pu montrer ce que j’avais en moi et c’est aussi important pour l’équipe, car elle a travaillé ici pour moi toute la journée. Un grand merci »

« Demain, c’est à nouveau au tour de Fabio (Jakobsen, NDLR), nous allons travailler dur pour l’aider à remporter l’étape et après, c’est le compte à rebours jusqu’à dimanche, en essayant de garder le maillot jaune. L’étape de samedi sera également très importante avec une arrivée courte et raide, trois kilomètres à fond, mais c’était aussi le cas ici sur les huit derniers kilomètres. Je ne regarde pas un seul adversaire pour le classement, ce n’est pas seulement Schachmann, il y a encore d’autres gars qui peuvent gagner. Personne n’est autorisé à s’échapper sans moi samedi. »

Evenepoel a également prouvé jeudi qu’il peut être explosif, un point faible parfois observé ces derniers mois. « Je suis devenu beaucoup plus fort l’hiver dernier, j’ai travaillé dur et je me suis beaucoup entraîné, un entraînement intensif de blocs et aujourd’hui, cela a payé pour la première fois. Tant pour mon entraîneur que pour moi, c’est un beau cadeau. J’y suis allé dans les 500 derniers mètres et j’ai immédiatement fait un grand trou, même s’il y avait un vent contraire assez fort dans la dernière ligne droite, j’ai vraiment dû aller à fond jusqu’à la ligne d’arrivée et j’ai résisté. Peu importe la manière dont vous gagnez, que ce soit d’un centimètre ou d’une longueur de vélo, une victoire est une victoire ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous