Négociations fédérales: pour Cielje Van Achter (N-VA) «un accord était possible avec Koen Geens»

Négociations fédérales: pour Cielje Van Achter (N-VA) «un accord était possible avec Koen Geens»

Invitée sur le plateau de « Jeudi en Prime » à commenter les derniers rebondissements sur les négociations fédérales, la députée bruxelloise et vice-présidente de la N-VA, Cieltje Van Achter, est revenue sur la nomination du duo royal Dewael-Laruelle. Elle a également souligné la difficulté de la situation, y compris pour le Roi lui-même, provoquée selon elle par l’attitude du PS. « Habituellement c’est dès après les élections que le Roi désigne les présidents de la Chambre et du Sénat pour une mission de tenter d’y voir plus clair, de voir quelle coalition est possible. Ici c’est avant tout la conséquence de la démarche brutale du président du PS Paul Magnette. Son ’J’en ai marre’, c’était du jamais vu pour nous et pour le Roi aussi. Une sortie brutale, médiatisée. »

Pour la députée bruxelloise, un accord avec Koen Geens était même possible. « Nous avions l’impression qu’il y avait la possibilité d’une entente avec la N-VA, le PS et le Cd&V avec Koen Geens, que c’était possible avec Magnette qui semblait avoir compris qu’il fallait des réformes profondes pour sortir de l’impasse fédérale. Mais il a pris la fuite, il a eu peur, peur de ne pas avoir son électorat avec lui […]. On reste prêts à discuter contenu, prêts pour des accords mais tout le monde nous dit non. PS, Ecolo, cdH notamment disent non juste à la moitié de la Flandre… »

Enfin, Cielje Van Achter a confirmé les propos tenus un peu plus tôt cette semaine par Théo Francken sur une possible coalition Vivaldi, renvoyant son parti dans l’opposition. Elle en a également profité pour exprimer son incompréhension quant à l’attitude de l’Open VLD de vouloir rallier un gouvernement arc-en-ciel. « Si jamais une coalition Vivaldi sans la N-VA voyait le jour, ce serait un gouvernement de gauche, sans majorité en Flandre (…). En décembre, nous avons été surpris de voir l’Open VLD tenté par l’arc-en-ciel avec rouges et verts, sur base de la note Magnette très à gauche… Or ce n’est pas le programme que l’Open Vld a présenté le 26 mai à ses électeurs, avec des taxes nouvelles. À eux de décider. Mais ce serait bizarre s’ils entraient dans un gouvernement si à gauche ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous