Thomas Didillon règle ses comptes avec Anderlecht: «Les mensonges m’ont blessé»

Photonews
Photonews

Thomas Didillon évolue sous le maillot de Genk depuis presque un mois, prêté par Anderlecht. Le gardien français se sent « heureux » dans son nouveau club, où il a retrouvé du temps de jeu. Car chez les Mauves, Didillon avait perdu sa place de titulaire au profit d’Hendrik Van Crombrugge. S’il assure ne pas avoir l’esprit revanchard à l’égard d’Anderlecht, il avoue avoir tout de même été blessé par certaines critiques.

« Je sortais d’une bonne saison et j’estimais que je méritais plus de crédit », a confié Didillon à nos confrères de Het Laatste Nieuws. « Il y a toujours eu un dialogue avec le club, et j’apprécie cela, mais je ne suis pas d’accord avec les raisons pour lesquelles j’ai été mis sur la touche. Mais en aucun cas j’ai un sentiment de vengeance envers Anderlecht. Aujourd’hui, je ne joue pas pour prouver à Anderlecht qu’il a eu tort, mais pour montrer à Genk qu’il a eu raison de me donner une chance. »

La mentalité de Didillon, qui aurait notamment refusé de s’asseoir sur le banc, a été épinglée à plusieurs reprises. « C’est un non-sens », déclare le portier. « Quand je n’étais pas sur le banc, c’était après discussion avec le staff. Je n’ai jamais décidé de moi-même de ne pas m’asseoir sur le banc. » Quant aux rumeurs sur la mauvaise influence qu’il aurait eue sur les jeunes joueurs anderlechtois, Didillon les réfute catégoriquement. « Je ne sais pas d’où viennent ces mensonges disant que j’aurais encouragé les jeunes à aller dans les cafés ou autre. Cela m’a blessé. Tout au long de ma carrière, j’ai essayé d’être un exemple pour les jeunes, alors ce n’est pas agréable de lire de telles choses ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous