Accueil Opinions

Vincent de Coorebyter: «En Belgique, au-delà de la crise conjoncturelle, nous sommes dans une crise structurelle»

Pour Vincent de Coorebyter, il est plus porteur de définir les limites d’une démocratie concrète que de dessiner la « démocratie idéale » sur papier… et puis de devoir déplorer que la réalité est très différente.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 7 min

Nous vivons en démocratie depuis si longtemps que ce système en est venu à nous paraître « naturel »… Il n’en est rien. Il doit être entretenu, mis à jour, défendu. Et d’abord expliqué, fût-ce pour comprendre qu’il ne peut pas tout faire. C’est tout l’objet de Dis, c’est quoi la démocratie ?, le petit livre que notre chroniqueur Vincent de Coorebyter, professeur de philosophie à l’ULB, publie à La Renaissance du livre.

Quelle est votre définition de la démocratie ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, mardi 25 février 2020, 15:57

    A part cela, très intéressante analyse de M. De Coorebyter, comme de coutume. Il faut tout à la fois repenser la démocratie au XXIème siècle. Peut-on se contenter d'une élection tous les quatre, cinq ans. A l'évidence, la réponse est négative. Il faut avancer sur la démocratie participative. Assemblées citoyennes au moins consultatives dans un premier temps, votations à la suisse, etc... En tous cas il faut repenser le modèle. Mais il y a l'autre remarque de M. De Coorebyter, la démocratie réclame que chacun respecte l'avis du collectif. L'extrémisme n'est JAMAIS la solution. Et en parlant du collectif, celui-ci est à réinventer. Les marchands qui ont pris le temple, les bourses nous ont plongé dans un univers de la tyrannie mortifères des individualismes. Hors, la question de l'environnement en est un puissant révélateur, nous avons besoin de reconstruire un récit collectif, dans un intérêt collectif. Vaste programme...

  • Posté par Deckers Björn, mardi 25 février 2020, 15:39

    Ask Just, j'aime beaucoup votre argument. Beaucoup! Imaginons un instant un mouvement coagulant les allochtones de toutes origines, les LGBTQI+ & inter-sexes, les femmes pour créer un mouvement appelant à la haine de la "race dominante" de l'homme blanc. Ce mouvement se répandant dès lors en appels à la haine sur le net, dans la rue,... au Carnaval d'Alost même qui sait... M. Chalet serait il encore si partisan de la liberté d'expression? Le bon côté du manche..., bien vrai ce que vous dites

  • Posté par jourdain Claude, mardi 25 février 2020, 12:52

    Le meilleur argument contre la démocratie est un entretien de cinq minutes avec un électeur moyen. - Une citation de Winston Churchill.

  • Posté par Chalet Alain, samedi 22 février 2020, 16:33

    La liberté d'expression est un des principaux fondements de la démocratie. Mais elle est de plus en plus menacée par des lois qui interdisent de penser ou dire certaines choses. L'important n'est pas de décider si ces choses sont bonnes ou mauvaises. L'important est d'avoir la liberté de les dire, de TOUT dire, sinon on sombre dans la censure et puis la dictature.

  • Posté par Ask Just, mardi 25 février 2020, 13:16

    C'est facile a dire quand on est du bon côté du manche. Mais imaginez que je décrète qu'il est vital de se débarrasser de vous et de vos proches parce (P ex) votre orientation politique me déplaît. J'ouvre à cette fin une page Dacebook appelant à vous harceler, voire pire. C'est ma liberté d'expression? Oui selon votre définition populiste

Plus de commentaires

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs